• pierresauge

Marche de Yanxxx

Marche de Yanxxx accompagné par Brice


Vendredi 12 au dimanche 14 février : Stage de préparation à Rennes

Y : Salut, je m’appelle Y. J’ai 15 ans. Je vais partir demain pour Arles, pour marcher avec un accompagnant nommé Brice. Nous allons prendre le train à 8h35 pour commencer la marche. Nous ferons plusieurs étapes dans des villes et villages. Là nous sommes à Rennes pour la dernière nuit j’ai hâte de partir ! La suite au prochain épisode. A bientôt.


Brice : Retrouvailles avec Y. que j’ai accompagné au sein d’une autre structure éducative, et avec qui je vais partir pour une marche de deux mois sur les chemins de Saint-Jacques ! Nouveau projet, nouveau cadre, nous avons hâte de démarrer l’aventure ! La complicité est là, l’envie et la motivation aussi. Vivement demain !


Lundi 15 février : Arles

Y : Salut, comme prévu c’est la suite aujourd’hui. Nous avons pris le train jusqu’à Arles, nous nous sommes arrêtés à Paris et à Nîmes. Nous sommes dans une belle maison et nous repartons demain. Mon humeur du jour, je suis content. La suite demain.

Bonne nuit et à demain.


Mardi 16 février : St Gilles

Y : Salut, aujourd’hui nous sommes à Saint-Gilles dans le Gard. Nous sommes dans un presbytère. Ça ressemble plus à un refuge pour immigrés mais c’est drôle. Aujourd’hui mon humeur est très bonne mais je suis très fatigué.


Brice : Première étape aujourd’hui ! Au programme, 21 km entre Arles et Saint-Gilles. Nous longeons le Rhône une grande partie de la journée, perchés sur une digue. À l’arrivée à Saint-Gilles, nous attend une abbatiale magnifique !


Mercredi 17 février : Vauvert

Y : Salut, aujourd’hui on est à Vauvert nous sommes dans un gîte très cool, très chaleureux. Je suis prêt à repartir et à continuer jusqu’au bout. Je suis très content.


Brice : Journée radieuse ! 17 km entre Saint-Gilles et Vauvert, à travers les champs de pommiers, de poiriers et les vignes. La pause et la sieste se feront au bord du canal, réchauffés par un soleil quasi printanier. La suite de l’étape se fera en compagnie de Paul et son chien Chamalow. Nous nous perdons un peu mais les paysages valent le détour ! L’accueil à Vauvert sera très hospitalier et à l’accent méridional ! Merci Éric !


Jeudi 18 février : Villetelle

Y : Salut, aujourd’hui on est à Villetelle. Belle maison très grande, dans un coin très joli. Cela me donne envie de continuer, je suis très content.


Brice : 18 km aujourd’hui entre Vauvert et Villetelle. Changement d’ambiance, nous marchons sous une pluie fine et plusieurs kilomètres de goudron. La journée se termine chez Marie-Jeanne, autour d’une tasse de thé/chocolat chaud et petites douceurs.


Vendredi 19 février : Vendargues


Y : Nous sommes à Vendargues, nous avons vu des taureaux, des chevaux et j’ai pris plein de photos. Nous avons marché le long de l’autoroute, c’est très bruyant. Nous avons vu un cochon, il faisait peur. Il a fait assez beau. Nous avons fait des pauses, vu des vélos. Nous nous sommes arrêtés au bord du canal en forêt. Il y avait un chien qui m’a lavé les mains et qui voulait manger toutes mes affaires; mes bâtons, ma veste, c’est très très drôle. Après nous avons vu une carrière très grande et sommes passés dans un chantier très moche. Nous avons marché dans la boue et on a plein les pantalons. La maison est très belle avec une grande chambre.

Brice : 16 km aujourd'hui entre Vauvert et Vendargues. Nous quittons le Gard et ses traditions taurines pour l’Hérault. Nous longeons l’autoroute un bon moment et passons devant une énorme carrière à ciel ouvert. Impressionnant. Tout comme ce taureau camarguais qui toise Y. Et le met au défi de passer par dessus la barrière. Tout comme ce cochon en liberté, bien gros et bien grand qui fait dévier Y. De son chemin!


Samedi 20 février : Bel-Air


Y : Aujourd'hui nous sommes à Bel-Air. Il a plu et avons traversé Montpellier. Nous sommes allés au marché et avons de la nourriture gratuite et un petit médaillon d’ange, gratuit aussi. Ensuite nous avons donné des sous à un SDF. J'ai vu un motard rouler sans casque et il faisait du cross-bitume. Nous avons vu des avions de toutes sortes et même un jet privé. Brice n’a pas voulu aller à l'aérodrome pour les voir de plus près. Nous sommes dans une belle petite maison. Mon humeur du jour, très très fatigué.

Brice : Etape de 27km entre Vendargues et Bel-Air. Beaucoup de ville et de bitume car nous traversons Montpellier et son agglomération ! 10h10, Y. Me dit « c’est 10h10, si tu te touches le nez ça te portes chance! ». En suivant nous faisons un tour au marché et 2 personnes dans 2 stands différents nous font plusieurs cadeaux ! Plus tard en marchant dans une crotte de chien, Y. Me dit « tu viens de renouveler le contrat de la chance !». Pour nouveau cadeau, des personnes adorables qui nous accueillent ce soir. Merci Michèle et Roger.


Y. et Brice


Dimanche 21 février : St Guilhem du Désert


Y : aujourd'hui nous sommes à St Guilhem du Désert, 27 km, il a fait nuageux. Nous sommes passés dans plein de villages, en vrai deux seulement. Nous avons vu plein de chevaux. Nous nous sommes arrêtés près d’un lac, grand et joli avec des pierres rouges. Ensuite nous sommes passés sur le pont du diable, très joli. Nous dormons dans un gite de « bonnes soeurs », grand, spacieux. Bien joli village, une place publique avec un gros arbre planté en 1855 par le Roi Platane. Nous y restons demain, nous ferons peut-être du vélo. Je suis content mais fatigué.

Brice : Wow !!! après 27 km d’une bonne journée de marche nous arrivons à St Guilhem du Désert ! classé parmi les plus beaux villages de France, ce lieu vaut vraiment le détour. Ça tombe bien, demain c’est repos, nous pourrons nous y balader tranquillement !


Lundi 22 février : Repos à St Guilhem du Désert


Y : bonjour, aujourd'hui nous sommes encore à St Guilhem du Désert, il a plu toute la journée. J’ai revu des anciens éducateurs de Faucon, Marie et Jordan, très cool, nous avons mangé ensemble et fait un questionnaire. J’ai visité le village plus en détail. Joli mais sous la pluie, pas terrible. Il pleut jusqu'à mercredi normalement. La journée de repos n'est pas de refus après les très grosses montées longues et dures. Je suis impatient de continuer malgré les difficultés de monter. J’ai fait aussi du pain. Voilà tout, bonne nuit et à demain.


Brice : Réflexion, flexion, repos.


Y. et Brice


Mardi 23 février : Saint-Jean de la Blaquières

Y : Première étape avec un bon dénivelé ! Les paysages sont magnifiques ! Nous faisons une longue pause sur les hauteurs de Montpeyroux, dans un ancien village fortifié, en ruine. En fin de journée, nous arrivons à Saint-Jean de la Blaquières, où nous passerons la nuit.


Brice : Aujourd’hui on est à Saint-Jean de la Blaquières. On a fait 26 km de montée descente, ça fait mal aux jambes. On a fait des rencontres de personnes très intéressantes, avec un petit trop mignon. On a vu un très joli faisan. Je suis fatigué, la journée a été très cool mais fatigante.

Mercredi 24 février : Lodève


Y : Aujourd’hui, on est à Lodève dans un bâtiment vieux et rustique. On a vu une jolie bergère qui a perdu son chien et qui a dit « un chien de berger en carton ». Brice ne voulait pas prendre son numéro car il a peur. Après ça, Brice s’est amusé à jeter des cailloux dans l’eau pour me mouiller. Je n’arrive plus à écrire tellement je suis fatigué. Bonne nuit, à demain.


Brice : Étape courte de 14 km, entre Saint-Jean de la Blaquières et Lodève. Nous en profitons pour faire de nombreuses pauses et admirer les paysages. Comme cette « falaise » de 3-4 m de haut sur laquelle nous sommes perchés et d’où l’on a un point de vue magnifique sur la vallée en contrebas et la forêt qui nous entoure. Falaise sur laquelle un père et sa fille s'apprêtent à escalader. Comme l'a dit Y., nous avons croisé une jolie bergère à cheval qui donnait envie de devenir berger ! Ou cheval ! Le soir, nous sommes accueillis très chaleureusement et simplement par un Bruno au look aussi atypique que son logement. Nous dormons dans une chambre avec des murs en liège, qui fait aussi office de studio d’enregistrement.


Jeudi 25 février : Le Bousquet d’Orb

Y : Aujourd’hui on est à Le Bousquet d’Orb. On a fait 22 km, de jolis paysages. On a vu des moutons, on s’est mis sur un hors-piste joli mais dangereux, vertigineux. Ensuite Brice a fait « caca » dans la nature, puis il s’est baigné dans le ruisseau. Ensuite, on a été à Notre-Dame de Nize et à la fontaine de Nize. On a traversé le ruisseau plusieurs fois et je suis tombé à l’eau. On a vu de belles cascades. On dort dans une petite maison pour nous deux cool Raoul, je suis content et un peu fatigué.

À demain.


Brice : Petit déjeuner de roi chez Bruno, puis il nous fait visiter la maison qu’il est en train de rénover un peu plus loin sur le chemin. On profite de ses outils pour réparer le bâton de marche de Y.. Ça grimpe sur les premiers kilomètres, mais nous sommes en forme ! Au sommet nous avons de nouveau un panorama à 360° sur toute la région, ses lacs et forêts ! Nous passons plus tard par une forêt, « enchantée » selon Y. J’en pense pas moins, jusqu’à ce qu’il tombe dans le ruisseau qu’il essayait de traverser ! Un peu plus loin sur notre route se trouve la fontaine de Nize qui selon les dires guérit les problèmes de vue après c’est trop frotter les yeux avec un mouchoir ou tissu imbibé de son eau…

Au gîte ce soir, c’est gratin de pâtes préparé entièrement par Y. !


Vendredi 26 février : Saint Gervais sur Mare

Y : aujourd’hui on a fait une étape de 24 km on est à Saint-Gervais sur Mare. Dans un gîte très cool, un petit chalet à côté de la montagne et des ruisseaux. On a beaucoup rigolé, on a vu des paysages à couper le souffle. Il y a un gros rapace qui est passé au-dessus de nous. Ensuite on est passé dans un petit village charmant. Brice a voulu rentrer dans l’église, mais une dame a cassé la poignée, Du coup on n'a pas pu la visiter. Au gîte, on a mangé une pizza au bord d’un feu de camp. Je pense que Brice et moi avons besoin de dormir après la journée de montée rouge orangé, niveau moyen et difficile.


Brice : Grosse étape aujourd’hui, qui nous a cassé les jambes de bon matin ! Une étape nature, sauvage, où nous avons marché 21 km sans croiser un point d’eau ni âme qui-vive. Les côtes et les paysages nous ont invités au silence une bonne partie de la journée… La fatigue, à plusieurs fous rire nerveux ! Que ça nous a fait du bien de rire !


Samedi 27 février : Le Devès

Y : Aujourd'hui, on est à la ferme du Devès. Il y a plein d’animaux. Un très joli cadre, journée pas très longue : 15 km, très peu de montées, beaucoup de plats. Très cool ! On dort dans un dortoir que pour nous deux. Il y a plein de punaises, il y a trois chiens, un cheval, deux ânes , des moutons et une chèvre. Je suis fatigué mais très content de la journée.


Brice : journée plus calme que celle d’hier. Moins de kilomètres, moins de dénivelé mais tout de même quelques montées. Une bonne partie de la journée se fait à travers les bois où de nombreux cours d’eau sont présents. À midi, on déjeune entre autres des galettes de riz, faute de pain et un fromage et saucisson local. Y. me dit que c’est la première fois qu’il mange du polystyrène au goût de pop-corn ! Le fromage et le saucisson ne sont pas très bons, on fera mieux au prochain repas. L’étape courte nous fait du bien, rythme plus lent et reposant. À notre arrivée au gîte à la ferme du Devès, Y. se fait une grosse sieste. J’en profite pour aller dire bonjour aux poules et aux autres animaux. Le soir, nous partageons un repas convivial avec nos hospitaliers et deux woofers présents à la ferme pour une quinzaine de jours.

Dimanche 28 février : Murat sur Vèbre

Y : Aujourd’hui on est à Murat sur Vèbre. On a fait 8 km. Trop simple! Ce midi on a partagé un repas avec une autre personne. Ce matin j’ai pris un déjeuner de roi avec un chocolat, quatre tartines de miel, des œufs, un très bon petit déj. Cet après-midi j’ai dormi comme un lion. Demain on va faire 22 km jusqu’à La Salvetat sur Agout, ça va changer des 8 km d’aujourd’hui.


Brice : Le ciel a ouvert ses vannes aujourd’hui. Il a plu toute la nuit et ce début de matinée à torrent ! La chance nous suit car nous partons sous les trombes d’eau et 15-20 minutes plus tard la pluie cesse. Y. est en forme après un petit déjeuner de compet, il me dit vouloir marcher les 8 petits kilomètres de l’étape du jour, sans pause et en silence. Ce que l’on fait. Arrivé à Murat sur Vèbre, une autre personne présente au gîte nous offre gracieusement le repas du midi car nous n’avions qu’un bout de pain et six œufs ! Et le soir, c’est Claudine notre hospitalière qui vient généreusement nous apporter une soupe et le dîner ! Ça nous fait chaud au cœur… Merci à vous pour votre générosité et spontanéité !


Lundi 1er mars : La Salvetat sur Agout

Y : Aujourd’hui, on est à la Salvetat « sûr à goutte ». On a fait 22 km très facilement, chemin mouillé, beaucoup de forêt. Des pics verts à tous les arbres, surtout aujourd’hui. De moins beaux paysages qu’avant. Brice a beaucoup parlé avec une fille de son âge plutôt belle. Étape assez rapide, on est parti à 10h30 et on est arrivé à 14h. On a fait toute l’étape en silence. Joli petit village, avec un puits en plein centre. Je suis content d’avoir choisi cette marche.


Brice : Aujourd’hui le silence… Quel bonheur de marcher avec Y., de l'avoir pour compagnon de route. Sa compagnie, la marche, la nature, le silence, permet à mon esprit de faire des trêves, de vivre des pauses, des moments de flottaison, de se connecter entre ciel et terre. De courte mais délicieuse bulle spatio-temporelle où le corps, l’esprit et le cœur avancent main dans la main d’un pas léger et serein.


Mardi 2 mars mars : Anglès

Y : Aujourd’hui on est à Anglès, petite ville moche. On a fait 20 km. Je me suis perdu trois fois en deux heures. On a entendu des pics verts. Brice n’a pas marché vite. On est dans un gîte très beau, spacieux avec un poêle qui chauffe fort. Très propres, les lits sont bien faits et on ne paye pas très cher. Il a fait très froid dans la journée, j’ai réussi à faire une sieste pour la première fois depuis le début de la marche. J’ai hâte d’arriver à Castres.


Brice : pour la quatrième fois depuis le début de la marche, nous tombons sur des messages inspirant accroché sur des arbres. Je te livre celui-ci :


« Tu es à l’écoute de la vie. Tu te laisses traverser par la vie. Tu as la joie, tu as l’abondance. Tu laisses la vie œuvrer à travers toi. Tu es au service du grand tout. Tout est là, à l’intérieur de toi. Accepte de t’abandonner et de te laisser guider. Lâche ta valise, arrête de tout contrôler et laisse toi porter par la vie. Ouvre-toi à la magie, aux surprises et tu verras que tout se déroule à merveille. Lâche la pression, elle ne t’ appartient pas, c’est une création de ton mental, elle t’emprisonne, t'empêche d’aller de l'avant simplement, de vivre… »


Y. et Brice


Mercredi 3 mars

Y : Aujourd’hui on est à Boissezon. On a fait 20 km. Je me suis perdu. Sur le chemin, on a vu une maison qui a pris feu au mois de janvier et qui était en train d’être vidée par une entreprise nommée 3ID. J’aime marcher un certain temps les yeux fermés, c’était très drôle comme sensation. On a fait les équilibristes au-dessus d’un cours d’eau. On est dans un gîte très cool, joli, grand, avec plusieurs salles d’eau et toilettes dans un village très moche.


Brice : Après une nuit bien reposante, nous partons marcher dans le froid et la grisaille. C’est parti pour une journée à sensation ! Nous profitons d’un arbre tombé de part et d'autre d’un ruisseau pour faire des jeux d’équilibre. Puis, autre expérience, je prends la main de Y. et il s’amuse à marcher les yeux fermés sur au moins 2 km en essayant d’écouter ses autres sens et de me faire confiance. Enfin, celle-ci n’était pas au programme, Y. super. Il avance devant moi, vite et tête baissée. À une intersection il y avait deux options de GR possible et il n'a pas pris le bon. Tout est bien qui finit bien, juste au moment où j’arrive à Boissezon , village étape, il m’appelle pour savoir où je suis il me dira où il est. Au village d’à côté. Je pars le récupérer et nous arrivons au gîte ou un bon goûter et moment détente nous fait du bien après cette aventure mouvementée.


Jeudi 4 mars

Y : Aujourd’hui on est à Castres. On a fait 16 km à travers la forêt. On a rencontré un rugbyman avec son chien. On a vu des chenilles processionnaires, j’ai eu peur et Brice s'est foutu de ma gueule et s’est mis à rigoler pendant 20 minutes ! On dort chez Madeleine qui est très gentille, elle habite devant une caserne militaire. La vie est belle, pas très grande ni trop petite. Je suis content de marcher avec Brice.


Brice : Aujourd’hui nous quittons la montagne noire pour rejoindre Castres. Depuis les collines que nous empruntons , nous avons un panorama superbe sur celle-ci ainsi que la périphérie Castraise. Nous voyons une grappe de chenilles processionnaires et j’explique à Y. qu’elles sont urticantes alors, à ne pas toucher ! Un peu plus tard, alors que nous marchons en silence, j’entends Y., 20 m derrière moi, pousser un cri de surprise et de peur. Je vais le rejoindre et il me montre un convoi de chenilles en pleine procession, là où je pensais voir un serpent ou autre créature effrayante. Je n’ai pu empêcher le fou rire qui a suivi face à la « démesure » de sa réaction ! Arrivé à Castres, nous sommes accueillis avec beaucoup de bienveillance et douceur par Madeleine qui est aux petits soins ! Le soir nous avons droit à un repas de roi avec entrée, plat, salade, fromage et deux desserts différents ! Un régal.



Vendredi 5 mars

Y : aujourd’hui on est encore à Castres, chez Madeleine pour la dernière nuit. On s’est baladé, on a été à la poste, et à la banque. J’ai adoré la journée de repos. On a fait une lutte avec Brice, il m’a fumé mais je lui ai placé un beau coup de savate dans la tête. Je me suis senti bien aujourd’hui. On a fait du pain, Brice, Madeleine et moi, il est bon et beau. J’ai pas envie de reprendre la marche car je me sens bien mais j’ai la curiosité qui gratte pour voir la suite. Voilà ma journée de repos


Brice : Aujourd’hui c’est repos et ça nous fait du bien. Ça me fait plaisir. Après la marche, l’assise : Madeleine qui continue de nous chouchouter nous régale. Une belle journée qui recharge les batteries avant de reprendre la route demain.


Samedi 6 mars

Y : Aujourd’hui on est à En Calcat. On a fait 20 km. On est dans une auberge en plein champ où calme et sérénité s'imposent. On a fait un repos en silence. J’ai été à la messe alors que c’est difficile de rentrer dans une église par moi-même mais je ne suis pas déçu. Bon, on reste assis et debout toutes les cinq minutes mais ça va, pas compliqué. Je me sens bien mis à part qu’on est dans un lieu religieux. On a fait beaucoup de goudron et peu de chemin. J’ai hâte de faire la suite.


Brice : Réveil avec un chant militaire, la caserne est juste en face de la maison. Chant agréable et entraînant qui tournera en boucle une bonne partie de la journée dans ma tête ! Petit tour au marché de Castres avant de commencer l’étape. Bondé de monde, ça grouille de vie et de personnes qui se racontent des histoires, j’aime bien cette ambiance de folie. Ce soir nous sommes dans une abbaye. Nous assistons au vêpres qui commence dans l’obscurité puis peu à peu les lumières s'allument et mettent en valeur cette église superbe. Les chants, tristounet. Ceux-là vont pas tourner en boucle dans ma tête au moins. Y. a apprécié et tant mieux.


Dimanche 7 mars

Y : Aujourd’hui on est à Revel. On a fait 20 km, je suis content de ma journée. On a fait beaucoup de route et peu de chemin encore. On est dans un joli appartement en centre-ville avec une terrasse moche et détériorée. On a mangé sur un parking et on a vu plein de sportifs, des vélos, des coureurs et des animaux morts au bord de la route. Un écureuil et un lapin.


Brice : Malgré une bonne nuit de sommeil, ce matin j’avance dans le brouillard, l’esprit et le corps à moitié engourdi. Une bonne pause qui finit sous la brume me fait du bien et revivifie. Nous passons par le village de Sorèze, ancien, charmant avec de belles maisons à colombages, où nous déjeunons en face d’une colline. Pain, fromage, charcuterie, miel, avocat, nous faisons le plein d’énergie. Cet après-midi nous sommes à Revel dans un appartement. Y. en profite pour regarder la TV.


Lundi 8 mars

Y : Aujourd’hui, on est à Saint Paulet. On a fait 19 km, on dort dans un très joli gîte. On a fait beaucoup de chemin, ça équilibre ces derniers jours. On a mangé au bord de la Rigole. On a vu une taupe morte et des chenilles processionnaires. On a joué à l’acrobate encore sauf que là c’était plus difficile, je suis tombé à l’eau. Ce soir, on a mangé du cassoulet avec une famille très cool.


Brice : Journée douce et agréable ! Nous avons marché tout le long en suivant un cours d’eau qu’ils appellent la Rigole, entouré d’une file d’arbres quasi ininterrompue et de nombreux champs à perte de vue. Certains arbres, des platanes notamment, avaient des dispositions dingue ! Comme s’ils avaient été figés alors qu’ils étaient en train de danser, certaines de leurs branches avaient des dispositions improbables. Ce soir, nous sommes accueillis chez une famille avec trois adolescents et passons un moment de partage extra ! Nous sommes leurs premiers marcheurs de l’année et ils sont bien contents de nous recevoir. Plaisir partagé !

Mercredi 10 mars

Y : Aujourd’hui, on est à Ayguesvives. On a fait 24 km au bord du canal du midi. C’est pas si cool qu’on le présente car il y a l’autoroute A61. Sinon, belle journée sous le soleil et la rigolade. On dort dans un gîte que pour nous, grand et joli, au bord de la forêt. On a vu des ragondins et une loutre. Brice a dormi et moi j’ai regardé l’autoroute.


Brice : Ce matin je marche avec la doudoune, cet après-midi je suis en short ! Le soleil est là les bourgeons, annonciateurs du printemps aussi. Les abeilles qui doivent être ravies, sortent en nombre. Même si l’autoroute, frénétique et bruyante, n’est pas loin. Nous profitons beaucoup de la paisibilité du canal et continuons notre route vers l’ouest tranquillement, assurément.


Jeudi 11 mars

Y :Aujourd’hui on est à Toulouse, on a fait 27 km. Une grande étape au bord du canal du midi. On a vu plein de choses, des personnes habillées en grec et on a vu une personne faire de la Slackline à 10 mètres de haut. On a aussi vu des tagueurs. Il y a plein de rangées de péniches. On a fait du vélo, je me suis senti apaisé, détendu. Je suis à Toulouse pour la première fois de ma vie. On a visité une grande cathédrale avec un orgue «au plafond» et une grande nef. C’était très joli. On a été au Capitole mais pas aux USA 😂. J’ai fait des pâtes alsaciennes pour le repas du soir.


Brice : Aujourd’hui Toulouse ! La ville rose. Étant des environs de Pau, Je viens régulièrement ici pour voir un ami, ou autre motif. C’est la première fois que j’entre dans la ville à pied, qui plus est par le canal du midi. J’ai l’impression de prendre l’entrée des artistes, voir les coulisses et je découvre Toulouse sous un autre angle. Comme l’a dit Y., Nous sommes accueillis par de très nombreuses péniches qui servent pour la grande majorité d’habitation principale, puis tour à tour par des graffeurs en pleine action, sportif en tout genre sur les différents terrains de jeux, travailleurs, promeneurs, étudiant… Pour une entrée dans la ville progressive jusqu’à l’effervescence du centre-ville. Nous nous baladons dans la ville à pied puis à vélo. Y. apprécie beaucoup !

Le soir nous dormons chez un couple d’amis avec qui nous passons un moment extra entre préparation du dîner, puis un jeu de cartes coopératif pour clore la journée densément riche.


Vendredi 12 mars

Y : Aujourd’hui, on est à Léguevin. On fait 18 km avec Brice, on s’est disputé pour un briquet que j’ai perdu aujourd’hui alors qu’il datait de hier matin. Je n’avais plus de feu pour mes clopes, alors je me suis énervé sur Brice. Sinon le chemin, sous le soleil et à la fin sous la pluie. En arrivant en ville, j’ai trouvé dix euros par terre tout mouillée. On a été dans un magasin de livres et je voulais acheter plein de livres, mais je me suis retenu. Ce soir pizza chèvre miel.


Brice : Sortie de Toulouse qui n’a pas la même physionomie que notre entrée dans la ville hier. Pas de canal du midi, beaucoup de bitumes, de circulation, moins de fun, hormis un énorme avion qui atterrit au-dessus de nos têtes quand nous passons à proximité de l’aéroport de Blagnac. La fin de l’étape se termine même sous la pluie. Demain, de nouveau la campagne, gersoise cette fois-ci !


Samedi 13 mars

Y : Aujourd’hui on est à L’Isle-Jourdain. On a fait 17 km. On a attendu un peu avant de rentrer chez l’habitant. On a vu plein de vélos et un groupe de familles en vélo. On a vu des chasseurs, on a été à l’abbaye de Sainte Marie du désert . On a mangé des pâtes à la bolognaise, la France a perdu face aux Anglais en rugby.


Brice : Aujourd’hui, Y. se lève à 7h30 et est même prêt à partir avant moi ! Waouh ! Après un petit tour à la boulangerie qui ouvre ses portes aujourd’hui, nous nous mettons en route tranquillement. Balade dans la forêt ce matin puis nous arrivons dans le Gers verdoyant et vallonné. Nous apercevons même, pour la première fois de la marche, la magnifique chaîne Pyrénéenne encore enneigée. À l’arrivée à Lille Jourdain, nous sommes généreusement accueillis chez Nathalie, qui sait nous mettre à l’aise et avec qui l’on passe un moment vrai et ressourçant.


Dimanche 14 mars

Y : Aujourd’hui, on est à Giscaro nous avons fait 16 km. Nous avons vu une voiture retournée et trois chevreuils qui gambadaient dans les prés. On a marché sous la pluie, le vent, le froid et la boue collait à nos pieds. Nous sommes arrivés dans un gîte très accueillant et grand. Nous sommes tous les deux jusqu’à demain. On a fait une soirée très rapide de cinéma avec des œufs. On a regardé à travers, avec une lampe, et on a vu le bébé canard bouger.


Brice : Bon bah aujourd’hui, la pluie, le froid, le vent, la boue … L’hiver qui n’a pas dit son dernier mot. Nous marchons un bon moment en silence dans notre bulle, ce qui ne nous protège pas des intempéries malheureusement. En arrivant dans un village, bénédiction, la pluie s’arrête et laisse place au soleil et une grande éclaircie ! Une table est même là, à disposition des marcheurs. Nous sortons le casse-croûte et mangeons avec appétit, dans la bonne humeur ! Au gîte, le poêle est déjà allumé quand on arrive. Douce attention. On nous propose même des bassines pour se faire un bain de pieds à l’eau chaude et gros sel. Une première pour nous sur le chemin, on se régale à le faire.


Y. et Brice


Lundi 15 mars

Y : Aujourd’hui on est encore à Giscaro pour le jour de repos. Je suis parti faire du vélo, on a fait des pâtes fraîches et du pain complet, je me suis régalé.

B : Après la marche, l’assise. Cette journée de repos me fait du bien et me ressource. L’occasion de lire, prendre le temps de cuisiner, faire une sieste réparatrice, au chaud prendre un peu de recul et de hauteur quand t’as tout ce que l’on vit sur le chemin. Pause nécessaire et appréciée pour chacun !

Mardi 16 mars :

Y : Aujourd’hui on est au gîte de Damote, en plein champ. J’ai vu un vélo avec de grosses roues et le chien du propriétaire du vélo. Une conversation s’est créée et il a décidé de se joindre à la marche. Très cool, on a longuement parlé et des kilomètres ont défilé. On est arrivé vite car on était pas concentré sur le chemin mais dans la conversation. J’ai beaucoup joué avec le chien et Brice a parlé de ses choses habituelles que je connais par cœur. On a fait une pause de trois heures pour pouvoir acheter mon paquet de clopes.


Brice : La journée de repos hier m’a vraiment fait du bien. Ce matin je repars plein d’énergie et léger. Nous attaquons la deuxième moitié du parcours après un mois de marche un peu plus de 500 km au compteur. Le bilan est déjà positif pour moi et je ne demande qu’à l’enrichir de nouvelles aventures, rencontres, enseignements. Y. est également motivé et a envie de continuer l’aventure. À nous d’écrire la suite !


Mercredi 17 mars :

Y : Aujourd’hui on est à Montégut on a fait 16 km. On a marché à travers les champs toute l’étape . À part au début où on a fait de la route. Nous sommes dans un gîte très grand moderne avec vue sur les Pyrénées. Dans le gîte on est plusieurs à y dormir, trois marcheurs et d'autres à l’année. On a vu de jolis paysages, on a croisé un bourdon qui était dans un mauvais état. On l'a déplacé dans les bois. Je me sens bien dans la marche. Demain on fait un défi de faire 37 km d’un coup avec des pauses bien sûr.


Brice : nous partons tranquillement vers 10 heures après avoir pris soin de prendre plusieurs photos de ce gîte, ce lieu, inspirant ! Construit uniquement en terre crue, paille, bois, matériaux écologiques. À plusieurs endroits, des pigments ont été rajoutés, ce qui donne un résultat superbe ! Pour ce qui est de la marche, la journée est douce. 16 kilomètres au programme dans les collines gersoises. Le soleil pointe son nez une bonne partie de la journée. Le soir, on retrouve du monde au gîte et partageons un moment qui fait du bien.

Jeudi 18 mars :

Y : Aujourd'hui on est à Montesquiou, on a fait 37 km. On a marché avec un pèlerin du gîte d’hier. On a vu deux groupes de biches à deux endroits différents, ainsi que des cochons. Nous avons fait deux heures de silence d’affilée. Je croyais que l’étape défi était aujourd’hui, mais l’étape défi est plus longue, minimum 50 km. J’ai mal aux pieds et au genou, mais je ne lâcherais pas pour si peu.

Brice : Départ à la fraîche, vers 7h30, car 37 km nous attendent aujourd’hui. Vue magnifique sur la vallée et les montagnes en arrière-plan. Nous passons par Auch et en profitons pour faire un tour au marché, à la cathédrale et manger quelques douceurs en guise de petit déjeuner. Nous enchaînons les kilomètres entre route, champ et forêt. Après la pause déjeuner nous passons par le village de Barran, mignon et atypique avec sa tour en guise de porte d’entrée et son église au clocher torsadé. En fin de journée les guiboles tirent un peu. Y. s’accroche. C’est la première fois qu’il marche autant de kilomètres. Le soir nous sommes accueillis chez Françoise à Montesquiou où la douche, le repas et le repos nous feront le plus grand bien !


Vendredi 19 mars : Marciac

Y : Aujourd’hui on est à Marciac, on a fait 24 km. On est dans un gîte très froid, pas très isolé mais le repas très réchauffant. On a marché sous la pluie sauf pour le repos et après elle est repartie. On a vu plein de biches depuis deux trois jours, et de jolis paysages avec des vues de rêve vallonnées avec les Pyrénées en fond.

Brice : Aujourd’hui la pluie, la boue, le froid… Dès le premier km nous avons les pieds qui baigne dans le jus. La boue colle aux pieds, nous fait patiner, glisser et Y. manque de peu de se casser la pipe. On avance en silence, chacun reclus dans sa bulle. À la pause déjeuner une accalmie. Nous repartons le corps à moitié engourdi, endolori par le froid et l’eau qui retombe de nouveau. Arrivés à Marciac, nous sommes lessivés ! Et heureux de pouvoir se doucher et se mettre au chaud. Le soir nous mangeons un délicieux couscous maison préparé par Linda et passons un moment convivial avec Philippe, son mari et Louis, un autre marcheur.


Samedi 20 mars : Maubourguet

Y : Bonjour, aujourd’hui on est à Maubourguet. On a fait 16 km. Il a fait soleil toute la journée. On a fait beaucoup de champs. On s’est arrêté manger au pied d’une église, il faisait froid. Ensuite j’ai eu l’idée de faire le reste du chemin tout seul, alors Brice a appelé Paul et il a dit oui. Alors je suis parti devant et Brice une heure après. C’était cool et apaisant de faire le chemin seul. J’ai vu des chèvres en fugue et elles sont parties en courant vers le groupe dès qu'elles m’ont vu arriver en pensant que j’étais le berger. Ensuite je suis arrivé à Maubourguet et Brice est arrivé une heure après. Je me suis inquiété car je pensais qu’il était déjà dans le gîte alors j’allais l’appeler et il est arrivé. On a posé nos sacs et Brice est allé se baigner dans un cours d’eau, il est vite ressorti car c’était froid. Ensuite on est rentré. Le gîte est très grand, très beau avec des chambres comme des palaces avec douche et toilettes juste à côté. Il y a des poules et des lapins. Les poules se tapent dessus tout le temps, enfin presque. Je me sens bien, apaisé car je sais que l’étape de fin n’est pas demain. Au revoir, à demain.

B : Ce matin, le soleil est revenu ! Que c’est agréable après la journée d’hier. Nous prenons notre temps et allons faire deux trois courses à Marciac avant de partir. 16 kilomètres nous attendent jusqu’à Maubourguet, nous quittons le Gers pour les Hautes-Pyrénées. Le chemin est doux. Après la pause déjeuner, Y. part tout seul. Il se sent assez en confiance pour le faire et heureux de tenter l’expérience. Je lis un livre de Corinne sombre, la diagonale de la joie, sur le chamanisme, le voyage au cœur de la transe, qui amène à des états modifié de conscience, et son expérimentation scientifique. Passionnant !

Je prends la route une heure après Yannick et rapidement, je vois un troupeau de huit vaches et un taureau. Je m’arrête et les regarde comme jamais j’ai regardé une vache. Dieu sait que j’en ai vu, mon père est agriculteur. Là c’est différent. J’ai l’impression de vraiment les voir, d’entrer en contact avec elle, de les considérer comme mes pairs… Je pose mon sac. Le troupeau arrive au bord de la clôture. Elles ont compris. Je m’approche et tend la main, elles et lui, tous en ligne devant moi. Le taureau fait un pas de plus et vient me lécher la main. Longuement, je le caresse. Une vache aussi se résigne à rentrer en contact avec moi, du bout de son museau. Moment de communion, de grâce. Deux trois larmes sortent des yeux du taureau. Un dernier regard puis il est temps de reprendre la route. Léger. Très léger. Arrivée à Maubourguet, je trouve Y. content de lui. Au gîte nous sommes accueillis par Maximilien et sa mère Anouk. Le soir nous avons droit à un repas vraiment savoureux. Max était cuistot, maintenant il fait du maraîchage, élevage et tient un gîte où il cuisine avec amour les produits de sa ferme pour ses invités.

Dimanche 21 mars : Anoye

Y : Aujourd’hui on est à Anoye, on a fait 23 km. Il s’est passé plein de choses. Dont une, je me suis encore perdu du coup Brice est passé devant moi. J’ai dû bourriner comme un porc. Ensuite, une anglaise m’a dit que Brice est passé 22 minutes avant et il m’attendait à Anoye. J’ai vu des cochons maltraités puis j’ai entendu des cris alors j’ai couru et il y a eu un petit chien qui s’est fait attaquer. Alors j’ai aidé la dame et son chien, je l’ai porté jusqu’à sa voiture et j’ai appelé Brice. Les amis de la dame m'ont ramené à Anoye puis on est allé chez la tatie et le tonton de Brice pour manger.


Brice : Aujourd’hui, Y. part de nouveau tout seul. On a prévu de se rejoindre à mi-parcours à un point précis. 30 minutes après, il revient au gîte, il n’arrive pas à trouver le chemin. Il se remet en route après quelques explications. L’étape est de 23 km entre Maubourguet, département des Hautes-Pyrénées, et Anoye, Pyrénées atlantiques, berceau de mon enfance. Je me fais une joie de revenir au bercail à pied. Arrivée au point de rendez-vous, pas de Y. Le reste de l'histoire, il vous l’a raconté . Il s’est perdu puis a fait sa première intervention de sapeurs-pompiers auprès d’une dame et son chien ! Quand nous nous retrouvons à Anoye, il est content de ses aventures. La dame m’a rappelé pour remercier Y. et le féliciter de sa réaction épatante et exceptionnelle. Elle est émue. Elle souhaite même nous retrouver demain pour le remercier de nouveau.


Lundi 22 mars : Labastide-Monréjeau

Y : Aujourd’hui on est à Labastide-Monréjeau, On a fait 22 km. Ce matin je me suis pris le jus d’une clôture de cheval. On a fait la pause repas dans un coin très calme et reposant. Je suis monté à un arbre et Brice a voulu me faire tomber dans l’eau. Ensuite on est arrivé au point de rendez-vous et le père de Brice est venu nous chercher et nous a amené à Pau. On a été au château d’Henri IV puis on est rentré chez les parents de Brice. J’ai fait du vélo et Brice m’a dit de rentrer pour 17h15, car la dame que j’ai aidée hier, est venue me dire merci. Elle m’a donné trois petits cadeaux et 100 € en liquide. Je suis retourné faire du vélo après une demi-heure de conversation et je suis rentré à 19h30 pour le repas.


Brice : Journée douce et joyeuse entre Anoye et Buros. Nous sommes dans le Béarn, terre de mes racines. Je me fais un plaisir de le découvrir sous un autre angle et d’arriver chez moi à pied ! Sur la route, Y. se prend une bonne châtaigne ! En voulant caresser un cheval, il a touché la clôture électrique 😂 Ça lui a bien rechargé les batteries car après, il avançait comme une gazelle. 😂 Comme a dit Y, Mon père est venu nous chercher, mes parents habitent à côté et on dort chez eux ce soir ! Demain aussi. Ça me fait plaisir de les retrouver pour cette parenthèse inattendue. L’occasion de se faire chouchouter ! En plus ce soir on fête les 72 ans de mon père, son anniversaire était le 17 mars. Délicieux repas préparé par ma mère avec un bon gâteau en dessert !


Mardi 23 mars :

Y : Aujourd’hui, on est encore chez les parents de Brice. On a marché les 18 km qu’on avait à faire. On n’a fait que de la ville. Ce soir, on est invité chez la sœur de Brice pour manger. J’ai fait du vélo toute l’après-midi. On a été chez Brice dans sa maison, il y a deux colocataires qui vont partir pour avril car Brice a dit qu’il voulait être seul quand il rentre de la marche.

B : Ce matin nous partons tôt car comme ça nous pouvons manger chez mes parents à midi et profiter de toute l’après-midi tranquillement. Étape de 18 km entre Buros et Artiguelouve. Beaucoup d’agglomération, de bitume. Nous faisons l’étape, pour la première et unique fois, sans sac à dos. Du moins juste un petit pour mettre de l’eau et un fruit. On a l’impression de ne rien avoir sur le dos ! Ça fait du bien. Petite douleur à un genou pour Y. et pour moi depuis hier. À surveiller. Pour le reste, après-midi tranquille ou Y. en profite pour faire du vélo puis ce soir repas de famille pour les un an de mon neveu Elie !

Mercredi 24 mars : Oloron Sainte-Marie

Y : Aujourd’hui on est à Oloron Sainte-Marie, on a fait 27 km. On a fait peu de route, on a vu les Pyrénées tout le long du chemin. Il y a eu beaucoup de vallons et de forêts. Ce matin j’ai eu du mal à avancer et après une bonne pause repas je suis reparti de plus belle. On est dans un gîte qui est une tour très jolie avec une vue sur les montagnes.


Brice : Journée très agréable ! Ensoleillé ! Short et T-shirt de sortie depuis ce matin. Un peu de dénivelé qui casse les jambes de Y. ce matin mais il s’est accroché. Nous avons régulièrement une vue splendide sur la chaîne des Pyrénées, enneigée, vers laquelle on s’approche, sûrement. Nous avançons avec pas mal de rire, complicité mais aussi de silence. À un moment nous avons dû nous faufiler, sereinement, au milieu de quelques flaques d’eau dans lesquelles se désaltéraient de nombreuses abeilles. Y. a eu un peu peur mais a su le surmonter. Arrivé à Oloron, Jacques est venu nous accueillir et nous amener dans son gîte qui est maintenant tenu par Sarah et son fils Zahir. Repas sain et délicieux animé par Zahir qui nous met un peu de musique. Pour finir, c’est Y. qui lis plusieurs histoires à Zahir avant d’aller se coucher !


Jeudi 25 mars : Cherraute

Y : Aujourd’hui on est à Cherraute. On a fait 35 km. Nous sommes partis de Oloron à 11h. On a tracé jusqu’à Aren puis je suis parti avant Brice pour avoir de l’avance. Brice m’a rattrapé avant l’hôpital Saint Blaise. On a été à l’église et Brice a chanté. Ensuite il a été se baigner et je suis tombé et me suis écrasé au sol comme une crotte. Je me suis ouvert les mains, le coude et le genou. Puis on a monté une côte très raide dans la forêt pour la terminer sur la route. Brice s’est arrêté devant des vaches et les vaches ne voulaient pas le quitter. Ensuite Brice me dit qu’il reste 2 km mais il en restait 10 avec de beaux paysages et des moutons partout. On est dans un gîte entouré de champs et de montagnes. Je suis bien et content de marcher dans les Pyrénées avec des vues magnifiques.


Brice : Journée superbe en terre béarnaise Pays basque. Verte prairie et colline, blanche Montagne, troupeau de vaches, brebis…

Quelques belles grimpettes également ! Nous sommes passés par l’hôpital Saint-Blaise et son église classée au patrimoine mondial de l’Unesco car construite, sur plusieurs années, aux styles byzantin, mauresque, roman gothique. Un ruisseau dans le village, j’en ai profité pour me baigner. Y pour se prendre une énorme gamelle ! Heureusement plus de peur que de mal, juste quelques égratignures. Ce soir nous sommes accueillis en musique et en douceur par Nati. Elle nous a préparé un repas délicieux avec un gâteau basque maison en dessert !


Vendredi 26 mars : Ordiarp

Y : Aujourd’hui on est à Ordiarp. On a fait 22 km à travers les champs et forêts. Nous avons vu des moutons, des chevaux, des vaches toute la journée. C’est très agréable. Nous avons vu des versants de vallon brûlés et Brice m’a dit que c’est de l'éco fumage pour avoir de l’herbe fraîche pour les animaux. Nous sommes dans un gîte chaleureux et très reposant face à la montagne.


Brice : Aujourd’hui, pour la première fois depuis le début, nous passons la journée en compagnie d’une autre marcheuse. Madeleine. Elle fait même l’échauffement musculaire avec nous ce matin et participe également aux temps de silence. Nous partageons le pique-nique, dans un champ puis Y. part avec Madeleine et ils finiront l’étape ensemble. Pour ma part, je marche seul et profite pleinement de cet instant. Je rentre en contact avec un troupeau de brebis, caresse plusieurs chiens et papote avec un groupe de dames qui parlent toutes le basque . Ce soir, Jacqueline ouvre le gîte pour la première fois et nous passons une douce soirée.


Y. et Brice


Samedi 27 mars : Saint-Jean-Pied-de-Port

Y : Aujourd’hui, on est à Saint-Jean-Pied-de-Port. On a fait 30km avec deux cols à traverser. Dur mais avec une belle vue à 360°. Nous avons vu plein de vautours avec des carcasses de moutons dans une zone d’équarrissage. Brice s’est perdu et a gagné de précieux kilomètres. On a couru dans la dernière montée. Le jour de repos sera bien mérité car mes pieds ne peuvent plus tenir.


Brice : Après presque six semaines et plus de 800km au compteur, nous voici à Saint-Jean –Pied-de-Port. Etape qui a bien tiré sur les guiboles avec deux cols pour plus de 600m de dénivelé et 31 km.

Aujourd’hui aussi nous avons marché avec Madeleine et sommes arrivés tous les trois dans la ville, heureux et souriants.

Photos, quelques douceurs locales, puis nous sommes accueillis par Eric qui a vu passer plus d’un marcheur chez lui et qui accueille, notamment, les autres marches de Seuil. Demain repos.


Dimanche 28 mars : Saint-Jean-Pied-de-Port

Y : Aujourd’hui, nous sommes à Saint-Jean-Pied-de-Port. Ce matin, je me suis levé à 10h30, après on a fait le pain avec Brice, puis je suis parti me balader avec Madeleine avec qui on marche depuis deux jours. Ensuite, Louis est arrivé et nous avons été nous baigner. Brice et Louis sont partis direct à l’eau et moi j’ai pris mon temps, mais je suis allé me tremper, puis je suis ressorti très vite car l’eau était froide.

On est dans un gîte très grand, cool, détendu. Je suis très content d’avoir atteint le point, le premier objectif de la marche.

Brice : Journée de repos à Saint-Jean-Pied-de-Port. Elle nous a fait du bien après 12 jours de marche surtout après les dénivelés et kilomètres de ces derniers jours.

Y fait la grasse matinée jusqu’à 10h. Pour le reste de la journée, tranquille entre cuisine, petite balade, musique, discussions, pain..

En fin d’après-midi, un marcheur que l’on avait rencontré dans le Gers, Louis, nous a rejoints ici au gîte, plus un autre qui vient du Mont-Saint-Michel et qui va continuer à marcher de nombreux mois. Petite baignade dans l’eau froide, même pour Y ! C’est vivifiant.

Préparation du repas et soirée tous les cinq ensemble. C’est une première pour nous d’être aussi nombreux.


Lundi 29 mars : Ostabat

Y : Aujourd’hui, on est à la Ferme Arlania. Nous avons fait 22km. C’est passé très vite. On a vu trois pèlerins ce matin. Nous sommes dans le plus beau gîte du Pays Basque. Pour l’instant, il y a des vaches et des brebis que j’ai rentrées avec le fermier et j’ai trais les brebis. Je n’ai pas envie de partir de cette ferme. Je me sens bien. Je suis content de faire le chemin, même s’il passe vite, trop vite. Demain, je vais traire les brebis à 7h, puis je vais les ramener au parc pour la journée.


Brice : Une bien belle journée ! Nous sommes arrivés joyeux à Saint-Jean-Pied-de-Port et repartons dans la même dynamique. Du soleil, du silence, des brebis, de la verdure et des rires au programme ;

Accueil royal à la ferme aujourd’hui où Y s’est transformé en berger d’un jour ! Tablée et cuisine familiale, du terroir, savoureuse. Nous sommes vraiment gâtés. Merci la Ferme Arlania.


Mardi 30 mars: Aroue

Y : Aujourd’hui, on est à Aroue. On a fait 22km. Nous avons croisé deux marcheurs. J’ai fait un bout de chemin seul. On a vu un gros groupe de vautours dans des champs. On a demandé de l’eau dans une maison que Brice connaissait, car il était déjà passé il y a trois ans. On est dans un gite écologique dans un vallon très joli.


Brice : Ce matin, Y joue de nouveau le berger et aime ça. Il se lève à 7h pour traire les brebis jusqu’à 8h30. Il y en un peu plus de 300. Nous partons de cette ferme Arlania avec plein de moments précieux dans notre sac à dos. Quel régal.

En route, nous avons un point de vue splendide à 360° sur les vallées et les montagnes, lieu d’une tranquillité et paisibilité énormes qui invitent à la contemplation et la sieste. Y part seul, je le rejoins plus tard. Facile à rattraper aujourd’hui, il marche comme une « tortue ».Ce soir au gîte, pour la première fois depuis le début de la marche, nous profitons d’un jacuzzi extérieur et de la nuit étoilée.


Mercredi 31 mars : Navarrenx


Y : Aujourd’hui, on est à Navarrenx. On a fait 21km. Le gîte d’hier nous a dit de prendre un raccourci qu’on a pris ce matin. On a croisé trois marcheurs, plus une au gîte d’aujourd’hui qui s’appelle Izaur. Ce midi, on a fait une pause avec Brice et on a parlé longuement, puis je suis parti pour la suite du chemin. Je me suis perdu, mais rattrapé très vite. Arrivé à Navarrenx j’ai attendu une heure avant que Brice arrive. Il m’a dit qu’il s’était perdu aussi, mais pas au même endroit que moi. Puis nous avons demandé à une personne s’il y avait un magasin Bio et la personne nous a dit : « vous savez moi et les magasins Bio… !» pour nous faire comprendre qu’elle n’adhère pas au Bio, puis on a été à Carrefour. Ensuite, nous sommes arrivés au gîte et il y a eu un accueil très chaleureux, convivial. On a mangé un repas très délicieux, appétissant avec Véronique, la personne qui nous a accueillis, et Izaur.


Brice : Encore une belle journée. Parenthèse agréable et inattendue chez un couple de personnes âgées qui nous ont invités à boire un jus de fruit chez eux ce matin.

Y part seul de nouveau cet après-midi, mais aujourd’hui je ne le rattrape pas, il est en forme et qui plus est je me perds et me rajoute 3-4km au compteur. Cela me permet de rencontrer un apiculteur avec qui on papote « abeilles » et qui m’offre à boire et à manger ! de nouveau ! Plus tard, je retrouve Y à Navarrenx, en terre béarnaise, qui en a un peu marre de m’attendre. Accueillis au gîte « Un chemin vers Soi » nous passons un moment ressourçant, doux et apaisant. Merci.


Jeudi 1er avril : Argagnon

Y : Aujourd’hui, on est à Labastide-Monrejeau. On a fait 24 km. Il a fait chaud, on a mangé à midi chez les parents d’une amie de Brice, puis nous sommes repartis jusqu’à Sauvelade. Ensuite, les parents de Brice sont venus nous chercher. Nous avons été dans la maison de Brice, puis j’ai fait du vélo. On a regardé les photos du chemin avec les parents de Brice. On a fait le tri dans les photos.

Brice : Poisson d’Avril

Y. et Brice


Vendredi 2 avril : Fichous-Riumayou

Y : Aujourd’hui, on est à Fichous-Riumayou. On a fait 28km sur du plat. A un moment, j’ai dit « ça pue la m. ici » et une vache a meuglé. Avec Brice on a pris ça pour un « on t’em…. ». On a bien rigolé. Ensuite on a vu un patou qui est venu nous aboyer dessus. Brice a avancé et moi je suis resté cloué, car j’avais peur, puis je lui ai dit : « casse-toi ». Ensuite, il est parti à 10m, puis j’ai couru, ce que Brice m’a déconseillé.


Brice : Du plat, une température douce, de la motivation, nous passons une belle journée. Les corps sont en forme avant l’étape défi de marche. Nous avons fait quelques kilomètres de plus pour écourter l’étape de demain et avons même terminé en courant à la demande de Y. Nous rentrons au stand pour faire « l’entretien des machines » et se faire chouchouter par mes parents chez qui nous étions jusqu’au grand jour, dimanche après-midi.


Samedi 3 avril : Pimbo


Y : Aujourd’hui on est à Pimbo. On a fait 16 km. Nous avons vu plein d’animaux. On a croisé un pèlerin à Pimbo, à l’église, puis le père de Brice est arrivé et nous nous sommes endormis tout le long du trajet, car nous nous étions levés très tôt pour arriver à 12h à la maison. Cet après-midi, on a fait des courses avec Brice, puis nous sommes allés à la maison. Je suis prêt pour le défi de demain.


Brice : Ce matin, nous avons croisé un pèlerin qui est parti du Puy en Velay en 2018. Il a relié Saint Jacques de Compostelle, Fisterra et sur le chemin du retour a trouvé un chemin alternatif dans une forêt en Béarn et s’y est arrêté. Jusqu’au 1er avril, il y a deux jours, il vient de se remettre en route pour Le Puy en Velay et rentrer au bercail, quatre ans après.

Peu importe les mesures gouvernementales.

Pour le reste, petite douleur pour moi au tendon au niveau de la cheville… que j’ai bichonnée cet après-midi, c’est pas le moment de lâcher, demain c’est le jour du grand défi.


Dimanche 4 et lundi 5 avril : Pimbo - Manciet, étape défi

Y : Aujourd’hui, on a fait l’étape défi, on a fait 63 km au lieu de 107 km car j’ai été malade. J’ai vomi et j’ai eu la diarrhée, puis j’ai dormi toute la journée.


Brice : Nous avions espéré faire une marche de 107km. « Les yeux plus gros que le ventre ». La nuit fut rude et longue pour Y.

Initiatique.

A 5h du matin, nous avons fait une pause sieste de 1h après avoir fait 53km, à mi-parcours, nous avons rajouté 10km et ce fut bien suffisant ! Une belle expérience, un beau dépassement de soi.


Mardi 6 avril : Eauze


Y : Aujourd’hui, on a fait repos de l’étape défi. Je suis encore malade. J’ai dormi toute la journée.


Brice : Repos bien nécessaire.


Mercredi 7 avril : Gite La Maisonnette

Y : Aujourd’hui on a fait 10 km. Je vais bien mieux qu’hier. Je mange un peu plus. Je suis content


Brice : Petite étape aujourd’hui de 10 km. On se remet dans le bain tranquillement. Y est encore bien fatigué ce matin. Après plusieurs pauses dont une grosse à midi, Y retrouve une bonne partie de son énergie. Cela fait plaisir. Il fait « l’andouille », il va bien !

Cet après-midi, nous re-croisons le pèlerin qui rentre chez lui après être parti il y a quatre ans jusqu’à Saint Jacques.


Jeudi 8 avril : Condom

Y : Aujourd’hui, nous sommes à Condom. On a fait 22km, c’est assez plat, mais ça monte un peu. On est dans un gîte qui est très chaleureux. Là où on a rencontré Caroline et T avec lequel le feeling passe bien.


Brice : Aujourd’hui Y retrouve la forme et le sourire. Ce matin c’était bataille dans le lit au réveil. Puis le Gers, de nouveau, avec ses rondeurs, ses terres agricoles. Nous croisons un viticulteur qui nous dit qu’il a gelé la nuit dernière et que les ¾ de la récolte sont déjà perdus. Il reste malgré tout positif et philosophe. Arrivés à Condom, nous sommes reçus comme des rois par Corinne et Philippe qui nous gâtent vraiment et avons le bonheur de partager un moment de qualité avec Caroline et T, un autre binôme de Seuil, présents ici. Un régal.


Vendredi 9 avril : La Romieu

Y : Aujourd’hui, on est à La Romieu. Nous avons fait 13km. Nous avons donc pu rester plus longtemps avec Caroline et T et passer un deuxième repas à quatre avec les hôtes, puis nous sommes partis. Caroline et T nous ont accompagnés sur un bout de chemin, puis nous nous sommes séparés. Nous avons passé un lac, une chapelle, là où on a vu Pascal, un pèlerin que nous avons croisé à plusieurs reprises et qui est parti il y a trois ans de chez lui pour le chemin.


Brice : Avant dernière journée de marche, ça passe. On finit avec beaucoup de douceur tant au niveau des kilomètres, que des moments partagés avec Caroline et T, Corinne et Philippe. Quel régal vraiment. Ressourçant, nourrissant.


Samedi 10 avril : Lectoure

Y : Aujourd’hui on est à Lectoure. On a fait 19km. On a vu un lièvre dans un champ de maïs, un chien nous a suivis dans la forêt, donc on a appelé son propriétaire qui allait à Lectoure aussi. Puis nous sommes repartis, on a fait une pause dans un village et Brice me dit qu’il ira tout droit. Je lui dis « Ok » et je prends à droite et prends le GR et Brice lui m’a attendu, et m’a cherché pendant que moi j’étais en train de marcher. J’arrive à Lectoure et demande à une maison un téléphone et appelle Brice. Je lui dis que je suis à Lectoure et il me dit que j’ai triché et pris une voiture. Je lui dis que « non » et il dit « qu’on verra quand il arrivera à Lectoure, qu’il est à un kilomètre de moi et qu’il arrive vite », donc je l’attends. On parle de ce « magouillage » et, en fait, j’ai juste suivi le GR au lieu de prendre tout droit. On finit la dernière étape à deux, sourire aux lèvres et on attend que le gîte ouvre à 14h30.

Brice : Après 1080 km parcourus, 53 jours de marche, une étape défi de 63km, des rires, des larmes, des moments doux, d’autres durs, nous arrivons au terme de cette belle et riche aventure avec Y.

Fin du chemin aujourd’hui à Lectoure après une dernière étape dans la bonne humeur. Un énorme MERCI à tous ceux qui nous ont accompagnés, soutenus, hébergés, encouragés, notamment Paul, Clémence et Anthony de l’association Seuil, ainsi que toutes les personnes croisées sur le chemin. Merci à Isabelle de nous accueillir ce soir avec douceur et générosité.

Y. et Brice


Nuit de samedi 10 au dimanche 11 avril 2021 au gîte de St Germain sur Ille :


J’ai fait un rêve très joli et je vais vous raconter le récit.

Je suis en pleine ville, pavée et il y a des jeunes qui crient. Je vais voir et ils me disent qu’on est inondés et je vois de l’eau bleu turquoise qui monte très pacifiquement. L’eau arrive à un pont et il la retient comme si un mur invisible existait. Je la touche, elle est chaude. On dirait qu’elle est dans un contenant invisible, alors je leur dis que c’est fini et que l’eau ne bouge plus. Ils me disent que je l’ai retenue et que je suis un dieu. L’eau repart entre les pavés comme si de rien n’était. Le sol est sec. On dirait qu’il n’y avait pas d’eau.

Un jeune vient me tendre à deux reprises son téléphone et je vois inscrit le numéro 17. Il le met à son oreille. Quatre mètres nous séparent et j’ai entendu la conversation comme si le téléphone était à mon oreille et le policier dit qu’il va venir chercher une fille, alors qu’il n’y a pas de fille.

Puis Brice m’a réveillé.

Je lui ai raconté mon rêve. Je lui ai dit que je voulais y retourner car je me sentais léger et apaisé, sans aucun problème.


Y. et Brice

3 vues

Posts récents

Voir tout

Marche de Ethxxx accompagné par Romain Vendredi 18 novembre : E : Premier jour de marche de l’escapade. Le matin, on a fait 7h de train, sans compter le réveil piquant très matinal. Bref on sort de la

Marche de Kylxxx accompagné par Stéphane Jeudi 10 et Vendredi 11 novembre : Gîte St Germain sur Ille K : Je me suis levé à 9h. J’ai mangé une omelette et après nous sommes partis marcher. On a marché

Seconde marche de Pacxxx accompagné par Eric Mardi 25 octobre : Le Puy en Velay P : Premier jour de la deuxième marche. On a fait le tour de France en train, puis on est arrivés au Puy-en-Velay. On a