top of page

La marche SEUIL

Une marche SEUIL, c'est

Une longue marche

trifold-paper_4672660.png

Pendant 3 mois, la marche impose sa lenteur, son caractère répétitif et son exigence physique. Tout cela favorise l'apaisement du comportement. Chaque jour, un temps de silence (1h le matin et 1h l'après-midi) encourage la réflexion et laisse au jeune le temps de prendre du recul sur sa situation.

Une marche en duo

people_9743063.png

Chaque jeune est en permanence accompagné d’un·e adulte qui marche avec lui/elle. C'est ensemble que les décisions de vie quotidienne sont prises et que sont gérées les difficultés ou les joies de la marche. Avec le temps, un véritable compagnonnage s’établit.

Une approche personnalisée

Chaque jeune marche seul avec son accompagnant·e ce qui lui permet de se recentrer sur lui-même, sans influence directe de son environnement habituel. Avec l’assistance attentive de l’équipe éducative et en lien avec son éducatrice ou éducateur référent, il prépare un projet de retour après la marche.

La distanciation

directional-arrow_4879799.png

La mise "hors contexte" par rapport à la vie habituelle place le/la jeune dans une situation de découverte et d’apprentissage. Elle s’opère par le choix du lieu des marches (principalement à l’étranger), par la limitation des contacts avec la famille et les amis (tous les 8 à 10 jours s’il n’y a pas de contre-indication) et par la privation du téléphone portable personnel

L'aventure et la découverte

hiking_3792629.png

Le/la jeune rencontre des difficultés inédites et découvre d’autres horizons, d’autres cultures, d’autres langues. La marche se déroule souvent sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle qui brasse des personnes d’âge et d’horizon variés et avec des expériences de vie diverses. En chemin, le/la jeune rencontre des randonneurs qui lui portent un regard neuf et bienveillant.

Pour davantage d'informations à propos des marches, de leur déroulement et de leur portée, vous trouverez de la documentation, des témoignages et des reportages dans la rubrique "Ressources" accessible en bas du site.

Alternatives aux marches longues
Dans des circonstances particulières, SEUIL peut adapter la durée des marches en plus ou en moins. 

Photos et récits

Pour garder des traces de sa marche, chaque jeune écrit quotidiennement un carnet de route qui est ensuite transmis toutes les semaines à SEUIL puis envoyé à la famille, l'éducateur référent et le juge du/de la jeune.

Un appareil photo lui est prêté pour ancrer visuellement toutes ses découvertes et permettre la confection d’un album photos en fin de marche, un support idéal pour raconter l’histoire de sa marche à tout son entourage !

Le soutien éducatif permanent

L’équipe éducative de SEUIL est en contact téléphonique permanent avec l’adulte qui accompagne la marche.

Elle aide le duo à résoudre les éventuelles difficultés et se déplace sur le lieu de la marche à chaque fois que nécessaire (co-marchage). Elle assure également les relations avec la famille, les éducateurs ou le juge du ou de la jeune.

Pendant la marche...

Comment se déroule une marche ?

Le stage d'avant marche

Après la validation du dossier d’admission, le jeune accompagné par son éducatrice ou son éducateur référent de l'Aide Sociale à l'Enfance ou de la Protection Judiciaire de la Jeunesse se rend sur le lieu du stage de préparation où il rencontre pour la première fois l’adulte qui va l’accompagner


Il est accueilli par le directeur de l’association et un membre de l’équipe éducative de SEUIL qui rappellent les règles de la marche et présentent le plan de marche. Cet itinéraire précise les étapes journalières qui doivent être respectées. Le jeune signe son livret d’accueil.

Le stage de préparation dure de 3 à 5 jours et se déroule près de Rennes ou de Lyon. Durant cette période, le jeune se familiarise avec l’univers de la marche : achat de l’équipement, préparation des repas en autonomie, quelques balades organisées dans la campagne environnante. C’est aussi le moment de où il fait plus ample connaissance avec l’adulte qui l’accompagnera.

Stage de préparation

Le premier mois,
la mise en route

C’est souvent le mois le plus difficile. C’est celui des courbatures et des premières ampoules. C’est aussi celui du déracinement provoqué par l’éloignement familial et social.

Le second mois,
la découverte

Les habitudes remplacent peu à peu l’inconfort. L’adaptation à la marche est faite. Le rythme quotidien lent et régulier permet de s’ouvrir à l’environnement et aux nombreuses rencontres qui se présentent sur le chemin.

Le troisième mois,
le projet de retour

Avec l’appui de l’éducateur référent, de la famille et du magistrat, ce dernier temps de la marche est consacré au projet de retour : quelle scolarité reprendre ? quelle formation ? quel hébergement ?

Le retour

Un stage de fin de marche est organisé et dure 3 jours. Il permet de se reposer, de faire les comptes et d’établir le bilan de la marche. Le jeune confectionne son album photos souvenir et rédige son projet de retour.

 

Une fête clôture chaque fin de marche en présence des proches du jeune, famille ou amis, ainsi que de son éducatrice ou éducateur référent.

Pas de marche sans accompagnant ou accompagnante !

Ce sont des femmes et des hommes venant majoritairement de la société civile avec les métiers les plus divers. L’accompagnante ou l’accompagnant est recruté pour la durée de la marche dans le cadre d’un CDD et doit gérer le quotidien avec patience et bienveillance dans un cadre sécurisant. Ils sont en liaison téléphonique quotidienne et constante avec les responsables de marche de SEUIL.

bottom of page