top of page

Marche de Junxxx

Dernière mise à jour : 17 juin

Marche de Junxxx accompagné par Océane, puis Lison

 

Jeudi 29 février :

 

J : Je m’appelle J. J’ai 16 ans et je viens du département du Vaucluse, plus précisément d’Avignon. Je pars effectuer le chemin de Compostelle pour pouvoir mettre les choses au clair dans ma vie et surtout réfléchir tranquillement.

Je suis arrivé à Seuil le mercredi 28 février 2024. Depuis mercredi jusqu’à aujourd’hui, nous avons fait beaucoup de préparatifs. Aujourd’hui, nous avons fait une marche d’entraînement pour se mettre en condition pour la vraie marche. Merci à Océane qui va m’accompagner pendant toute cette aventure.

 

Océane : Je m’appelle Océane et je pars à la découverte du chemin de Compostelle avec J, en Espagne.

A ce jour, nous sommes à notre deuxième journée de stage durant laquelle nous avons fait une première petite randonnée allégée, puis un déjeuner au restaurant avec Sylvie, responsable de marche et du repos pour le reste de cette journée. Nous en avons profité pour préparer le sac de J qui l’accompagnera tout au long de notre chemin et pour regarder le guide des étapes. Puis nous avons réservé notre première nuitée à Saint Jean Pied de Port.

 

Vendredi 1er mars :

 

J : Aujourd’hui, premier jour de marche, enfin “entraînement”. Nous avons réalisé une marche de 18 km. Puis à la fin de la marche, nous sommes allés visiter le Palais idéal de Ferdinand Cheval qui l'a construit uniquement de ses deux mains. Après la visite de ce Palais, nous sommes allés voir son tombeau qu’il avait construit de ses mains. Puis Sylvie est venue nous récupérer au tombeau de Monsieur Cheval.

 

Océane : Nous sommes au 3ème jour de stage et avons fait notre première randonnée avec les sacs chargés sur nos dos et en binôme car Sylvie était malade et n'a pas pu nous accompagner. Petite randonnée qui s’est bien passée malgré que l’on se soit trompés de chemin à un moment donné.

Après notre marche, nous avons visité la maison du facteur Cheval, un palais vraiment incroyable avec sa construction si particulière, ainsi qu’un musée racontant l’histoire de ce monsieur Cheval Ferdinand. Puis nous sommes allés jusqu’au cimetière pour voir la construction qu’il a réalisée sur le caveau familial.

Puis, Sylvie nous a récupérés et ramenés au gîte. Une belle journée.

 

Samedi 2 mars :

 

J : Journée consacrée au transport.

Nous devons prendre le train à 9h56 en direction de Lyon. Arrivés à Lyon, nous avons pris un train en direction de Paris à 11h, pour encore reprendre un train qui nous amènera à Saint Jean Pied de Port. Après une longue journée dans les transports (10h de trajet), nous sommes enfin arrivés à bon port sur les coups de 19h40. Nous sommes allés au refuge du chemin de “L’Etoile” pour passer la nuit, reprendre des forces, car demain une longue journée de marche nous attend.

 

Océane : 4ème jour et 1er jour du départ vers Compostelle. Une journée interminable car dans les transports toute la journée sans compter les retards de train.

Une arrivée à presqu’à 20h à Saint Jean Pied de Port qui se faisait attendre avec impatience.

Un superbe accueil par notre hôte du chemin vers “L’Etoile”. Vivement le dodo.


Lundi 4 mars :

 

J : Aujourd’hui, marche de Zubiri à Pamplona. Arrivés à Pamplona, nous avons mangé une spécialité qui s’appelle tortilla, puis nous sommes rentrés au gîte la Casa Paderborn pour nous reposer d’une marche de 24 km.

 

Océane : 2ème jour de marche. Un temps plus clément qui a fait du bien au moral et nous a permis de bien avancer tranquillement. Arrivée à Pamplona dans un gîte tenu par des hospitaliers allemands fort sympathiques et une mini-visite de la ville pour les courses que l’on devait faire car trop fatigués pour plus.

 

Mardi 5 mars :

 

J : Après une bonne nuit et un accueil chaleureux au gîte la casa Paderborn, moi et mon accompagnante, Océane, nous avons entamé une marche de 24 km en direction de Puenta La Reina. Arrivés là-bas, nous avons pris le temps de faire des courses au supermarché Dia pour manger notre repas au gîte l’albergue de Los Padres Reparadores, puis se reposer pour la marche de demain qui sera de 22 km pour arriver à Estella.

 

Océane : 3ème jour de marche sous le soleil un vrai bonheur malgré une moitié de chemin très en montée. Nous avons durant notre chemin rencontré un suisse, ce qui fait aussi du bien de parler français avec une personne autre que nous deux. Le paysage était vraiment joli et pour la première fois on a marché en croisant toute la journée les mêmes personnes, ce qui donne une sensation de moins être seuls. Puis, arrivés à Puenta la Reina, nous avons cherché un supermarché pour acheter du jus de maison qui était aujourd’hui la motivation de la marche.

 

Mercredi 6 mars :

 

J : Aujourd’hui, nouveau départ de Puenta la Reina à 9h pour rejoindre la ville de Estella. Cette marche de 22 km était très fatigante car nous nous sommes trompés sur la fin, ce qui a allongé notre chemin, je dirais de 2 ou 3 km. Arrivés à Estella, nous avons rejoint le gîte de l’auberge municipale pour se préparer à entamer la marche de Estella à Los Arcos qui est de 21 km.

 

Océane : 4ème jour de marche sous le soleil aujourd’hui encore. Étape de Puenta la Reina à Estella. Une journée un peu difficile, car nous avons pour la 1ère fois mangé à midi, ce qui a plombé notre élan pour l’après-midi, se rajoutant notre erreur de parcours sur la fin, ce qui nous a valu de prendre la décision que plus jamais nous ne mangerons le midi, mais en arrivant pour ne plus se traîner comme nous l’avons fait.


Jeudi 7 mars : Los Arcos

 

J : Aujourd’hui, départ de Estella en direction de Los Arcos. La marche sera moins longue que les dernières autres car nous n'avons eu aucun dénivelé, plutôt du kilomètre. Arrivés à Los Arcos, nous avons dormi dans le gîte “La casa de Austria”

 

Océane : 5ème jour de marche. Beaucoup de vent aujourd’hui pour notre étape jusqu’à Los Arcos. Un départ retardé par quelques courses à faire en partant, suivi d’une longue marche dans une vallée, puis notre arrivée à Los Arcos vers 14h. Aujourd’hui, nous avons croisé peu de monde sur le chemin, ce qui donne une sensation de durée plus importante.

 

Vendredi 8 mars : Viana

 

J : Aujourd’hui, petite marche de 18 km pour rejoindre la ville de Viana. Arrivés à Viana, nous sommes allés dans un gîte municipal de la ville, puis nous avons fait un petit tour de la ville pour manger et acheter un jeu de cartes appelé DOS, histoire de se divertir au gîte.

 

Océane : 6ème jour de marche. J m’avait annoncé de la pluie pour les 3-4 prochains jours et à notre surprise ce ne fut pas le cas, une personne le lui avait dit le soir. Ce fut une petite étape aujourd’hui de 18 km que l’on a faite assez rapidement sur la matinée. Puis arrivés à Viana, nous sommes tombés sur un magasin qui vendait des jeux, car depuis 2 jours nous voulions acheter un Uno et finalement nous avons un Dos.

 

Samedi 9 mars : Navarrete

 

J : Aujourd’hui, marche de Viana à Navarrete, 23 km de distance à parcourir. Puis nous avons dormi dans le gîte El Cantara pour commencer demain une marche de Navarrete à Najera

 

Océane : 7ème jour de marche, une marche sans fin car une flemme annoncée dès le matin par J. Malgré tout, une arrivée pas si tardive. A Navarrete, un petit tour au supermarché, un repas et une douche, puis un repos bien mérité.

 

Dimanche 10 mars : Najera

 

J : Aujourd’hui, petite marche tranquille de Navarrete à Najera de 16 km. Nous sommes arrivés rapidement dans la ville, puis nous avons acheté de quoi se faire à manger et nous sommes allés boire un verre dans un bar. Nous nous reposerons au gîte de peregrinos.

 

Océane : 8ème jour de marche, une courte étape entre Navarrete et Najera. Une journée passée tranquillement avec la préparation du repas. A notre arrivée, l’appel à la famille et boire un petit verre pour se détendre et discuter.

 

Lundi 11 mars : El Santo Domingo

 

J : Départ de Najera de la Calzada pour arriver à El Santo (21 km). Nous avons dormi dans une auberge Le Cofradia del Santo Domingo. Demain marche de Santo Domingo à Belorado.

 

Océane : 9ème jour de marche, une journée à 22 km qui fut agréable malgré le combat contre le vent tout au long de la journée. La maison, une bonne nuit bien au chaud et donc bien réparatrice à Najera.

Ce soir, au gîte de Santo Domingo, rencontre avec un français qui marche depuis le Puy-en Velay, un vrai plaisir ! Et dans la conversation, nous avons avec J, rencontré un suisse il y a quelques jours avec qui, lui, a marché il y a des semaines. Les joies du chemin

 

Mardi 12 mars : Belorado

 

J : Après s’être bien reposés, nous avons attaqué la marche de 24 km en direction de Belorado. Arrivés à bon port, nous sommes allés dans l'auberge municipale de la ville et demain nous irons à Atapuerca, car il n’y pas auberge ouverte, ce qui nous fera marcher nos premiers 30 km.

 

Océane : 10ème jour de marche. Une superbe journée ensoleillée pour une étape de Santo Domingo à Belorado en compagnie du français rencontré hier soir. Arrivés au gîte communal, l’accueillant nous a offert de quoi nous faire à manger un repas partagé avec le français et un gars de Hong Kong. Puis une mauvaise surprise car l’étape de demain sera prolongée car il n’y a pas de gîte où nous devions nous arrêter. Voilà,voilà.


Mercredi 13 mars : Atapuerca

 

J  : Après avoir passé une nuit dans l'auberge de El Corro à Belorado, nous avons attaqué la marche de Belorado à Atapuerca de 26 km. Nous avons dormi à l’auberge de La Plazuela Verte. Nous attaquons notre première marche vers notre premier jour de repos.

 

Océane : 11ème jour de marche, journée de 30 km inattendue donc un peu longue car la préparation psychologique ne datait que du soir précédent. Une étape avec un superbe paysage en haut de montagne, dans une forêt de pins et une arrivée un peu tardive car 30 km à pied, c’est long. Un bon repas et au dodo

 

Jeudi 14 mars : Burgos

 

J  : Aujourd’hui, nous marcherons jusqu’à Burgos vers notre premier jour de repos, puis nous avons logé dans l’auberge municipale de la ville. Arrivé là-bas, nous avons mangé notre premier fast-food. Nous avons aussi visité l’énorme cathédrale de la ville.

 

Océane : 12ème jour de marche. Petite journée de 18 km pour arriver à Burgos où nous allons passer notre jour de repos. Une petite promenade dans Burgos cet après-midi et nous verrons la suite demain.

 

Vendredi 15 mars : Burgos

 

J : Aujourd’hui, premier jour de repos à effectuer dans la ville de Burgos. Nous avons commencé la journée avec une petite visite du musée militaire de la ville, puis nous sommes allés manger dans un restaurant. Nous avons mangé des espanas, et nous sommes allés visiter l’intérieur de la gigantesque cathédrale de la ville et avons prévu d’aller voir une chorale dans une église de la ville. Demain, nous marcherons 21 km en direction de la vieille ville  de Hornillos del camino

 

Océane : 13ème jour. Hier soir, inauguration de notre jeu de Dos. Il pensait me mettre la pâtée et finalement pas. Pour notre repos, nous nous sommes promenés dans la vieille ville de Burgos, avons visité le musée militaire, puis fait quelques courses. Nous sommes ensuite rentrés au gîte car il ne faisait pas très beau aujourd’hui, puis discussion avec des pèlerins. Et ce soir, nous irons probablement voir chanter une chorale dans une église.

 

Samedi 16 mars : Hornillos del Camino

 

J : Aujourd’hui, nous avons fait 20 km. Nous avons dormi à l’auberge. Demain nous ferons 19 km.

 

Océane : 14ème jour, reprise de la marche après le repos pour une étape de 21 km. Hier soir, nous sommes allés voir la chorale à l’église avec d’autres pèlerins et ce fut apprécié par tout le monde.

Ce matin, nous avons pris le petit déjeuner avec nos pèlerins français et les australiens et 2 nouveaux que nous ne connaissions pas, puis nous avons pris le chemin tous les deux vers 9h. Nous avons fait une halte pour manger à midi, puis repris la route pour arriver vers 14h30 à notre gîte. Ça y est J se fait à la marche.

 

Dimanche 17 mars :

 

J : Marche de 19 km. Nous avons dormi à l’auberge municipale. Demain nous ferons 27 km

 

Océane : 15ème jour, étape de 19 km aujourd’hui sans trop de difficultés à deux sur une bonne partie de la marche, puis nous avons retrouvé le Suisse en pause dans une auberge sur le chemin et nous avons fait les 3 derniers kilomètres avec lui, puis partagé notre repas aussi.

 

Lundi 18 mars : Fromista

 

J : Aujourd’hui, nous avons parcouru 25 km en direction de Fromista. Demain nous irons à Carrion de los Cordes avec 19 km. Nous nous sommes arrêtés à l’auberge communale de la ville. Cette journée n’était pas compliquée car il n’y avait pas de dénivelé, plus de kilomètres sur du plat.

 

Océane : 16ème jour, étape de 25 km qui s’est faite en douceur car nous avons marché avec pas mal de pèlerins, puis nous avons fait une grosse pause avec le Suisse pour boire un verre et manger un beignet, puis repris le chemin et à nouveau, une pause où Rino, un italien, nous a offert notre repas, ensuite nous avons repris tranquillement le chemin pour les 5 derniers kilomètres.

 

Mardi 19 mars : Carrion de Los Condes

 

J : Aujourd’hui, nous avons parcouru une distance de 19 km pour arriver à Carrion de Los Condes. Arrivé à bon port, nous sommes allés loger à l’auberge Santa Maria où nous avons participé à une chorale avec des pèlerins qui étaient invités à participer. Nous avons chanté, puis nous nous sommes présentés en expliquant pourquoi nous marchions, pourquoi nous avons fait ce chemin et ce soir, nous mangeons un plat commun avec les autres pèlerins.

 

Océane : 17ème jour. Étape de 19 km aujourd’hui avec beaucoup de route. Une variante était possible, mais après discussion avec J et un refus de sa part de faire 1 km de plus pour un paysage plus agréable, nous avons pris le chemin normal. Nous avons fait une première pause pour boire un verre au deuxième village que nous avons rencontré. Puis une pause repas dans le village avant Carrion de Los Condes à 6 km. Puis arrivés à l’auberge, une discussion pour un repas partagé le soir avec tous les pèlerins a eu lieu, puis nous sommes allés faire les courses et nous avons à 18h, participé à la chorale animée par les Soeurs qui nous accueillent. Ensuite, nous avons préparé le repas et mangé. Une très bonne soirée en très bonne compagnie.


Mercredi 20 mars :

 

J : Aujourd’hui, marche de 27 km pour arriver à Terradillos. Nous sommes allés dans une auberge qui faisait bar/restaurant. Nous avons mangé des pâtes et des lentilles. Demain, une nouvelle marche de 27 km, nous irons à Calzadilla de los Hermanillos

 

Océane : 18ème jour, étape de 27 km réalisée en groupe. Nous étions 7 pèlerins/es. à marcher ensemble toute la journée. Nous avons pris le repas du midi ensemble au premier village rencontré à 17 km, puis nous avons fait les 10 derniers kilomètres de l’après-midi tranquillement avec une nouvelle pause au village avant le nôtre. Et le soir, nous avons tous dîné ensemble. Une belle journée ensoleillée.

 

Jeudi 21 mars :

 

J : Aujourd’hui, nous avons marché 23 km car il n’y avait pas de quoi dormir dans les autres villes. Nous nous sommes arrêtés dans une auberge bar/restaurant qui s’appelle Bercianos, assez jolie, mais assez chère, car nous avons payé 18 €/p alors que le prix des auberges en Espagne varie entre 7 et 15 €. Demain, nous marcherons 27 km en direction de Mansilla de los Nullos

 

Océane  : 19ème jour, étape de 27 km au départ, puis en cours de route, changement de destination, car pas de gîte où nous devions aller. Nous avons marché avec le Suisse et 2 sœurs espagnoles avec lesquels nous marchons depuis trois jours et avons laissé deux dames espagnoles à Sahagun le cœur serré, mais en espérant les revoir à Léon. Puis, nous avons repris la route vers notre nouvelle destination où nous avons retrouvé le reste du groupe de pèlerins avec lequel nous nous suivons depuis un petit moment. Nous avons en dépassant Sahagun atteint la moitié de notre chemin jusqu’à Santiago. Nous avons eu aussi aujourd’hui une belle journée ensoleillée.


Vendredi 22 mars : 

 

J : Aujourd’hui, nous avons marché 20 km pour pouvoir dormir car les autres auberges n’étaient pas ouvertes. Donc demain, nous ferons 23 km pour arriver à Léón. Nous avons dormi dans l’auberge de Canlajalos

 

Océane : 20ème jour. Départ tranquille ce matin de l’auberge après le petit déjeuner. Journée un peu difficile car depuis quelques jours, nous marchons sur un chemin en ligne droite qui commence à se faire long. Au cours du chemin, nous avons rencontré un français qui marche pour une association et qui nous a dit qu’à notre destination, il n’y avait qu'une seule auberge de 16 lits. Le compte était vite fait, nous étions avec tous les pèlerins que nous suivions depuis quelques jours, une vingtaine dans le gîte précédent. Nous nous sommes donc arrêtés dans un village avant où une albergue avait une plus grande capacité. Et une bonne surprise nous attendait quand nous avons appris que les deux espagnoles que nous avons laissées le jour précédent, nous rejoignaient ce soir.


Samedi 23 mars :

 

J : Aujourd’hui, dernier jour avant le jour de repos. Nous sommes partis de Mansilla pour une marche de 23 km. Arrivés à Léon, nous avons posé nos affaires à l’auberge de Santa Maria. Nous sommes allés voir le défilé de la Semaine Sainte, évènement religieux fêté en Espagne

 

Océane : 21ème jour, départ de l’auberge vers 9h en compagnie du Suisse et d’un français rencontré à la soirée précédente à l’auberge. Une journée qui s’est déroulée tranquillement durant laquelle nous avons retrouvé nos petites dames espagnoles qui étaient parties plus tôt le matin. A notre arrivée à l’auberge, nous avons retrouvé tout le groupe de pèlerins avec qui nous n’étions pas la nuit précédente, faute de places. Nous sommes allés boire un verre tous ensemble et ensuite nous sommes allés voir une procession, comme c’est la Semaine Sainte qui commence, et fait une petite promenade dans la ville

 

Dimanche 24 mars : 

 

J : Jour de repos à Léon. Nous sommes allés visiter la cathédrale qui était très jolie, puis nous sommes allés boire un verre dans un bar et le reste de la journée, nous avons continué à regarder le défilé de la Semaine Sainte et demain, nous ferons 21 km en direction de Villars de Mazarine

 

Océane : 22ème jour. Jour de repos à Léon. Ce matin, nous sommes allés voir une procession, puis à la cathédrale sur la place où nous avons profité du soleil matinal. Puis une nouvelle procession vers 12h30 avec bénédiction des Rameaux. Ensuite, nous avons mangé et nous nous sommes un peu posés à l’albergue. Nous avons retrouvé deux français que nous avions laissés à Burgos dans la matinée. Nous avons rejoint les français et d’autres pèlerins pour boire un verre. Ensuite, nous sommes allés faire les courses et retour à l’albergue pour le repas. Grosse surprise, l’albergue était le point de départ d’une procession ayant lieu à 20h. Nous avons eu des difficultés pour rentrer, car il y avait beaucoup de monde autour, après nous avons eu la chance de voir toute la préparation et le départ des chars et de tous les participants.

 

Lundi 25 mars :

 

J : Nous quittons Léon et son ambiance festive pour attaquer une petite marche de 21 km pour arriver à la ville de Villars, puis nous irons nous installer à l’auberge. Demain, nous effectuerons une des plus petites marches de notre aventure.

 

Océane : 23ème jour. Beaucoup d’émotion ce matin pour moi, en tout cas, car nous avons laissé les deux espagnoles à Léon. Elles arrêtent leur chemin ici. Puis nous sommes partis pour une étape de 21 km avec le Suisse et rejoint par un des français, un ami à lui, à Léon. Probablement une des dernières étapes que l’on fait avec eux car les prochaines sont petites et eux vont avancer. Du coup, je pense un petit coup dur pour J car il les aimait vraiment bien.

 

Mardi 26 mars :

 

J : Aujourd’hui, nous sommes arrivés à Villars de Mazarine. Nous sommes à l'auberge de Hospital Orbigo. On a fait un petit tour dans la ville et les courses. Au retour à l’auberge, on a pu parler avec les autres pèlerins et le prêtre de la ville.

 

Océane : 24ème jour de marche de 15 km. Aujourd’hui, dans le froid glacial, nous nous rapprochons des montagnes et allons probablement rencontrer à nouveau de la neige. Le Suisse nous a laissés cet après-midi pour avancer plus loin, nous le retrouverons peut-être d’ici samedi. Et grosse surprise à l’auberge, les douches sont dehors alors qu’il neige ! Un gros drame et pas de douche pour nous ce jour; IMPOSSIBLE !

 

Mercredi 27 mars :

 

J : Aujourd'hui, nous sommes arrivés assez vite à Astorga, car nous n'avons fait que 15 km. Arrivés à Astorga, nous sommes allés au gîte communal, puis avons fait les courses pour préparer un repas commun composé de pâtes, pesto, mozzarella, lardons. Demain, nous irons à Rabanal del Camino avec 20 km à effectuer.

 

Océane : 25ème jour. Marche de 16 km jusqu’à Astorga avec deux des français et un italien qui s’est joint à nous ce matin. Une belle journée car un joli paysage, un joli lieu sur le chemin et des retrouvailles avec des pèlerins perdus les jours précédents. Puis un repas partagé avec deux autres pèlerins après être allés boire un verre ensemble.


Jeudi 28 mars :

 

J : Aujourd’hui, nous avons parcouru 20 km pour arriver à Rabanal, puis nous sommes allés participer à une messe appelée le Jeudi Saint où les hommes se font laver les pieds et embrasser les pieds. Puis nous sommes allés manger au restaurant avec au menu des lasagnes au thon, des pâtes à la viande et un gâteau de grand-mère.

 

Océane : 26ème jour. Anniversaire de J. Ce matin, tous les pèlerins qui nous connaissent lui ont souhaité avant de partir un joyeux anniversaire et les français avec qui nous marchons lui ont offert un petit déjeuner et il a soufflé une bougie. Puis nous avons pris le chemin dans un premier temps ensemble, puis nous nous sommes séparés en deux groupes et retrouvés à Rabanal del Camino où nous avons bu un verre en arrivant. Puis nous sommes allés manger au restaurant pour son anniversaire avec deux des pèlerins. Ensuite, nous avons assisté à une messe avec lavement des pieds par les moines auxquels J a participé. De retour à l’auberge, au coin du feu, nous avons joué aux cartes avec d’autres pèlerins.


Vendredi 29 mars :

 

J : Après une longue semaine dans le soleil de Léon et la chaleur de ce désert, nous avons changé complètement de marche, maintenant nous sommes dans la montagne avec de la neige et des températures basses. Demain, nous irons à Ponferrada avec 17 km à effectuer. Là-bas, un pèlerin Suisse qui marche depuis longtemps avec nous, nous rejoindra à l’entrée de la ville.

 

Océane : 27ème jour. Départ du gîte un peu difficile pour J car il souhaitait aller à Ponferrada aujourd’hui et en plus nous laissons nos copains français. Une petite étape de 16 km aujourd’hui qu’il a passée quasi tout le temps tout seul. Nous avons marché avec un Italien avec qui nous marchons depuis Léon. Au cours de la marche, une bataille de neige s’est déroulée entre nous trois et un couple de pèlerins qui passait par là plutôt réceptif au jeu, ce qui a redonné le sourire à J un petit moment. Le chemin, lui, est compliqué aujourd’hui. La bataille de neige a duré sur une partie du chemin. Puis nous sommes arrivés au gîte où nous avons partagé hamburgers et sandwichs avec l’italien. Nous avons ensuite dîné vers 20h avec l’Italien et une pèlerine qu’il n’avait pas vue depuis trois semaines et joué à un jeu de cartes napolitain et aux petits chevaux. Et demain, grasse matinée car l’albergue autorise une sortie à 11h.

 

Samedi 30 mars :

 

J : Après des températures assez basses et un peu de pluie, nous sommes arrivés à Ponferrada en ayant effectué 16 km de marche. Nous avons dormi dans une auberge donativo appelée Saint Nicolas. où nous avons mangé des raviolis au pesto avec un Italien qui a cuisiné. Demain, nous irons à Villafranca del Bierzo.

 

Océane : 28ème jour. Départ tardif du gîte car un réveil plus tard et prise de petit déjeuner. Une étape de 16 km qui s’est déroulée tranquillement entre éclaircies et nuages avec quelques gouttes de pluie. Puis un arrêt près d’un champ de vaches avec un taureau et des ânes à qui nous avons donné à manger, puis enfin arrivés à l’auberge, une bonne douche, des courses, un repas et repos.

Nous devions retrouver le Suisse ici, du coup J l’attend avec impatience car en plus aujourd’hui, il a son premier champ libre.

 

Dimanche 31 mars :

 

J : Aujourd’hui enfin une semie vraie marche de 23 km en direction de Villafranca del Bierzo. Nous sommes arrivés assez tôt. Nous sommes allés loger dans une auberge donativo avec une très bonne ambiance. Nous avons mangé sur place. Le repas était composé en entrée d’une soupe de légumes, de lentilles et de chorizo, en plat principal du riz au curry avec des poivrons, oignons et du poulet au four. Demain, nous irons à O’Cebreiro avec 28 km (une vraie journée)

 

Océane : 29ème jour. Départ de l’auberge avec le Suisse qui nous y a rejoints vers 8h et l’Italien pour une étape de 24 km qui s’est déroulée sous des giboulées avec plusieurs haltes. Arrivés à Villafranca, l’auberge communale était fermée. Nous sommes allés à la suivante qui se trouvait être humaine et riche à notre grande surprise car les locaux étaient un peu inquiétants. Nous avons partagé un repas avec tous les autres pèlerins, cuisiné par notre hôte et nous nous préparons pour le gîte étape qui nous attend demain 28 km.

 

Lundi 1er avril :

 

J : Aujourd’hui, magnifique journée, je dirais même et je pense, la plus belle de mon chemin, parce que déjà pour commencer c’est mon premier jour en marche libre et surtout parce que les paysages étaient magnifiques avec les montagnes enneigées en haut et fleuries en bas. Nous avons aussi enfin quitté la Castille de Léon pour rejoindre la région de la Galice qui est déjà,vu ce que j’aie pu voir,  beaucoup plus belle que les autres régions. Ce soir, nous dormons dans l’auberge commune de la ville O’Cebreiro et qui est pour un petit village vraiment belle. Demain, nous irons toujours en direction de Santiago,mais nous nous arrêterons à Triacastela avec 20 km.

 

Océane : 30ème jour. Étape de 28 km aujourd’hui. Après un désaccord sur le chemin à prendre, une distance s’est creusée entre l’Italien, le Suisse, J et moi. Une fois que je les ai rattrapés, il était l’heure pour J d’avoir sa première après-midi de marche seul. Je suis donc partie devant et ils ont marché tous les trois jusqu’à la destination O’Cebreiro. A l’arrivée, ils se sont douchés et nous sommes allés manger dehors car pas de supermarché dans le village.


Mardi 2 avril : 

 

J : Aujourd’hui, une marche assez désagréable parce qu’il a plu beaucoup pour commencer et puis il y avait beaucoup de neige, ce qui a fait que j’aie fait cette marche avec les pieds mouillés. Sinon, j’ai perdu mon bâton de marche Décathlon, mais c’est un bien pour un mal, parce que j’ai récupéré un vrai bâton de pèlerin. Demain nous irons à Sarria, un assez grand village, si je puis dire, une petite ville.

 

Océane : 31ème jour. Étape de 21 km dans la neige au commencement, puis sous la pluie en compagnie toujours de l’Italien et du Suisse. Un superbe paysage en rentrant en Galice

 

Mercredi 3 avril :

 

J : Aujourd’hui, nous devons faire une marche de 18 km qui s’est transformée en une marche de 24 km, car nous voulions marcher et passer dans un village appelé Samos pour voir son énorme monastère qui était magnifique. Arrivés à Sarria, nous nous sommes arrêtés à l’auberge de la Casa Peltre

 

Océane : 32ème jour. Etape de 24 km durant laquelle nous avons vu un énorme monastère. Une journée tranquille qui s’est déroulée entre éclaircies et nuages, mais ni pluie, ni neige.

 

Jeudi 4 avril :

 

J : Aujourd’hui, nous avons fait 32 km pour arriver dans un petit village après Portomarin. Nous allons effectuer des étapes à plus de 30 km par jour pour arriver à Santiago plus vite pour rejoindre d’autres pèlerins qui nous attendent là-bas. Aujourd’hui, nous séjournons dans une auberge bar/restaurant/hôtel et demain nous ferons 34 km

 

Océane : 33ème jour. Journée un peu difficile aujourd’hui car ce matin, j’ai dit et expliqué les raisons qui font que je ne veux plus marcher avec le Suisse à J. Du coup, ça a été un peu compliqué toute la journée entre nous car il l’apprécie beaucoup. Alors, nous avons marché à deux aujourd’hui, puis en toute fin de journée, un couple de français et le Suisse sont arrivés à notre albergue. Nous avons donc pris un verre avec eux, puis partagé le repas du soir. Une journée mal commencée, mais bien finie.


Vendredi 5 avril :

 

J : Aujourd’hui, après une marche de 33 km, nous nous sommes arrêtés dans une assez grande ville et assez jolie où nous sommes allés nous réfugier à l’auberge municipale de la ville. Nous sommes allés faire les courses et demain nous ferons 32 km, puis 20 km et nous serons à Santiago

 

Océane : 34ème jour, nous avons eu une grosse étape de 31 km aujourd’hui qui s’est plutôt bien déroulée dans l’ensemble avec le partage d’un repas à midi avec le Suisse et le couple de français que nous avons rencontrés hier. Puis catastrophe lorsque nous nous sommes retrouvés tous les deux, mais nous avons réussi à discuter et à apaiser la situation.

 

Samedi 6 avril :

 

J : Aujourd’hui 31 km de marche qui se sont transformés en, je dirais, presque 40 km car aujourd’hui, j’ai eu le droit à une marche libre, car vers la fin, je me suis trompé de chemin et j’ai continué à marcher 2 villages plus loin et c’est arrivé au deuxième village, que je me suis rendu compte que je m’étais trompé. J’ai dû faire demi-tour, ce qui a été très fatiguant physiquement. Nous séjournons dans l’auberge municipale de la ville, appelée Pedrouzo 

 

Océane : 35ème jour de marche. Départ à deux ce matin pour 31 km. Séparation à midi avec J pour son après-midi marche libre. C’était une telle liberté que j’avais plus l’impression d’être sur le chemin en déconnexion totale avec la réalité. Puis arrivée à l’albergue, retour sur terre.

 

Dimanche 7 avril : 

 

J : Aujourd’hui, nous sommes arrivés à Santiago après une marche de 20 km. Quand nous sommes arrivés, j’étais assez heureux car déjà la ville était très jolie et aussi parce que je me suis dit que je suis déjà arrivé à la moitié. Après avoir été dans un bar boire un verre, nous sommes allés faire les courses pour manger une fondue au chocolat. Demain, je vais pouvoir bien me reposer, car dans l’auberge où nous séjournons, on nous jette dehors à partir de 11h et en plus, demain on est en repos.

 

Océane : 36ème jour de marche. Dernière étape du chemin français avec une arrivée à Compostelle vers 12h30 en compagnie du couple de français et du suisse. Nous avons récupéré notre compostela, puis bu un dernier verre avec les français qui terminent leur chemin à Santiago. Et nous, nous avons retrouvé les filles avec qui nous avions marché il y a deux semaines pour partager un dernier repas, car demain elles prennent l'avion pour rentrer chez elles. 


Lundi 8 avril :

 

J : Nous sommes sur notre jour de repos. Le premier ; En fait je vais en faire 6 à Santiago parce que je vais changer d’accompagnante, car ça ne se passe pas bien du tout. J’ai pu faire une sortie de 1h30 car Sylvie m’a autorisé à plus. Pour six jours, nous resterons dans la même auberge appelée Meige qui est vraiment bien.

 

Océane : Jour de repos à Santiago. Peu de temps passé avec J car une entente compliquée, mais des moments partagés avec deux pèlerins avec qui nous avons marché à plusieurs reprises. Un peu de légèreté bienvenue.

 

Mardi 9 avril :

 

J : Aujourd’hui, réveil matinal, car nous devons aller à Muxia, mais nous avons raté le bus, donc nous sommes allés à Fisterra au bout du monde. Le village avait l’air joli, mais nous ne l’avons pas visité, mais nous avons admiré la vue depuis le phare du bout du monde, puis nous sommes allés à Santiago. Demain, j’aimerais visiter l’intérieur de la cathédrale car on m’a dit que c’était vraiment beau et qu’elle était habillée d’or.

 

Océane : 2ème jour de repos sur Santiago. Nous sommes partis ce matin pour prendre le bus pour Muxia que nous avons raté et nous sommes donc partis pour Fisterra où nous avons croisé deux italiens, un marseillais déjà vu sur le chemin et le suisse qui était parti avant nous. Puis nous sommes montés jusqu’au phare et repris le bus pour Santiago. Le marseillais nous a rejoints à l’auberge avec un repas à partager.

 

Mercredi 10 avril :

 

J : Aujourd’hui, j'ai visité la cathédrale de Santiago qui est vraiment jolie et complexe en architecture avec beaucoup de murs recouverts d’or. Puis nous avons aussi visité la tombe de Jacob qui était dans l’église. Ensuite, nous sommes allés manger dans un restaurant-kébab. J’ai eu le droit aussi à un champ libre de 2h où j’ai pu revoir des pèlerins australiens et pu dire au revoir à une bonne amie suisse qui a fini son chemin.


Mercredi 11 avril : 

 

J : Aujourd’hui, changement d’accompagnante pour recommencer cette marche à zéro. Demain, nous recommencerons la marche en direction de Cap Finistère. Aujourd’hui, j’ai appris à connaître ma nouvelle accompagnante, elle aussi.  On est allés visiter l’intérieur de la cathédrale car elle ne l’avait jamais vu, puis nous sommes allés manger dans un restaurant assez original, car c’était un hangar avec plein de stands en mode street-food.

 

Lison : Je m’appelle Lison et je viens de rejoindre J à Santiago pour l’accompagner sur la fin de sa marche.

Aujourd’hui, nous avons pris le temps de faire connaissance et J m’a emmenée visiter la cathédrale et un bout de la ville. On a trouvé un chouette endroit pour déjeuner. Cet après-midi J s'est beaucoup reposé et moi aussi un peu car l’arrivée a été très tardive hier. Nous reprenons le chemin demain en direction de Fisterra. Le beau temps est avec nous et l’ambiance est détendue.


Vendredi 12 avril :

 

J  : Aujourd’hui, retour en marche avec 20 km à effectuer pour arriver à Negreira. Ce matin, il y a eu des petits changements sur mon mot de passe car on m’a volé mon bâton sculpté de mes propres mains, donc j’ai dû marcher sans et je me suis rendu compte que c’était très agréable. Sinon, il a fait super beau aujourd’hui car il faisait 29 degrés. On a enfin retrouvé le vrai climat espagnol et les traces de bronzage. Ce soir, nous dormons à l’auberge municipale de la ville et demain, nous ferons 32 km pour arriver à Olveiroa.

 

Lison : Nous partons de Santiago ce matin sous un grand soleil. Une belle étape à travers beaucoup de sentiers en forêt, c’était très agréable, et très chaud aussi ! Presque 30°, Je commence à me dire que d'avoir pris gants et polaire aura été sûrement bien inutile. On arrive contents de se reposer à l’auberge municipale. On continue à faire connaissance avec et pour le moment ça se passe bien, même si je sens que les amis de J rencontrés sur le chemin qui ont repris leur vie, lui manquent

 

Samedi 13 avril :

 

J : Aujourd’hui, nous avons effectué une marche de 33 km pour arriver dans un petit village appelé Oliveira à deux étapes de Fisterra. Cette marche était très ensoleillée. Il a fait 29°c voire, 30. Cette marche m’a beaucoup affaibli physiquement, mais aussi mentalement car pour commencer je ne marche plus du tout avec l’autre groupe avec qui je marchais et que je connaissais et aussi le manque de ma vie sociale et familiale commence vraiment à se faire ressentir. Je ressens vraiment le manque de complicité et d’amour de ma famille, j’ai déjà pensé à arrêter la marche, mais j'ai envie de la terminer pour prouver à ma famille que je suis capable de réussir quelque chose jusqu’au bout, mais aussi de faire quelque chose de bien. Sur mon plan personnel, je pense que j’ai grandement avancé. J’ai déjà une idée des choses que je voudrais faire en rentrant qui seront bénéfiques pour moi et ma famille. 

 

Lison : Une grosse et belle journée de 33 km. Le soleil nous accompagne tout du long avec une température proche de 30°c, ça sent l’été ! On est content de trouver un endroit où déjeuner et prendre une boisson fraîche.

Nous dormons dans un petit village bien sympathique et discutons avec l'homme qui nous a déposé une petite main, symbole de fraternité entre les pèlerins sur notre table de chevet hier, nous ne savions pas !

 

Dimanche 14 avril : 

 

J : Aujourd'hui, une marche de 20 km pour aller dans un petit village à 12 km de la fin du monde. Cette marche a été très compliquée physiquement. J'avais très mal à la cheville. Le manque de ma vie familiale me manque de plus en plus tous les jours. J’aimerais avoir plus de contacts avec eux, car je pense que c'est essentiel pour mon développement personnel sur cette marche et puis ça m’encouragerait plus pour continuer le chemin.

 

Lison : Une belle étape majoritairement à travers des forêts de pins. C’est un peu dur pour J aujourd’hui qui a une petite forme physique et mentale, mais il se donne de la peine.

On se détend en regardant Saint Jacques - La Mecque qui nous fait beaucoup rire, eux aussi n’avaient pas très envie de le faire ce chemin, mais ça les a bien changés. Nous sommes seuls dans l'auberge avec l'hospitalier qui parle beaucoup et est très content de ne pas passer la soirée tout seul. Un merci à lui pour son accueil chaleureux


Lundi 15 avril :

 

J : Aujourd’hui, nous sommes arrivés à Fisterra, après avoir marché 12 km. C’était assez court, mais très joli car nous avons longé les côtes d’où nous voyons la mer. A Fisterra, j’ai eu un quartier libre de 1h30, ce qui m’a permis de visiter le reste de la ville que je n’avais pas visité. Puis, nous sommes allés voir le coucher du soleil au bord de la plage. C’était vraiment très joli, mais sur la fin, les nuages ont caché le soleil

 

Lison : Nous arrivons à Fisterra en milieu de journée et profitons du temps restant pour se reposer, cuisiner, visiter la ville, faire une machine. Pendant le quartier libre de J, je me suis rendue au phare (J y est déjà allé il y a quelques jours). C’est magnifique comme endroit, ça donne vraiment une impression de bout du monde.

Ce soir, nous allons sur la plage pour voir le coucher de soleil. Les vagues sont grosses et cela enthousiasme J qui s’en mouille les baskets, malgré l’air frais de la soirée.

 

Mardi 16 avril :

 

J : Aujourd’hui, je dirais qu’on a eu un jour de repos, car on n’a pas vraiment marché. Nous sommes allés visiter Muxia et ses côtes. Il y avait beaucoup de vent, mais c’était beau. Puis nous avons pris un bus pour revenir à Santiago pour que demain, nous prenions un bus pour aller à Madrid, puis à Casarès.

 

Lison : Nous sommes de retour à Santiago, en bus, après avoir fait un crochet à Muxia, aussi un lieu magnifique. Le vent est très fort, alors nous n’y resterons pas très longtemps.

J qui avait une petite forme morale ces derniers jours, semble apprécier le retour à la familiarité de Santiago. Il y a passé quelques jours la semaine dernière et connaît la ville “comme sa poche” dit-il. Peut-être que si nous ne sommes pas fatigués, nous irons écouter les musiciens à la cathédrale à 22h.


Mercredi 17 avril :

 

J : Aujourd’hui, nous avons fait beaucoup de transport en commun, le train surtout, puis nous sommes arrivés à Madrid, la capitale de l’Espagne pour prendre un autre train pour rejoindre la ville de Caceres, le lendemain. A Madrid, j’ai pu manger mon premier Popeye’s, c’est un fast-food avec du poulet comme KFC, mais en mieux. On m’en avait beaucoup parlé, mais je ne suis jamais tombé dessus en France. Puis, nous sommes allés visiter la ville.

 

Lison : Nous devions arriver à Caceres le soir, mais pour des raisons de billets de train que nous devions changer (ne pas acheter sur le site de la SNCF en Espagne même s’ils vendent les billets), nous arrivons finalement à Madrid où nous faisons halte pour la nuit. Nous trouvons une auberge de jeunesse au tarif abordable et nous nous baladons dans cette grande ville en soirée. J semble apprécier l’effervescence qui y règne. C’est vrai que ça donne un peu l’impression d’assister à des spectacles, juste en se baladant. Il y a beaucoup de vie partout, des musiciens dans les rues, des petits vendeurs, beaucoup de gens dans les rues, les restaurants et magasins ouverts jusqu’à tard, un sacré contraste avec le calme de Fisterra il y a quelques jours.

 

Jeudi 18 avril :

 

J : Aujourd’hui, nous avons pris le train pour aller à Caceres pour commencer un nouveau camino, appelé le Camino de la Plata. De ce que l’on m’a dit, il ressemble beaucoup à la meseta de la Castille de Léon. On m’a dit que ce chemin était assez facile par rapport aux autres, car il a beaucoup de plats, mais on m’a dit qu’il avait l’inconvénient, comme beaucoup de chaleur pour pas beaucoup de points d’eau et qu’il y avait assez de complications pour trouver un logement. Par exemple, demain nous ferons 33 km parce qu’il n’y a pas de logement où nous devrions nous arrêter.

 

Lison : Après avoir rejoint Caceres en train depuis Madrid, ça y est nous nous sommes engagées sur la Voie de la Plata ! On nous avait dit que c'était chaud -chaud en température et je dois dire que l’on ne nous a pas menti, ça tape bien. Dans les campagnes, c’est très fleuri et les couleurs sont très belles. L’auberge est presque pleine quand on arrive, on a eu de la chance qu’il y ait encore deux lits de libre ce soir.


Vendredi 19 avril :

 

: Aujourd’hui, nous avons effectué un parcours de 33 km, car il n’y avait pas de logement où nous devions nous arrêter, du coup, nous nous sommes arrêtés dans un hôtel, appelé Hôtel-Malaga. Là-bas, j’ai pu enfin avoir une chambre seule après un mois et demi et le luxe d’avoir une télé dedans avec des chaînes espagnole et anglaise. Demain, nous effectuerons une vraiment petite étape. Je dirais même la plus petite de mon chemin, une étape de 8 km.

 

Lison :  Réveillés à 4h par des pèlerins peu discrets, nous partons de bonne heure, sous les étoiles à 6h du matin.

On assiste au lever du soleil et on bénéficie de plusieurs heures à la fraîche avant 10h et tant mieux car on a une belle étape de 33 km. L’auberge est pleine quand nous arrivons, mais heureusement il y a un hôtel qui nous fait un “prix pèlerin”. On est contents de bien se reposer. On croise dans les rues un monsieur qu'on a secouru sur le chemin. Il est tombé et s'est blessé, saignant beaucoup et nous l’avons aidé à nettoyer et colmater cela. Il a eu droit à quelques points de suture au Centre de Santé quelques heures plus tard. Il est vaillant et reprend le chemin demain.

 

Samedi 20 avril

 

J : Aujourd’hui, nous avons effectué une petite étape de 8 km pour dormir dans une auberge donativo. Cette étape était assez facile parce que déjà elle était très courte et qu’elle était dans la forêt, donc nous avons beaucoup esquivé le soleil.

 

Lison : Petite étape de 8 km “forcée” (l’auberge de l’étape suivante est pleine) qui permet de profiter d’une grasse matinée et de se reposer les mollets.

On arrive dans un tout petit village, on est très bien accueillis et nourris dans l’auberge, l’unique du village. On a traversé une forêt de vieux chênes juste avant d’arriver, c’était magnifique.

 

Dimanche 21 avril :

 

J : Aujourd’hui, nous avons parcouru 21 km pour rejoindre un petit village appelé Galisteo. C’est drôle, car ce village me fait penser à ma ville en miniature car le centre du village est à l’intérieur, ses remparts et le reste à l’extérieur. Demain, nous ferons une petite étape de 12 km et puis une très grosse de 38 km.

 

Lison : Les 21 km reliant Grimaldo à Galisteo sont très agréables, dans les prairies. J marche d’un bon pas. Il finit les 10 km en autonomie et m'attendra un petit moment avant que je le rejoigne; Et oui, je me suis trompée de chemin et il m’a fallu un petit temps avant que je le remarque et fasse demi-tour.

La petite ville est jolie, fortifiée, un peu vide car nous sommes dimanche et pas grand-chose est ouvert. Heureusement, nous arrivons 15 mn avant la fermeture de la supérette pour nous approvisionner pour le reste de la journée.


Lundi 22 avril : Carcaboso

 

J : Aujourd’hui, nous avons effectué une petite étape de 12 km pour arriver à Carcaboso, puis nous avons fait les courses pour manger le repas de midi, puis l’après-midi a été consacrée à la sieste car demain nous avons une étape prévue de 40 km et je pense la plus grosse de ce chemin.

 

Lison : Petite étape de 12 km qui autorise une semi grasse matinée avant de prendre la route pour Carcaboso en tout début d’après-midi. Nous nous reposons et mangeons bien (une cuisine équipée, on est contents de pouvoir se préparer quelque chose). Pas facile de se coucher tôt ce soir, surtout pour J, ça va piquer au réveil demain matin. On prévoit de partir vers 5h, car on a 40 km.

 

Mardi 23 avril : Aldeanueva

 

J : Aujourd’hui, réveil très matinal pour effectuer cette étape de 40 km. Nous nous sommes réveillés à 5h du matin pour partir à 5h30 de l'auberge. Après les 7 premiers kilomètres, une surprise nous attendait, moi et un français avec qui je marche devant. Nous avons surpris un taureau sans le vouloir qui nous chargeait. Nous avons pris la fuite, mais j’ai eu vraiment peur. Puis 5 km plus loin, nous sommes arrivés au monument, symbole du camino de la plata qui s’appelle l’Arc de Caparra. Nous avons visité cette ruine et son musée où nous avons pu avoir le tampon de l’Arc sur notre crédencial. Après ça, 4 ou 5 km, nous avons pu nous arrêter dans un coin à l’ombre pour faire notre pause midi qui n’était pas vraiment à midi, mais c’est parce que nous ne voulions pas trop nous arrêter pour esquiver le soleil. Puis, je dirais 2 voire 3 h après, nous avons dû passer un pont qui s’était effondré. On a dû quitter nos chaussures et passer dans l’eau gelée de la rivière.

Après cette longue journée d’efforts, le réconfort. Nous sommes allés manger au restaurant du village où nous nous sommes arrêtés qui s’appelle Aldeanueva del camino où nous nous reposerons dans une auberge donativo.

 

Lison : Chose due chose faîte. Malgré une petite nuit, nous nous levons quand le réveil sonne à 5h et sommes avec nos sacs dehors à 5h30. On est éclairés par la pleine lune et sommes accompagnés par le chant des rossignols, ainsi que d’une joyeuse troupe de deux autres français et un coréen. A plusieurs, c’est plus motivant !

A mi-parcours, on passe sous une arche magnifique, vestige d’une ancienne ville romaine. Malgré des péripéties (comme la construction d’un “pont” pour traverser une rivière), nous marchons bien et arrivons vers 17h30 à notre auberge, fatigués de ce réveil matinal et de ces 40 km dans les pattes, mais contents d’avoir relevé “le défi”.

Après un repas au resto bien copieux pour reprendre des forces et l’écriture du blog, le lit ne va pas se faire attendre ! Pour sûr qu’on s’endormira plus facilement qu’hier soir.


Mercredi 24 avril :

 

J : Aujourd’hui, journée tranquille. Nous avons avancé doucement, mais sûrement. Nous avons parcouru 22 km pour arriver dans un petit village appelé Calzada. Nous sommes allés manger et fêter le départ d’un pèlerin allemand, appelé Stéphan qui m’a confié une mission importante qu’il ne pouvait pas faire, car il rentrait chez lui en Allemagne. Cette mission consiste à poser un caillou sur les marches de la cathédrale de Santiago pour son père décédé. Demain, nous irons à Fuenterroble de Salvatierra avec 21 km à effectuer.

 

Lison : Nous partons tranquillement pour notre étape du jour vers 10h après avoir été invités pour un “chocolat aux churros” par notre ami allemand.

A midi, nous pique-niquons dans une albergue donativo super sympa. L'hospitalier est très chaleureux.

Nous atteignons Calzada après une petite ascension dans la montagne. Ce soir, nous dînons avec toute une équipe, car deux personnes quittent le chemin. L’une d’elles a confié un caillou à J. en hommage à son père décédé pour qu’il le porte jusqu’à Santiago.


Jeudi 25 avril :

 

J : Aujourd’hui, nous avons parcouru 21 km pour arriver à Fuenterroble de Salvatierra. Nous sommes allés nous loger dans une auberge donativo très connue sur ce chemin. Je ne sais plus pourquoi elle est très grande. Ce soir, l’auberge organise un repas en commun avec tous les pèlerins. Demain, nous irons à Morille à 33 km.

 

Lison : Nous partons tardivement, car le réveil est un peu dur ce matin pour J. Heureusement, le chemin est facile et agréable et nous sommes accueillis ce soir dans un genre de monastère. La tablée est grande pour le dîner, environ 30 personnes. Ce soir, nous ne ferons pas long feu et l’ambiance est moins festive que la veille, tant mieux. Une bonne nuit de sommeil, car demain encore une grosse étape de 30 km.


Vendredi 26 avril : 

 

J :  Aujourd’hui, nous avons parcouru 33 km pour arriver dans un petit village appelé Morille. A l’entrée de l’auberge, il y avait un enclos avec des chèvres, des moutons et des biches. C’était cool, les petits s’amusaient à se battre entre eux en se donnant de grands coups de tête. Demain, nous irons à Salamanque où nous aurons un jour de repos.

 

Lison : 33 km aujourd’hui nous amènent jusqu'à Morille. La route est un peu monotone et plutôt facile, avec peu de dénivelés. Ce village est vraiment tout petit, heureusement il y a quand même un bar d’ouvert pour nous restaurer.  On dîne avec un français, plus de 70 ans, qui s’est mis à marcher à 60 ans et qui a depuis parcouru de nombreux chemins. C’est relaxant de pouvoir échanger en français. J est curieux et il lui pose beaucoup de questions.

 

Samedi 27 avril :

 

J : Aujourd’hui, réveil matinal pour aller à Salamanque avec 20 km à effectuer. Aujourd’hui, ce sera mon premier jour en autonomie complète. J’ai commencé à marcher sous les coups de 8h30, 5-6 km plus loin, une averse de pluie et de grêle est tombée sur moi. J’ai regretté d'avoir laissé mon poncho à Santiago à mi-chemin, je dirais plutôt à 30 mn de l’auberge, j’ai pris une pause sous un pont, car j’étais gelé pour la première fois depuis le début, j’ai sorti ma couette de survie qui n’a strictement servi à rien.

Après ça, je suis arrivé à l’auberge, j’ai posé mes affaires, puis nous sommes allés manger. Je suis allé au Mac-Do où ça faisait plus de deux mois et demi que je n’y étais pas allé manger. Demain, pas de marche. Jour de repos.

 

Lison : Une matinée pas des plus agréables. 20 km sous une pluie givrante. On arrive congelés et trempés à l’auberge de pèlerins de Salamanque. Je me suis hâtée vers la fin car il y avait peu de places, heureusement, il en restait deux et J m’a retrouvé peu de temps après. On a dû traîner dehors mouillés encore quelques heures car ce n’est qu’à 16h qu’on a eu le droit de s’installer. Un bon repas nous a fait reprendre des forces entre-temps, puis la douche chaude et la sieste ont été un vrai bonheur juste après.

Le soir, nous sommes sortis retrouver J et son père en ville. On a aussi trouvé une auberge de jeunesse pour demain car c’est un jour de repos, ça nous permettra de visiter la ville et comme on ne peut pas rester deux jours de suite dans une auberge de pèlerins, il faudra avoir quitté les lieux à 8h comme les autres pèlerins. Dur dur pour J qui rêve d’une grasse matinée.

 

Dimanche 28 avril :

 

J : Aujourd’hui, jour de repos à Salamanque. Nous avons mangé au restaurant à midi, puis nous sommes allés visiter la ville et un musée sur la guerre en Espagne et la franc-maçonnerie. Ce soir, nous séjournons dans un hôtel.

 

Lison : Après un passage à la laverie, nous nous promenons dans les rues de Salamanque jusqu’à la possibilité de rejoindre notre chambre à 18h où nous nous reposerons un peu. J profite de la télé, ce n’est pas souvent que cela se présente et nous sommes de repos.

On ressort ensuite dans la soirée. Les rues sont très animées de locaux, touristes, étudiants, pèlerins. C’est très vivant et les bâtiments sont vraiment très beaux. Nous apprécions l’atmosphère de cette ville, mais le froid nous convainc de rentrer se mettre au chaud pas trop tard tant mieux car demain, on reprend la marche.


Lundi 29 avril : 

 

J : Aujourd’hui, nous avons effectué une petite étape de 15 km pour arriver à Calzada de Valdunciel. Nous dormons dans une auberge assez jolie, car c’est une espèce de maison. Il y avait aussi un petit chiot dressé pour les personnes aveugles. Demain, nous effectuerons une marche de 20 km.

 

Lison : Après une semi-grasse matinée, une halte au marché local, nous nous remettons en chemin pour une petite étape de 15 km.

L’auberge municipale n'a qu’un lit de disponible, alors nous trouvons une autre auberge “un peu plus chère” mais bien confortable. Il y a une cuisine ce qui nous permet de manger, nous fait plaisir et c'est appréciable. On retrouve J et son père qui ont marché devant nous. Les échanges vont bon train.


Mardi 30 avril

 

J : Aujourd’hui, nous avons fait une étape de 20 km pour arriver à El Cubo. Nous avons fait un repas commun avec les pèlerins de l’auberge.

Demain, petite étape avec 14 km à parcourir. Ce soir, nous avons regardé un match de foot de la demi- finale des Champions de la Ligue avec Le Real et le Bayern.

 

Lison : Une étape pas trop intéressante le long de l’autoroute, mais nous sommes bien contents d’arriver avant la pluie, parfait ! Nous sommes encore très bien logés ce soir et l’ambiance est chouette, on dîne tous ensemble avec une dizaine d’autres pèlerins.

Ce soir, il y a un match de foot important apparemment, le Real et j’accompagne J dans un bar pour le regarder, une grande première pour moi et on passe une très bonne soirée, cool ambiance.

 

Mercredi 1er mai :

 

J : Aujourd’hui, nous avons fait une petite marche de 14 km. Nous sommes arrivés dans un petit village avec rien du tout, ni restaurant, ni supérette ou magasin juste un monsieur qui vendait du pain. Ce soir, nous avons prévu d’aller voir l’autre match de demi-finale de champions de la Ligue qui confronte le BVB Dortmund et le PSG ; demain, nous ferons 20 km pour arriver à Zamora, une assez grande ville.

 

Lison : Une belle étape au milieu des fleurs, coquelicots, bleuets, genêts, lavande. Il y en a de toutes les couleurs et de toutes les saveurs.

Depuis des jours il fait vraiment froid, on espère que le soleil va revenir bientôt parce qu’on n’a pas notre équipement d’hiver. Aujourd’hui, étape dans un tout petit village. Il n’y a pas grand-chose pour se restaurer, mais un bar. Et ce soir, il y a encore un match important. On va y aller et rapidement se coucher ensuite car départ tôt demain prévu pour Zamora


Jeudi 2 mai : 

 

J : Aujourd’hui, nous sommes arrivés à Zamora, une grande ville qui est jolie avec son rio (son fleuve) qui traverse la ville et ses ponts du Moyen-Age. Nous avons logé dans une auberge donativo très grande sur trois étages. Les hospitaliers étaient français ce qui était vraiment cool, puis il y a eu aussi une vague, très grande vague de pèlerins français âgés d’une tranche d’âges entre 50 et 76 ans pour les plus vieux. Demain, nous ferons 18 km. Ce n’est pas beaucoup, mais c’est un peu.

 

Lison : Aujourd’hui, J fait l’étape en autonomie. Il part très tôt quand je me réveille à peine. Nous nous retrouvons à midi devant l’auberge de Zamora. Une très belle ville qu’on visite en faisant nos courses.

Ce soir, c'est un grand soir ! Une cuisine toute équipée nous attend alors on se fait plaisir à préparer ce qu’il nous plait. J impressionne tout le monde avec son poulet au curry.

 

Vendredi 3 mai

 

J : Aujourd’hui, j’ai effectué 22,5 km en autonomie avec un français de Nîmes qui avait activé son application pour savoir combien on ferait à l’heure. L’application nous a indiqué qu’on faisait du 5,5 km à l’heure, ce qui n’est pas mal, je pense. Ce soir, nous dormons dans une auberge avec pas beaucoup de lits (20). Cette nuit n’a pas été agréable, car il y avait plus de la moitié du dortoir qui ronflait et tous les lits grinçaient.

 

Lison : Une belle journée avec de nouvelles rencontres dont un monsieur de 72 ans, anglais, que nous avons déjà vu des fois et avec qui je discute plus longuement. Il y a aussi pas mal de français ce soir à l’auberge, ce qui facilite les échanges pour J.

Ce soir, J fait encore beaucoup d’envieux en cuisinant un morceau de bœuf du boucher à la sauce au poivre maison. Ça embaume bien !

 

Samedi 4 mai : 

 

J : Aujourd’hui, nous sommes arrivés à Granja de Moreruela, un petit village avec un restaurant, deux tiendas (un petit magasin) et une auberge avec plus de places qu’hier. Demain, nous comptons faire 26 km pour arriver à Tabara. Nous irons dans une auberge avec 38 places de libres, donc nous partirons un peu plus tard.

 

 Lison : J marche en autonomie ce matin, il m’a gardé un lit et je le retrouve vers midi. On va manger dans le bar du coin où l’on s’attable avec d’autres pèlerins. On a bien faim et le repas est copieux.

Cette après-midi, on se repose beaucoup, on prépare de petites choses pour les étapes à venir et sûrement que l’on va ressortir un peu dans la soirée. J n’a pas trouvé son bonheur dans la petite tienda pour dîner, du coup on va retourner au bar de midi et moi je pense que je vais continuer à digérer le repas de 15h.

 

Dimanche 5 mai 

 

J : Aujourd’hui, journée qui commence assez spéciale avec le réveil à 5h10 dû au fait qu’un vieux pèlerin est tombé de son lit superposé. Une ambulance est venue le chercher et plus tard dans la journée d’autres pèlerins nous ont dit qu’il allait bien. Nous avons parcouru 26,5 km pour arriver dans un petit village appelé Tabara. Nous sommes allés dormir dans une auberge donativo où nous avons mangé un repas partagé avec d’autres pèlerins. Demain, nous ferons 22 km que j’espère ne sera pas douloureux et fatigant pour mon accompagnante.

 

Lison : Un réveil un peu atypique à 5h du matin avec un monsieur de 70 ans qui chute de son lit. L’ambulance arrive, apparemment tout va bien, mais il est tout de même amené pour des examens car il est tombé sur la tête. Tout le monde s’affole un peu dans l’auberge pleine à craquer, sauf J qui a décidé qu’il continuerait sa nuit. Nous partons tranquillement vers 9h et marchons d’un bon pas car la pluie s’annonce. Nous arrivons au moment des premières gouttes juste à temps pour s’abriter pour déjeuner avec nos amis pèlerins. J’ai une drôle de douleur sur le dessus du pied gauche qui est apparue en milieu de matinée et persiste encore. C’est un peu bossu et gonflé mais pas douloureux. Une pèlerine me parle de fracture de fatigue. J’espère que ce n’est pas ça et qu’après une bonne nuit, tout ira mieux.


Lundi 6 mai

 

J : Aujourd’hui, nous avons fait une étape de 22 km. Nous sommes partis à 9h30 et sommes arrivés à 14h. Peu avant, nous avons fait les courses dans un village avant le nôtre, car dans le nôtre, il n’y avait pas de quoi acheter de la nourriture.

Nous sommes dans un village appelé Santa Marta d’où demain nous partirons pour aller à un autre village à 28 km plus loin, appelé Rionegro.

 

Lison : Notre hôte nous a préparé le petit déjeuner, puis une fois le sac bouclé, nous nous mettons en chemin en direction de Santa Marta, à 22 km de là. Le soleil est à nouveau avec nous, et cela rend la journée bien plus agréable. Je n’ai presque pas mal au pied en partant, un peu plus en arrivant ce soir. Nous logeons dans une albergue qui vient d’être refaite, tout est propre et fonctionnel, c’est bien agréable.

 

Mardi 7 mai

 

J : Aujourd’hui, réveil à 7h30 pour partir à 8H-8H30, puis après quelques kilomètres, nous sommes arrivés près d’un lac où il y avait un barrage. Le chemin autour du lac était vraiment joli et fleuri. Peu après le lac, j’ai marché dans une forêt où j’ai pu voir une biche. Après tout ça, je suis arrivé au village appelé Rionegro. Le soir venu, nous sommes allés manger dans un restaurant avec les mêmes pèlerins où la cuisine était censée être “gastro”.  C’était drôle car les pèlerins ont demandé s’ils pouvaient avoir des patates en plus de ce qu’il y avait et le monsieur s’est énervé en disant qu’il n’y avait pas ça dans le menu. Ce soir, nous dormons dans la seule et unique auberge du village. Demain, nous ferons 26 km. 

 

Lison : De Santa Marta à Rionegro, une belle étape de 28 km bien agréable, sous le soleil. On a marché la matinée ensemble avec J et il termine ensuite l’étape en autonomie.

Nous passons devant un barrage, puis longeons la rivière un long moment, autant d’occasions de plonger mon pied dans l’eau froide de temps en temps. Je suis contente d’arriver au bout de l’étape sans avoir trop mal.

Nous mangeons ce soir dans l’unique restaurant ouvert, un genre de gastro qui nous fait un menu pèlerins. C’est super, bon, mais j’avoue que j’aurais bien mangé un peu plus.


Mercredi 8 mai

 

J : Aujourd’hui, nous avons parcouru 26 km pour arriver à Asturianos, un petit village avec une petite supérette, une auberge-restaurant. Nous y avons mangé et ce soir je regarde la demie finale de la Ligue des Champions

 

Lison : 26 km à travers la campagne et de petits villages nous amènent jusqu’à notre étape du soir. Nous croisons beaucoup d'animaux en semi-liberté, notamment des troupeaux de chevaux avec leurs poulains. Le temps est ensoleillé et agréable et on se détend dans la pelouse devant l’auberge. Ce soir, un nouveau match de foot, ce qui fait plaisir à J et que je suis de manière distante, car j’ai le rapport de la quinzaine à rédiger.


Jeudi 9 mai :

 

J : Aujourd’hui grosse et longue étape pas parce qu’il y a 28 km à effectuer, mais parce que le chemin était beaucoup accidenté. Il y avait beaucoup de zones boueuses. Le chemin était mal indiqué. A partir d’aujourd’hui, j’ai calculé, il me reste 14 jours de marche, puis 4 jours de stage et le transport à faire, puis je serai chez moi. Demain, nous ferons 18 km. Une petite étape, donc une grasse matinée est prévue

 

Lison : Le terrain est bien spongieux, parfois impraticable. Nous prenons quelques tronçons de route et faisons une belle pause au bord de la rivière à Pueblo de Sanabria pour le pique-nique. L’eau est un peu froide, mais qu’est-ce que c’est bon de se baigner. Petite visite de la ville pour moi et J part devant. J’arrive avant lui à l’auberge 13 km plus loin. Pas de panique, il me retrouve quelques minutes après et me raconte ses aventures. Ce soir, on va manger au restaurant et on se régale, le serveur est adorable.


Vendredi 10 mai

 

J : Aujourd’hui, nous sommes arrivés à Lubian, un très joli village qui se situe en haut du sommet de la montagne. L’auberge où nous sommes allés dormir ne coûte que 3 €, c’est l’auberge la moins chère d’où j’ai pu dormir. Pendant tout le long de la marche, j’ai marché en autonomie. J’ai marché avec une brésilienne qui venait de Sao Paulo. Nous avons fait, je dirai 80 % du chemin ensemble et sur la fin, avant l’arrivée au village, nous nous sommes baignés dans une rivière. Demain, nous irons dans un village appelé A Gaudina

 

Lison : J effectue cette étape quasi en autonomie, il marche durant une grande partie avec une brésilienne. Il me dira le soir s’être baigné et avoir vu deux serpents. De mon côté, j’ai trouvé la signalétique pas toujours évidente suite à des travaux TGV, du coup j’appréhendais un peu que J se perde, mais non, il était bien dans l’auberge et comme je disais il n’a pas marché seul. Le soir, nous cuisinons à l’auberge qui ne coûte que 3 €/p, incroyable et J tarde ensuite à se coucher, ce qui crée un peu de tension entre nous.

 

Samedi 11 mai

 

J : Aujourd’hui, je me suis levé avec un gros mal de ventre et de tête. Je pensais que ça allait passer, donc j’ai commencé la marche. Arrivé au bas de la montagne que nous allons monter, j’avais des vertiges et des nausées. Je me suis encore dit, je vais continuer, ça va passer. Chose que je n’aurais pas dû faire, car dans la montagne, il n’y a aucun chemin pour les voitures. Il n’y a que des chemins accessibles à vélo ou à pied. Nous sommes à plus de la moitié de la montagne et mon corps a lâché. Je n’arrivais plus à marcher. Je me suis assis et je n’arrivais plus à me relever. Puis nous sommes restés une heure sur place, car je n’arrivais pas à bouger et au moment de repartir, je me suis relevé et j’ai vomi tout ce que j’avais en moi. Après ça, Lison a appelé Sylvie pour lui demander si on pouvait prendre un taxi, car ce n’était plus possible de marcher. Elle nous a dit de s’avancer au plus près d’une route accessible pour les voitures pour prendre le taxi et rejoindre le village où nous devons nous arrêter.

 

Lison : Réveil difficile. J n’est pas trop en forme, moi non plus. On se met en marche en se disant que ça va aller mieux et qu’on a peu dormi. Mais ça ne va pas mieux, bien au contraire.

Vers 10h du matin, on est vraiment très mal, courbatures, pas de force, envie de vomir. On avance difficilement (environ 3 km en montagne) jusqu’à la plus proche route où un taxi nous récupère et nous amène à l’auberge. On se couche à 14h en arrivant, épuisés, et on se lèvera que le lendemain matin, on ne peut rien avaler.

 

Dimanche 12 mai

 

J : Aujourd’hui après une nuit assez compliquée à cause de mon état physique, nous avons pris le taxi pour aller à l’étape suivante qui était à 35 km pour arriver dans un village sous les coups de 11h. Nous nous sommes posés dans un bar le temps que l’auberge ouvre à 13h et après son ouverture, j’ai fait une bonne sieste jusqu’à 18h30. Cela m’a beaucoup aidé et puis nous sommes allés manger au restaurant. J’ai réussi à manger et nous sommes rentrés à l’auberge. Ce soir, je pense que ça va mieux pour le moment, donc demain nous marcherons une petite étape de 12 km. J’aimerais faire 19 km pour rester avec un groupe de pèlerins que j’aime bien et j’aimerais partager ces derniers moments de mon chemin avec eux.

 

Lison : Je vais mieux, toujours affaiblie, mais rien à voir comparé à hier.

J exprime être toujours mal, mais semble tout de même mieux que la veille. Nous rejoignons Laza en taxi pour se reposer encore aujourd'hui et espérons que nous pourrons reprendre le chemin demain.

 

Lundi 13 mai : 

 

J : Aujourd’hui, nous devons effectuer 12 km qui se sont transformés en 20, car au village où nous devions nous arrêter, il n’y avait pas de pharmacie et j’avais vraiment besoin de cachets pour le mal de ventre. Arrivés au village, nous sommes allés au supermarché du coin pour acheter à manger et nous sommes passés à la pharmacie. Demain, nous ferons 14 km pour arriver à Xunqueira de Ambia

 

Lison : Bon, J a tenu à manger une entrecôte hier, suivie d’une glace et arrosée d’un coca, signe que ça allait mieux hier soir. Pour ma part, je suis restée plus modérée sur le repas.

Ce matin, ça va globalement beaucoup mieux, même si J se plaint encore d’inconfort digestif. Le temps est gris et annonce la pluie quand nous partons, mais à part quelques gouttes, nous arrivons quasi sec à Villar, une petite étape de 19 km pour nous remettre dans la marche sans trop se fatiguer et ça va bien.

Ce soir, nous ferons une petite séance de stretching sur chaise avec J et deux autres pèlerins, c’était très drôle. Sinon, cet après-midi nous nous sommes reposés.

 

Mardi 14 mai :

 

J : Aujourd’hui, petite étape en détente avec 14 km à faire. Le village est assez petit, mais il a tout ce qu’il faut. Aujourd’hui, le chemin était très boueux et très glissant à cause du temps qui ne joue pas en notre faveur depuis quelques jours. Demain, nous irons à Ourense, une des plus grandes villes du chemin que nous sommes en train d’effectuer (via de la Plata). Là-bas, nous effectuerons un jour de repos. Pour arriver à Ourense, nous ferons 23 km

 

Lison : Nous partons sous une pluie fine qui nous suivra tout le long des 14 km. Le chemin est parsemé de limaces noires et dodues. Ça glisse pas mal en forêt et on croise des arbres magnifiques.

Nous déjeunons dans notre ville étape avec JB et son père qui eux continuent en taxi vers Ourense.

Globalement, on va beaucoup mieux qu’il y a deux jours, mais ce n’est pas encore la forme optimale, alors j’ai apprécié de faire une petite étape de 14 km et j’anticipe avec joie le repos de Ourense, où, en plus, il paraît qu’il y a des sources d'eaux chaudes naturelles.


Mercredi 15 mai

 

J : Aujourd’hui, nous sommes arrivés à Ourense avec la pluie “le temps galicien” pour aller nous réfugier dans une auberge privée appelée “auberge Guelo” qui était fermée à notre arrivée, donc je suis allé avec Lison chercher une paire de basket de marche, car sa paire était trop usée. Après ça, nous sommes allés manger une pizza, le temps que l’auberge ouvre ses portes. Puis lorsqu'elle a été ouverte, nous nous sommes installés. Nous avons pris un quartier libre chacun où j’ai eu le temps de visiter la ville et me rendre compte qu’elle était vraiment belle.

 

Lison : Après avoir longé la route quasi tout du long sous une pluie fine ou forte, selon les moments, avec quelques moments de répit, nous sommes contents d’arriver à Ourense. On attendra un peu l’ouverture de l’auberge privée, choisie spécifiquement car le check out est tardif et va permettre demain une grasse matinée attendue par J. Nous ressortirons seulement le soir pour retrouver des amis et aller goûter quelques spécialités locales, notamment le poulpe, la tortilla reste une valeur sûre pour J

 

Jeudi 16 mai :

 

J : Aujourd’hui, nous sommes en repos à Ourense. Nous avons prévu d’aller aux thermes, les sources d’eaux naturellement chauffées. Nous sommes allés dans les thermes privés et payants où il y avait beaucoup plus de bassins. Pour nous deux, ça nous aura coûté que 12,80 €. Nous y sommes restés une heure et demie, puis nous avons pris le bus pour aller manger. Nous devions aller au McDo mais du coup, nous sommes allés dans un buffet à volonté.

 

Lison : Après la grasse matinée, nous prenons le bus pour aller aux thermes, à 6 km de là où il y a des sources d’eaux chaudes naturelles. J n'était pas très emballé au départ, mais semble finalement avoir bien apprécié. On a passé 2 heures à faire des allers-venues entre différents bassins : 10 mn dans l’eau chaude, 2 mn dans l’eau froide. On sort de là complètement détendus. Puis quartier libre pour J et moi, j’en profite pour aller m’acheter de nouvelles chaussures car ma semelle gauche vient de lâcher, une chance que nous soyons en ville à ce moment-là.

Le soir, nous sommes invités à dîner avec quatre autres pèlerins “séniors” dont l’un d'eux insiste pour payer le repas de J et nous remercie pour la belle soirée passée ensemble. On rentre tardivement pour se coucher, mais demain on restera une journée de plus à Ourense pour “rattraper” notre avance.


Vendredi 17 mai

 

J : Aujourd’hui, nous avons pris un autre jour de repos, car nous avons de l’avance sur notre emploi du temps. Nous n’avons pas fait grand-chose à part une sieste et un quartier libre de 2h où j’ai visité la cathédrale de la ville que je  n’avais pas visitée et j’ai bu un verre dans un bar. Demain, nous reprenons la marche avec 23 km à effectuer dans les montagnes pour arriver dans un village appelé Cea.

 

Lison : Une matinée tranquille, on profite du four de l’auberge privée pour se faire à manger à midi, puis nous déplaçons nos affaires à l’auberge municipale où nous passerons la nuit (on ne peut y rester qu’une nuit) Nous nous reposons principalement cet après-midi, puis je retourne faire un tour aux thermes et J préfère rester en ville se balader pour ces 2h de quartier libre. Ce soir, dans l'espace commun, on discute avec des français du sud de la France.  On va aller se coucher plus tôt que les jours précédents, car on se remet en marche.

 

Samedi 18 mai

 

E : Aujourd’hui, nous avons repris la marche avec 23 km à effectuer pour arriver dans un village appelé Cea. Arrivés là-bas, nous sommes allés loger à l’auberge municipale où il y avait une cuisine, donc nous sommes allés chercher de quoi se faire à manger. Je me suis fait du poulet à la sauce blanche et au jambon et en dessert une crème au chocolat de chez la Laitière. Demain, nous ferons une toute petite étape pour aller dormir dans un monastère au lieu d’aller dormir dans une auberge assez chère où il y a des lits pour 30 € par personne, ce qui nous fait assez cher la nuit.

 

Lison : Journée pluvieuse, journée heureuse ! 23 km sous une pluie parfois bien forte, mais en discutant et en blaguant, ça passe vite. On ne croisera personne aujourd’hui pendant la marche. On se remémore des moments particuliers vécus ensemble, notamment notre expérience périlleuse la semaine dernière lorsque nous étions HS tous les deux tellement nous étions malades et quelques autres expériences aventureuses ou drôles.

On profite d’une cuisine avec des casseroles pour nous faire à manger, on ne sait pas de quoi demain sera fait.

 

Dimanche 19 mai

 

J Aujourd’hui, une petite étape de 9 km a été effectuée. Nous dormons à côté d’un monastère qui est vraiment très grand et très vieux à part ça, le chemin était plutôt fleuri.

Aujourd’hui, ce dimanche 19 mai, est l’un des derniers, il me reste 10 jours avant de pouvoir rentrer chez moi. J’ai hâte car sans le ressentir particulièrement, j’ai quand même marché presque plus de trois mois sans rentrer chez moi.

 

Lison : Une étape courte de 9 km mais sacrément belle dans la campagne galicienne qui nous mène à Oisera, c’est une alternative sur le chemin qui nous permet de voir un très ancien monastère. Peu de pèlerins ont choisi cette option et on se retrouve dans une grande auberge quasi neuve à très peu. Il y aura moins de ronflements, tant mieux !

Le seul endroit où nous pouvons manger ce soir ne ravit pas J, heureusement qu’il y avait une bonne tarte de queso en dessert et un match à la télé pour rattraper tout ça.

 

Lundi 20 mai : 

 

E : Aujourd’hui, une journée avec une étape de 23 km. Nous passons par des villages avec beaucoup de chiens en liberté. On a pu croiser un berger changer ses vaches d’enclos, dont une qui a failli foncer dans Lison. En tout cas, elle l’a chargée et Lison a couru. Ce soir, nous dormons dans un hôtel-auberge assez bien et propre. Demain, nous ferons 23 km pour arriver dans un village appelé Bandeira

 

Lison : Encore une belle étape à travers la forêt humide, ça sent bon les pins, les eucalyptus, la terre mouillée.

On s’arrête déjeuner dans un restaurant en bord de route fréquenté par des locaux. On a du mal à repartir tellement ils ont rempli nos assiettes.

Ce soir, il n’y a pas d’auberge où nous sommes, alors nous allons à l’hôtel et aurons une chambre pour tous les deux. Le grand luxe. Ça sent que la fin approche, nos discussions sont beaucoup portées sur l’après-marche.

 

Mardi 21 mai

 

J : Aujourd’hui, petite journée tranquille avec 15 km au compteur. Nous sommes arrivés dans une auberge assez spéciale très grande avec des chambres individuelles et à serrure. Demain, nous ferons 24 km, puis 18 km et nous serons à Santiago

 

Lison : Nous profitons d’être à l’hôtel pour faire une semi grasse matinée et partons ensuite pour notre étape du jour. On décide de s’arrêter à Silleda, à 15 km de notre départ. Le temps s’annonce pluvieux pour le reste de la journée et ici nous avons cuisiné, ce qui n’est pas souvent le cas en Galice. L’endroit est particulier, une mix d’accueil pèlerins et d’accueil social dans un grand bâtiment au-dessus d’un gymnase qui donne sur la cour du lycée

 

Mercredi 22 mai

 

J : Aujourd’hui, journée en autonomie sur 24 km. Le temps était assez indécis, il a plu, puis il y avait du soleil, puis du vent. Le chemin m’a semblé long, mais divertissant, car nous traversons beaucoup de villages. A midi, j’ai pu m’offrir un bon repas dans un restaurant (menu pèlerin) composé de : en premier un risotto avec des calamars, en deuxième une entrecôte avec des frites et une sauce au roquefort et en dessert, une glace au chocolat et à la vanille (Magnum)

Demain, nous ferons 18 km pour arriver à la capitale des pèlerins à Santiago (Saint Jacques de Compostelle). Nous dormirons dans l’auberge où j’avais déjà dormi en finissant le camino francès. Aujourd’hui il me reste exactement sept jours avant de rentrer chez moi. J’ai très hâte.

 

Lison : Aujourd’hui, je propose à J de marcher complètement seul, de gérer son argent pour le repas et que l’on se retrouve à l’auberge le soir, une étape en pleine autonomie. Il se débrouille comme un chef, même s’il s’égare un peu à un moment et que je le retrouve en arrivant à 16h couché dans son lit, il n’est pas très en forme et a attrapé froid la nuit dernière, mais semble satisfait de sa journée. De mon côté, j’ai pris mon temps et également apprécié le chemin. Demain, nous serons à Santiago.


Jeudi 23 mai :

 

J : Aujourd’hui, nous partons d’un village à 17 km de Santiago. Sur les coups de 12h - 12h30, nous sommes arrivés à Santiago. Pour moi, c’est la deuxième fois, mais cette fois-ci, c’est plus spécial car mon chemin s’arrête cette fois-ci.

Nous sommes allés loger dans l’une de mes auberges préférées voire celle que j’aime le plus.

Demain, nous serons en repos jusqu'au 26 mai où nous prendrons l’avion jusqu’à Lyon.

 

Lison : Et voilà ; nous y sommes à nouveau à Santiago. Quelle joie d’arriver devant la cathédrale en suivant les flèches jusqu’au bout ; J y dépose la pierre qui lui a été confiée, puis nous allons demander notre compostella. Nous flânons un peu et retournons à l’hôtel que J connaît bien pour y avoir déjà dormi quelques nuits. Pas mal de repos le reste de la journée. Nous retrouvons des amis le soir.




 

Pour des raisons de confidentialité, les commentaires mentionnant des informations personnelles concernant les jeunes (prénom, photo, etc.) seront supprimés. Merci d'anonymiser vos commentaires !

236 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout

Marche de Rixxxx

Marche de Rim accompagnée par Cécilia Vendredi 5 juillet R : Selem ; Je m’appelle R. J’ai 16 ans et je pars à l’aventure sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle accompagnée de Cécilia. J’habite

Marche de Adexxx

Marche de Adexxx accompagnée par Annabel Vendredi 28 juin A : Aujourd’hui, avec Annabel on a pris notre premier train Rennes-Nantes. Nous sommes arrivées en début d’après-midi sous le soleil. Nous avo

Marche de Redxxx

Marche de Redxxx accompagné par Jean-Benoît Jean-Benoit : Découverte de R. Je le trouve volontaire. On cuisine ensemble, on a fait un barbecue ensemble. Il est autonome, se sert de la machine à laver

コメント


bottom of page