top of page

Marche de Matxxx

Dernière mise à jour : 12 mars

Marche de Matxxx accompagné par Christophe, puis Magali

 

Mercredi 7 février :

 

M : Les trois premiers jours ont été durs. J’avais mal aux jambes, mais j’y suis arrivé. Mais à part cela, j’ai vu de beaux paysages, cela m’a beaucoup plu. J’espère faire les trois mois, c’est une expérience que je recommande à vivre et j’ai un accompagnant génial.

 

Christophe : Arrivés à Saint Jean Pied de Port le 4 février, nous avons entamé la marche à partir de Roncevaux. Nous discutons en marchant et apprenons nos rythmes respectifs. Important de bien écouter notre corps et de se caler sur notre allure pour la suite.

Les jours suivants, nous avons eu quelques “bobos”.

M a vite pris son pas !

Le soir du 4ème jour, nous sommes dans une belle albergue à Estella, après, un dîner “maison” de pâtes bolognaise. Le rythme s’affine.

A bientôt pour la suite.


Mercredi 14 février

 

M : La première semaine s’est bien passée. Pour mon anniversaire, mon accompagnant m’a offert un cadeau.

En une semaine, j’ai vu de beaux paysages et des animaux (écureuils, chats etc…). Ça me plait beaucoup, c’est une belle expérience. J’ai trouvé mon rythme. Merci Seuil

 

Christophe : Après la Navarre, nous avons quitté La Rioja pour entrer en Castille et Léon. Les paysages changent et s’ouvrent davantage. Nous avons trouvé un certain rythme, mais j’ai la sensation que cela évoluera encore au fil du chemin.

Nous sommes chanceux avec le temps et notre condition physique s’améliore de jour en jour, malgré encore quelques désagréments et la fatigue des fins d’étapes.


Vendredi 23 février

 

M : Je m’appelle M. J’ai 17 ans. Je viens de Normandie (61). J’ai décidé de faire la marche pour : 1°.. penser à moi ; 2°.. mieux me connaître.

Cela me plaît beaucoup. Je suis épanoui et je découvre de jour en jour de beaux paysages. Nous avons vu des cigognes.

 

Christophe  : Bonsoir, Tellement pris par l’aventure lors de notre première publication que j’en ai oublié de me présenter.

Je m’appelle Christophe, j’habite le Sud-Ouest de la France et j’ai découvert la marche bivouac il y a quelques années.Depuis, je marche beaucoup. J’ai eu très envie de vivre cette aventure avec Seuil. Après 20 jours de marche, alors que nous approchons de Léón, nous découvrons chaque jour quelque chose. Après les beaux paysages, c’est aujourd’hui plutôt le vent et le froid qui s’invitent dans l’expérience. A suivre.

 

Samedi 24 février :

 

M : La journée s’est bien passée. Nous avons fait 13 km. On est arrivés à Reliegos. On a fait une sieste, ensuite les courses. Nous avons mangé et après nous sommes allés nous coucher.

 

Christophe : Aujourd’hui, peu de kilomètres à parcourir, 12 environ, du fait des auberges fermées. Cela changera début mars, si j’ai bien compris sur les 480 auberges de la via frances, seules 80 sont actuellement ouvertes. Demain, nous ferons plus de kilomètres pour Cées. Ce matin, nous sommes partis plus tard pour rester au chaut pendant un appel téléphonique pour célébrer un anniversaire. Il fait bien froid dehors, beau temps avec beaucoup de vent. Je trouve les paysages monotones depuis plusieurs jours, depuis que nous avons quitté la Rioja . A suivre.

 

Dimanche 25 février :

 

M : Ce matin, je me suis levé. J’ai déjeuné et après nous sommes partis pour 24 km. Nous sommes arrivés à Léón. On s’est fait un sauna. Après nous avons diné et fin de journée tranquille.

 

Christophe : Aujourd’hui, nous sommes partis sous un ciel menaçant pour 25 km de marche nous amenant à Léón pour notre jour de repos.

Une première donc, avec la sortie des capes de pluie qui n’avaient que peu servies.

J’ai trouvé, contre toute attente, la journée plus tôt facile.

En arrivant, nous avons célébré cette pause par une séance dans un spa. Reposer nos corps, se détendre,  que cela fait du bien.

Demain, nous profitons d’un jour sans marche, pas sans activité, et nos dos d’un jour sans sac. A suivre.


Dimanche 3 mars : Astorga - Rabanal del Camino

 

M : La journée s’est bien passée pour la première marche avec Magali, mon accompagnante. Ce matin, c’était tranquille. Nous sommes partis à 9h45 pour arriver à 15h15. On a fait des courses, puis nous nous sommes posés. Nous avons fait un Uno et après mangé , un Yam’s. Ce soir, nous avons mangé des pâtes avec du fromage.

 

Magali : Nous sommes partis de l’albergue après avoir partagé un dernier café avec Clémence, responsable de marche, et pris la photo de départ.

Le temps a été ensoleillé, le matin, nous en avons profité pour échanger sur les habitudes de marche de M. Il a choisi de faire la pause de midi au centre d’un village dans un espace vert près d’un parc de jeux. L’endroit a été vraiment bien choisi. Il a eu le nez fin… car après cette pause, le temps a changé. Nous avons enfilé notre cape de pluie pour nous protéger de quelques flocons et d’un peu de vent. La neige nous attend demain sur les massifs plus vallonnés.


Lundi 4 mars : Rabanal  ---> Ponferrada (24 km)

 

M : Aujourd’hui, la journée s’est plutôt bien passée. Nous sommes partis à 9h30 de Rabanal. On a marché dans la neige et on a fait une photo en T-shirt, en mode ski et après je suis tombé. J’ai été à l'hôpital, puis nous sommes repartis pour 10 km. On est arrivés à l’auberge à 19h30, on a mangé au burger king et après on s'est posés.

 

Magali : Ce matin, nous sommes partis de Rabanal (altitude 1148m) pour arriver à la Cruz de Ferro (1495 m) à 13h30. La marche a été bien physique. C’était une étape montagneuse. Nous avons progressé en évitant les flaques d’eau, en nous enfonçant dans 50 cm de neige, sous la pluie et le vent. Nous nous sommes arrêtés manger à Foncebadon. Nous en avons profité pour nous réchauffer, changer les chaussettes mouillées et faire une partie de Uno. Nous avons re-démarré avec le soleil pour faire les derniers mètres de la montée.

A 100m de la croix, M a glissé sur ses lacets. Il est tombé sur sa hanche. Nous avons appelé les secours qui nous ont véhiculés à l’hôpital de Ponferrada.

 

Mardi 5 mars : Ponferrada ---> Cacabelos (18 km)

 

M : Ce matin, nous sommes partis à 8h20. Nous marchons pour aller à Cacabelos. La route s’est bien passée. On a discuté de tout et de n'importe quoi. On a fait 20 km. Nous sommes arrivés. On s’est posé et après on a fait un foot. Ensuite, nous avons fait les courses. Le soir, nous avons mangé des pizzas et après, on s’est posés.

 

Magali : L’étape a été sans difficulté. Nous avons marché sur la route goudronnée tout le long. Nous avons profité de la pause de midi pour faire une partie de billard. A l’arrivée à Cacabelos, avant de prendre notre douche et de nous reposer, nous sommes allés sur le terrain de foot pour jouer avec le ballon de M. C’est plus difficile le foot pour moi que la marche.

 

Mercredi 6 mars : Cacabelos ---> Trabadelo (18 km)

 

M : Aujourd’hui, journée tranquille. On est parti à 9h de Cacabelos pour aller à Trabadelo (18 km). Nous sommes arrivés à 14h30, on s’est posés après avoir fait les courses.Moi, j’ai pris mon quartier libre, on a fait un Yams, on a mangé des plats tout faits et après on s’est posé. Merci Seuil.

 

Magali : Nous avons profité aujourd’hui d’une belle journée printanière.Ce matin, la route de terre passait par des vignobles. Nous en avons profité pour admirer le paysage. La montagne enneigée nous semble loin. Nous avons fait notre pause de midi à Villafranca del Bierzo, un charmant village avec des maisons en pierre. Un villageois a offert un briquet à M. L’après-midi, nous avons parcouru les 10 derniers kilomètres en longeant une route. Nous avons discuté de films…. et accéléré nos pas. Nous n’avons pas vu le temps passer.


Jeudi 7 mars : La Laguna(18 km)

 

M : n’a pas écrit

 

Magali : Nous partons sous la pluie. Le chemin traverse six villages. Nous faisons une pause presque à tous, sauf un. Depuis trois jours, nous faisons les mêmes étapes qu’un couple (originaire d’Asie). Ils doivent avoir environ 71 ans. Nous nous encourageons mutuellement, nous les croisons souvent en marchant. Ils ont toujours un grand sourire pour nous. Nous sommes impressionnés par leur détermination. L’homme boîte et peine dans les montées, mais il avance à son rythme. Nous pensons souvent à eux quand le chemin est difficile.

Ce soir, ils dorment à la même auberge que nous. 

 

Vendredi 8 mars :  Triacastela (23 km)

 

M : Aujourd’hui, on est parti de La Laguna pour arriver à Triacastela (23 km). On a marché dans la neige et vers la fin, il n’y avait plus beaucoup de neige. Journée un peu dure, mais je l’ai faite. Nous sommes partis à 8h30 pour arriver à 15h45. On est arrivés dans une albergue, très sympa, la dame est très gentille, les autres pèlerins aussi. Fin de soirée tranquille.

 

Magali : La fin de la montée nous attendait ce matin. Nous avons encore plus de 2 km pour arriver à O’Cebreiro (1800 m). Au sommet, il neigeait, nous ne pouvions pas voir à plus de 100 m devant nous. Les seules traces devant nous sur le sol, c'étaient celles d’un pèlerin qui était parti 30 mn avant nous, mais elles s'effaçaient déjà. Après O Cebreiro, les traces des autres pèlerins étaient encore bien visibles, car nous nous enfoncions de 10 cm. Nous avons été très contents de pouvoir faire les derniers kilomètres sur la route avant Alto Pio (1330 m). Nous avons pu nous réchauffer et sécher nos affaires près d’un feu de cheminée, à midi. Le temps ne s’est pas amélioré pour la descente, neige, rafales de vent, pluie. Nous étions vraiment heureux d’arriver à Triacastela, de voir de l’herbe et de retrouver les chemins de terre. 


Lundi 10 mars ; Portomarin (22 km)

 

M : n’a pas écrit

 

Magali : Nous partons sous la pluie de Sarria, mais avec nos affaires sèches. L’auberge était très bien chauffée. Nous marchons sur des sentiers. Les arbres et les pierres sont recouverts de lichen. Par endroits, il y a tellement d’eau sur le chemin que nous devons monter sur le muret ou passer dans les prés. Nous n’avons jamais vu autant de pèlerins sur le chemin. Ils marchent souvent en groupe et s'étalent sur toute la route. C’est parfois difficile de les dépasser. Quelques groupes se motivent en chantant. C’est sympa.

 

Mardi 11 mars : Ventas de Naron (13 km)

 

M :  Aujourd’hui, nous sommes partis de Portomarin jusqu’à Ventas de Naron (15 km). On est partis à 9h30 avec du soleil toute la journée. On est arrivés à 14h30 à l’albergue. J’ai ramassé un bout de bois dans la forêt que j’ai décoré tout seul et écrit “buen camino”. Après nous nous sommes posés un peu. On a fait un yams et une fin de journée tranquille.

 

Magali : Nous étions les derniers de l’auberge à partir ce matin. Nous avons profité encore de la ville pour faire les courses avant le départ. La masse de pèlerins était devant nous. Nous avons apprécié le calme retrouvé sur le chemin. La Galice est vraiment belle et sous le soleil encore plus. Nous dormons ce soir dans un tout petit village. Nous sommes les seuls pèlerins. Nous allons en profiter pour bien récupérer. 

193 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout

Marche de Rixxxx

Marche de Rim accompagnée par Cécilia Vendredi 5 juillet R : Selem ; Je m’appelle R. J’ai 16 ans et je pars à l’aventure sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle accompagnée de Cécilia. J’habite

Marche de Adexxx

Marche de Adexxx accompagnée par Annabel Vendredi 28 juin A : Aujourd’hui, avec Annabel on a pris notre premier train Rennes-Nantes. Nous sommes arrivées en début d’après-midi sous le soleil. Nous avo

Marche de Redxxx

Marche de Redxxx accompagné par Jean-Benoît Jean-Benoit : Découverte de R. Je le trouve volontaire. On cuisine ensemble, on a fait un barbecue ensemble. Il est autonome, se sert de la machine à laver

Comments


bottom of page