• pierresauge

Marche de Hedxxx

Marche de Hedxxx accompagné par Laurienne


Jeudi 28 au 31 janvier : Stage de préparation à Rennes

H : Bonjour. Je m’appelle H. Je viens de Paris. Mon éducatrice m’a parlé de ce projet. Ma curiosité m’a poussé à accepter et à dépasser mes craintes.

Laurienne qui a l’habitude de marcher m’accompagnera. Demain c’est le grand départ. J’ai hâte de commencer


Laurienne : Bonjour tout le monde. Je m’appelle Laurienne. Je suis l’accompagnante de H pour cette marche de deux mois. Nous avons passé trois jours à Rennes pour nous équiper et habituer notre corps au sac, ainsi qu’à la marche. Positif avec ce projet, H est content et impatient de commencer. Après un voyage assez long, nous voilà arrivés au Puy-en-Velay, départ de notre long périple.


Lundi 1er février : Montbonnet – retour au Puy en Velay

H : Là c’est H, alors hier nous sommes arrivés à l’auberge chrétienne, l’endroit est un peu glauque. J’ai eu du mal à dormir un peu. Les gens de l’auberge sont sympas, mais un peu bizarres. Aujourd’hui on a marché, mais malheureusement on a pris le mauvais GR. Donc on a fait demi-tour pour revenir à l’auberge chrétienne située au Puy-en-Velay


Laurienne : Bonjour. Aujourd’hui nous devions nous diriger vers Montbonnet pour une étape de 15 km. Malheureusement, ce matin au démarrage, nous avons suivi le mauvais balisage, ce qui nous a amenés sur le GR du Chemin de Stevenson.

Il m’a fallu plus ou moins 10 km sous la pluie pour réaliser que nous étions complètement à l’opposé de là où nous devions être. Du coup, nous avons rebroussé chemin et trouvé un bus pour revenir au Puy-en-Velay. H a rigolé de la situation et est resté philosophe. Il m’a regardé et m’a dit « c’est pas grave, ça peut arriver, ce sont les aléas du chemin ». Voilà pour aujourd’hui. A demain pour de nouvelles aventures.


Mardi 2 février : Montbonnet

H : Nous sommes partis du Puy-en-Velay pour aller vers Montbonnet. Pendant la marche, il y avait des paysages magnifiques. Arrivés au gîte, nous avons fait la connaissance d’Anne, la responsable du gîte. J’ai fait avec elle des cookies. Puis, nous sommes montés sur des volcans à 10 mn. On a pris des photos. Pour arriver sur le volcan on a pris le chemin du combattant.


Laurienne : Après une photo souvenir à la sortie du Puy-en-Velay, nous voilà enfin partis pour notre première étape. 15km parcourus en 5h, même si H trouve le sac lourd et la marche difficile, il s’accroche et reste positif.

Arrivés à Montbonnet, Anne, l’hospitalière, nous accueille dans son auberge avec un grand sourire et une boisson réconfortante.

Après une douche bien méritée et les étirements, petit atelier pâtisserie pour H en compagnie d’Anne. Attirés par un volcan, juste en face de l’auberge, nous sommes montés au sommet pour admirer la vue et prendre quelques photos.


Mercredi 3 février : Monistrol sur Allier


H : Aujourd'hui on a marché jusqu’à Monistrol. On a croisé dans le village Le Chier un chien qui a fait 2 km avec nous. J’ai voulu l’adopter mais Laurienne a téléphoné à sa maîtresse car il avait un collier avec son numéro. On est passé à Rochegude où on a mangé. A 800 m on a visité une chapelle. On a passé le pont Eiffel pour dormir chez André le gardien du pontet et manger les spaghettis bolognaise. Je recommande de passer au gîte du Pont Eiffel.


Laurienne : Après une nuit bien reposante et deux belles rencontres, Anne l’hospitalière et Didier son compagnon, H. s’est réveillé seul comme une « petite fleur » content de prendre son petit déjeuner avec vue sur les volcans. Notre étape de 15 km s’est s'est déroulée sous un joli ciel bleu et un agréable soleil. A notre arrivée André, du gîte, nous a accueillis à bras ouverts et un thé à la menthe. Encore une belle soirée à se faire « chouchouter ».


H et Laurienne


Jeudi 4 février : Saugues


H : pendant le chemin on a eu 1h30 de montée très fatigante. Pour la première fois, j’ai vu un paon et aussi un petit furet blanc. Dans le gîte de Jean-Claude, il y a 2 magnifiques chiens et un chat. Nous avons pris quelques photos du monstre de Gévaudan.


Laurienne : après une photo souvenir avec André, nous entamons notre marche par une belle côte. L’étape d'aujourd'hui est courte, 12 km, mais nous passons de 600 à 1100 m en 4 km. Après 1h30 de montée, le dénivelé se calme, nous décidons donc de prendre notre temps pour profiter de la nature environnante. La météo est un peu plus capricieuse, le ciel couvert et le vent fort. Heureusement, l’accueil au gîte est chaleureux, décidément on prend soin de nous et c’est agréable.


Vendredi 5 février : Chazeaux


H : en partant du gîte de Jean-Claude, il m’a donné de l’argent et plusieurs canettes. On est arrivé au gîte de La Virlange, très bon gîte. Il n’est pas encore dans le miam miam dodo. Là on est en train de se faire masser les pieds. Demain on fait 19 km, çà passe!!! On marche pendant une période dure, donc faites des dons, la famille c’est important, merci.


Laurienne : petite étape sans grande difficulté, nous commençons à prendre un bon rythme avec des pauses de plus en plus espacées. A l’arrivée nous sommes accueillis par Elodie dans son nouveau gîte tout douillet. Elle offre à H la fameuse coquille St Jacques à accrocher à son sac. Ce début de marche est à marquer sous le signe de l’hospitalité et des belles rencontres.


Samedi 6 février : St Alban sur Limagne


H : ce matin j’ai pris un des meilleurs petits déjeuners de ma vie, vraiment. J’ai vu un écureuil et un renard. Pendant la route, il faisait très froid et très gris. On voulait s'arrêter manger, il faisait trop froid, on a attendu le prochain village, Le Rouget. Dans ce village, on est tombé sur un accueil pèlerin donativo. A l’intérieur, à notre disposition, il y avait du Nutella, des smeakers, du cacao, du café. On a très bien mangé, puis on est arrivé au gîte de St Alban, ville très chelou. A demain.


Laurienne : beaucoup de vent aujourd'hui ce qui nous a obligés à faire peu de pauses car peu d’abris. Heureusement nous sommes tombés sur un « oasis de pèlerins » bien chaud. Après cette halte réconfortante, nous avons fini l'étape dans la bonne humeur avec un H ravi d’avoir trouvé du nutella. Ce soir, pas d’hospitalier pour partager notre soirée, mais un gîte bien équipé. Nous avons décidé de se cuisiner une pizza et de finir notre journée sur une partie de scrabble.


Laurienne, accompagnante


Dimanche 7 février : Aumont-Aubrac

H : aujourd'hui nous avons marché 19 km en 3h et demi, je commence à me sentir à l’aise en marchant. Nous avons vu des paysages magnifiques, avec de belles montées, mais on ne plaint pas. C’est normal, c’est le but de la marche ! Demain la neige est annoncée, on verra demain, croisons les doigts pour qu’il ne neige pas trop. A demain.

A propos, la Bête de Gévaudan, c’est une bête qui a tué entre 150 à 200 personnes. On ne sait pas si c’est un loup géant ou une hyène. La bête n’a jamais été identifiée. La première victime est Jeanne une jeune bergère de 14 ans des Ubacs prés de Langogne dans le Vivarais le 30 juin 1764. Après ce meurtre la bête a fait un carnage.


Laurienne : Ce matin nous sommes partis avec la neige et arrivés avec le soleil. Nous trouvons petit à petit notre rythme et la marche a été aujourd'hui un peu plus silencieuse. Des chevaux, intrigués par notre présence sont venus nous dire bonjour. H., ravi, en a profité pour faire un selfie avec eux. Ce soir c’est partie de rami avec un monsieur qui loge au gîte.


Lundi 8 février : Nasbinals

H : aujourd'hui première grosse étape de 27 km. Début difficile à cause d’une ampoule percée, de chaussures trop petites. J’ai un peu râlé, mais tout de suite je me suis remis dedans. Il a neigé toute la journée. Nous sommes arrivés au village après une marche très dure. Les courses et nous avons mangé ... Nous avons acheté une nouvelle paire de chaussures de marche. Et là nous allons jouer au rami. A demain.


Laurienne : Une petite défaillance à cause des chaussures, mais une grande détermination de la part d’H. tout le long de cette longue étape de 27 km. Ce matin la nature était recouverte d’un léger et joli manteau blanc. Nous avons marché sous la neige toute la journée. Aujourd'hui le paysage nous a donné l’impression, de remonter le temps. Cette partie de l’Aubrac est très sauvage et il n’y a presque pas de traces de civilisation. D’ailleurs nous avons croisé plus d’animaux que d’êtres humains !

Mardi 9 février : St Chély

H : aujourd'hui 8 km dans la neige jusqu’aux genoux, nous tombions sans arrêt et nos pieds s’enfonçaient dedans. Mes baskets se sont enfoncées dans la boue, je ne la voyais plus et je ne sentais plus mes pieds. Nous avons vu deux lièvres. Malgré le froid, nous avons bien rigolé. Puis nous avons une descente de presque 1H et demi, nous sentions à peine nos jambes. Je tiens à souligner que nous avons fait 17 km sans s’arrêter. Bonne journée aujourd’hui. A demain.

Laurienne : Etape courte mais physique, 2h30 de marche à s’enfoncer dans la neige parfois jusqu’aux genoux voire les cuisses. Nous nous sommes moqués l’un de l’autre de nos chutes mutuelles. Dur, dur mais rigolo. Après 8 km nous avons capitulé et décidé de suivre la route car nous étions tout trempé et fatigué. 1h45 plus tard nous étions heureux d'arriver et prendre une bonne douche.


Mercredi 10 février : Espalion


H : La journée commence par un petit déjeuner offert par l’hôtel. Vraiment bon, pain au chocolat, croissant, céréales, nutella, jus d’orange, fruit, pain frais … la totale quoi ! Nous avons fait 23 km et 2 pauses, très bon rythme. Arrivés à Espalion, les courses. 20 mn avant Espalion, Laurienne est tombée mais elle s’est bien rattrapée. Nous sommes bien arrivés à l’hôtel. A demain.


Laurienne : En ce début d'étape il y du ☀️. Nous décidons de marcher tranquille pour profiter de sa chaleur, ça fait du bien et du paysage. Nous marchons au-dessus d’une mer de nuages, c’est splendide. Mais la pluie nous rattrape et nous finissons l’étape tout mouillé. La météo ne nous épargne pas, mais nous gardons le moral.


Jeudi 11 février : Golinhac


H : 28 km aujourd’hui, c’est l’étape la plus dure pour le moment, très longue. Beaucoup, mais vraiment beaucoup de dénivelés. Des montées de 1h, j’ai pris le temps pour admirer ce très beau paysage. J’ai même vu des martins pêcheurs en action sur le lac de Golinhac. Mais juste après il y a eu une belle montée ! Aujourd’hui c’était un mal pour un bien car la vue du village de Golinhac mérite bien de souffrir. A demain.


Laurienne : Jolie étape aujourd'hui avec du soleil qui bise les joues. Une journée de marche avec un fort dénivelé. L’Aveyron, ça monte et ça descend ! H. commence à être fatigué mais il s’est bien accroché tout le long. Il attend avec impatience la journée de repos pour faire une belle grasse matinée. Tous nos efforts ont été récompensés par un paysage somptueux.


H; et Laurienne


Vendredi 12 février : Conques


H : journée très dure remplie de pluie, c’était désagréable. Puis nous sommes arrivés à Conques, un des plus beaux villages de France. Nous dormons dans une abbaye, il y a des moines. A demain.


Laurienne : 21 km sous une pluie torrentielle, nous a un peu minés, mais Hedi a gardé le cap et n’a rien lâché. Une journée difficile récompensée par village, Conques, splendide et un accueil à l'abbaye très chaleureux. Un chocolat chaud, un café et des petits gâteaux nous ont bien réconfortés. Ça ira mieux demain.


Samedi 13 février : Decazeville


H : Aujourd’hui, en allant dans la salle pour prendre un petit déjeuner, Laurienne était avec un moine très sympa et qui nous a proposé d’aller dans l’église pour nous jouer de l’orgue. Nous sommes rentrés dans l’église, il jouait déjà sur un petit orgue puis nous avons monté les escaliers et il nous a montré un énorme orgue. Il a joué et c’était tellement beau et émouvant. Il nous a dit ensuite qu’à 30 minutes il y avait une chapelle, de sonner la cloche et que depuis l’église il allait nous répondre. Nous avons commencé le chemin avec une grosse montée d’1h et en passant vers la chapelle, nous avons sonné la cloche. Le chemin était agréable, il faisait beau. Arrivés à Decazeville nous avons vu des moutons, puis une chèvre naine. Arrivés au gîte nous sommes partis faire les courses car nous sommes en pause jusqu’à lundi matin. Ce soir c’est gratin dauphinois avec un steak acheté chez le boucher et une salade. Après l’effort le réconfort, à demain.


Laurienne : Ce matin, lors du petit déjeuner, nous avons rencontré frère Jean-Daniel, le moine organiste de l’abbaye, (le moine qui joue de l’orgue). Avant notre départ, il nous propose de nous faire visiter l’église et surtout de nous jouer un petit air. Instant magique, plein d’émotions dans une église rien que pour nous. H. est sous le charme et moi aussi. Le sourire aux lèvres, nous voilà repartis pour une belle étape avant un repos bien mérité à Decazeville.


Dimanche 14 février : Decazeville


H : Aujourd’hui, petite grasse mat car on était en pause, réveil pas difficile du tout. À midi j’ai fait ma fameuse pizza qui était tellement magnifique, cette pizza est un orgasme culinaire. Je suis sorti seul sur Decazeville, rien n’était ouvert car on est dimanche, la rue était déserte. Je suis vite rentré. Je me suis reposé j’ai examiné le chemin pour demain. Je suis ressorti pour aller acheter une bouteille d'oasis car je n’avais plus de jus. Vers 18h30 on a commencé à faire à manger, des tagliatelles avec une sauce faite maison à base de tomates basilic, poivrons, oignons, épices, blanc de poulet. Deuxième orgasme culinaire. Demain direction Saint Félix 20 km, du gâteau.


Laurienne : Ce matin, H. a fait une grosse matinée. C’est une journée de repos bien méritée après 13 jours de marche. À midi, il a cuisiné seul une pizza. Tellement fier de lui, il a pris en photo son «chef-d’œuvre ». Ce soir, rebelote atelier cuisine. H. a appris à faire une sauce tomate maison.


Lundi 15 février : St Félix


H : aujourd'hui nous avons marché sous le soleil ☀️, très agréable. Arrivés, nous sommes allés au gîte, donativo, de Thierry et de sa compagne Jade, des personnes très bien. Thierry m’a proposé de m’occuper de ses animaux, brebis, oies, poules, canards, cailles. Nous avons ramassé les oeufs de poules, d’oies et de cailles. Il m’a montré les pièges qu’il fait pour les renards. Nous avons donné à manger aux brebis, des pommes et du foin. Ils ont aussi deux chiens, Toby et Gami, j’ai joué avec eux toute la soirée. Très belle journée, j’ai appris beaucoup de choses. A demain.


Laurienne : Etape très plaisante, nous profitons d’une météo agréable pour faire une pause au bord d’un lac. Ce soir nous faisons halte chez Thierry, un accueillant donativo (tarif libre). Il possède divers animaux de la ferme, H. en profite pour les découvrir et apprendre à les nourrir.Il parait très content. Douce soirée en compagnie de Thierry et Jade, sa compagne.


Mardi 16 février : Figeac


H : Etape très facile, 10 km, nous arrivons aux alentours de midi. Nous arrivons à l’hôtel, nous prenons un kebab à emporter pour le déguster en ville. Puis quelques courses pour demain. Il fait très beau. Très bonne journée, à demain.


Laurienne : Arrivés tôt, nous sommes allés en ville pour manger. Après un kebab, nous avons flâné dans les petites ruelles du centre historique. Cette ville a un charme fou avec ses rues pavées et ses anciennes maisons médiévales. Avec le soleil en prime, c’était un régal.


Mercredi 17 février : Source d’Ussac


H :Ce matin beau soleil, très agréable. Il faisait très chaud, obligé de lever les pantalons. Arrivé au gîte, c’est Dominique qui nous reçoit. Il nous sert une tisane, et il me propose d’aller voir sa ferme.

On est parti voir les paons, quand on est arrivé le paon avec ses ailes déballées c’était magnifique. Je n'avais jamais vu ça. Puis il m’a montré les béliers. Juste après les brebis. On leur a donné à manger. Et puis les agneaux, j’en ai même porté un. Vers 19h30 on est parti manger, de l’agneau et du riz, dessert glace à la vanille.


Laurienne : Il commençe à faire chaud et c’est très agréable. Nous avons fait une belle étape. Le paysage change, il est plus aride. Ce soir, nous passons la soirée dans un accueil paysan. H. est aux anges car il va pouvoir faire les soins des bêtes avec Dominique. Douce soirée en compagnie de sa petite famille. Sylvie sa femme et Eva sa fille.



Jeudi 18 février : Limogne en Quercy


H : Aujourd’hui, étape plutôt facile mais un peu mal aux pieds vers la fin. Au début de la journée nous avons croisé une vieille dame qui criait au loin, au moins à 350 m sur son fils âgé de 58 ans car elle déteste sa nouvelle compagne. C’est en passant qu'elle nous a raconté pourquoi elle criait. Elle était vraiment furax. Nous avons bien rigolé. J’ai encore fait frémir mes papilles avec une nouvelle recette. Malheureusement je ne peux vous dire c’est quoi, car vous allez recopier. Non je rigole. Pâtes, sauce curry, échalotes, blanc de dinde! A demain.


Laurienne : Le ☀️ est au rendez-vous. Nous marchons dans la bonne humeur et d'un bon pas. Toujours pas d'autres marcheurs à l’horizon, mais on s’est fait une raison. Ce soir nous dormons au gite municipal, ce sera donc une soirée en duo.


Vendredi 19 février : Bach


H : Ce matin en attendant Laurienne devant la boulangerie un monsieur m'a demandé si un chien ne m’avait pas suivi aux alentours de Cajarc car son chien, me dit-il, aurait suivi des marcheurs. Ça m'a fait de la peine. Puis au même moment une dame, une militaire, sort de la boulangerie au même moment que Laurienne. C’est une « complotiste », elle disait que les plus riches voulaient la population mondiale ... Elle souhaite quitter l’armée car elle est convaincue d’un complot mondial. Je reste sceptique??

Nous avons fait l'étape très rapidement accompagnés par le soleil ☀️. D'ailleurs Laurienne et moi envisageons de marcher sur les mains pour aller moins vite. Arrivés au gite, très bonne soirée.



Laurienne : Étape courte faite très rapidement. La météo est toujours au rendez-vous ce qui rend la marche agréable. Arrivés tôt au gite, je me suis octroyée une petite sieste. H., lui, a appris à faire la confiture de figues en compagnie de Jean, l’accueillant du jour. Nous passons la soirée avec lui et sa femme Sandrine autour d'un bon poulet Marengo. Encore et toujours la convivialité du chemin.


Samedi 20 février : Cahors


H : Très bonne journée en soi, la journée commence avec une biche qui nous passe devant les yeux. Une étape longue de 27km, les paysages n’étaient pas au rendez-vous, j'ai eu l’impression de ne jamais arriver à Cahors. Arrivés, les courses. Ce soir c'est atelier cuisine, tortilla et gâteau au chocolat. Et là, ce soir je vais mettre une « raclée » à Laurienne au Rami, car oui nous sommes en repos demain.


Laurienne : Aujourd'hui les paysages me faisaient penser aux longues plaines d’Estramadura en Espagne sans les oliviers et les chênes liège évidemment. Les coteaux sont très arides et caillouteux. L’étape nous a paru longue et interminable. Le gîte où nous logeons ce week-end est très confortable et bien équipé. Avec H. nous décidons de nous faire plaisir en cuisinant un gâteau au chocolat pour fêter notre repos demain.


Dimanche 21 février : Repos à Cahors


Lundi 22 février : Lascabanes


H : Aujourd'hui belle étape. Nous nous sommes arrêtés à Tigodina chez Rémi qui nous a donné quelques adresses de gite car c’c'est dur de se loger. Nous avons mangé aussi avec lui à midi. Nous sommes arrivés au gite de l’étape, Bleu. Marie-Claire et Jean-Michel nous ont accueillis. Des personnes formidables. Elles nous ont même offert le repas.

J’allais oublier, on ne capte pas. Pas de réseau, pas d’appel, pas de musique, mais bon, ça permet de se retrouver un peu avec soi-même.


Laurienne : Aujourd'hui nous avons pris le vent de face puis la pluie. Ça faisait trop longtemps que la météo était clémente … Mais le chemin est toujours plein de surprises, il nous a mené à Rémi. Un hébergeur comme on les aime, généreux et passionné par l'accueil des marcheurs. Nous ne passerons pas la nuit dans son gite mais il nous a offert sa table à midi pour manger à l’abri du vent. Le soir, nous dormons chez Marie-Claire et Jean-Michel, tout comme Rémi, ils sont d'ailleurs très amis, nous ont fait un accueil simple mais d’une rare gentillesse. Merci pour cette douce et agréable soirée


Mardi 23 février : Lauzerte


H : Aujourd'hui belle étape de 23 km. Au bout de 26 jours, mon sac est devenu une vraie épicerie ambulante. J’ai toujours du sel, de l’harissa, de la sauce barbecue. Je pourrais même proposer un menu pèlerin ! Nous avons croisé deux ânes qui nous faisaient même des grimaces, c’était marrant. Arrivés à Lauzerte, les courses. Arrivés au gite de l’Abeille Lulu, très bon accueil. Ce soir, au menu, des pâtes au pesto, blanc de dinde, échalotes. A demain.


Laurienne : Les températures sont très agréables en ce moment, nous faisons de très belles étapes. Le paysage change encore, il se fait plus vert et vallonné. Nous croisons un peu plus d’animaux et toujours pas de marcheurs. Mais nous savons par les hébergeurs qu’il y a quelques marcheurs devant et derrière nous. Ce soir, H. S’est préparé son propre repas, il commence vraiment à devenir un petit chef et surtout prend du plaisir à faire.


Mercredi 24 février : Durfort-Lacapalette


H : Aujourd'hui petite étape de 14 km, plutôt simple. Arrivés au gite nous sommes accueillis par Christophe, super blagueur qui me « menace » de me réveiller à 6h. MDR ! Puis nous sommes partis faire les courses, l’épicier était bavard, il nous a même un prix à l’oeil qui nous a vraiment arrangés. Ce soir c’est pâtes au pesto au thon avec un peu de gruyère. Nous sommes à 400 km depuis Le Puy en Velay, je suis vraiment fier de moi. Et je ne savais pas que ce projet allait autant m’aider pour la suite. A demain.


Laurienne : C’est l’étape des 400 km ! Plus que 350 et nous sommes à St Jean Pied de Port. Que de chemins parcourus, 5 départements traversés, la Haute-Loire, la Lozère, l’Aveyron, le Lot, le Tarn et Garonne. Et ce n’est pas fini, H. Est fier, il y a de quoi. La météo nous fait l'honneur d’être clémente, le soleil est là et les températures aussi. Nous en profitons et apprécions. Que ça continue.


Jeudi 25 février : Moissac


H : Belle étape de 14 km, le soleil ☀️ nous aura suivi jusqu'à Moissac. Arrivés au gite nous sommes accueillis par Patrick. Nous avons fait un tour en ville, visité l’abbaye. Puis les courses pour demain midi. Au menu ce soir, de la salade accompagnée d’une tartine de thon, c’était délicieux. A demain.


Laurienne : Etape courte et sans difficulté. Nous marchons d’un bon pas et dans la bonne humeur. Ce soir nous dormons dans un gite en plein centre de Moissac. C’est une grande maison avec une cour intérieure, à la déco style baroque. Moi, j’aime bien mais H. trouve le style « chelou ». Patrick, le propriétaire, parle beaucoup mais il est très très gentil et très blagueur. Nous avons bien ri et appris plein de choses. Pour l’anecdote, la maison a appartenu au poète Raymond De La Tailhède (1867-1938) et les sculptures sur les murs réalisées par Jean-Auguste-Dominique Ingres (1780-1867). Ils ont vécu à la même époque, ils étaient amis. L’un de Moissac, l’autre de Montauban.


Vendredi 26 février : Auvillar


H : Ce matin au petit déjeuner, Ramses le cocker de Patrick est arrivé avec un sous-tif dans la bouche, puis le petit coquin a essayé de « posséder mon bras » MDR. 😂 . Aujourd'hui nous avons longé le canal du midi. ZERO dénivelé, nous avons fini sur les mains pour aller moins vite, AH, AH, AH … Arrivés au gite nous posons nos affaires et nous allons à l’office de tourisme pour faire tamponner nos crédentials. Ensuite les courses, ce soir, pâtes bolognaise.


Laurienne : Bon ! La météo n’est pas jolie, jolie aujourd’hui. Brouillard et humidité nous ont tenus compagnie durant toute l’étape. Arrivés à Auvillar nous avons découvert un très joli village aux briques rouges 🧱 avec une ancienne halle aux grains, magnifique. Ce soir nous sommes accueillis chaleureusement par Irène dans son petit gite, 2 lits seulement, flambant neuf et hyper douillet. Soirée rami en perspective où H. A encore essayé de me mettre la « raclée ». Malheureusement pour lui je suis imbattable en ce moment !


Samedi 27 février : Castet-Arrouy


H : Aujourd’hui, plein soleil, ciel bleu, les oiseaux qui nous accompagnent avec leurs chants ! Nous avons vu une centrale nucléaire qui marchait très bien et heureusement. On a marché toute la journée dans des champs, beaucoup de montées et de descentes. Arrivée au gîte, l’hospitalière nous propose de fermer l’église du village.

Je me suis fait un nouvel ami, Peps, le chien de Nat.

À demain ! ! !

Laurienne : Aujourd’hui, le soleil est revenu. C’est une belle étape où nous marchons au milieu des champs vallonnés du Gers. Ce soir, c’est demi-pension chez Nat, qui nous fait un bel accueil. On passe une soirée très agréable autour d’un bon plat de lentilles corail à la noix de coco, un délice.


Dimanche 28 février : La Romieu

H : Aujourd’hui grosse étape de 30km. Arrivés à Lectoure, nous sommes interpellés par les gendarmes, car on avait pas le masque « sacrebleu ». Petite pause pour manger, je me suis pris une religieuse, saperlipopette. Nous avons eu les pieds mouillés toute la journée. Arrivée au gîte, à notre grande surprise, 2 randonneurs, Stéphanie et Jehan. Ce soir c’est moi qui cuisine, pâtes bolo, échalotes, oignons, digne de grand chef. Puis, soirée Rami avec Stéphanie, je l’ai laissé gagner car elle rentre demain, j’ai pas envie qu’elle rentre en colère. Jehan a adoré mes pâtes, normal c’est moi qui les ai faites. J’ai eu un défi de la part de Stéphanie et Jehan, mettre quatre mots imposés dans mon blog… Devinez lesquels.

À demain ! ! !


Laurienne : Après une étape de 30 km, surprise il y avait deux marcheurs au gîte, Stephanie et Jehan qui font le chemin à l’envers. Nous leur avons proposé de manger, et c’est H. qui a préparé le repas. Il nous a cuisiné sa spécialité, pâtes bolognaise. Très curieux, ils ont posé plein de questions à H., qui a répondu avec plaisir. Du coup, ce soir, c’est Stéphanie que H. compte battre au rami ! Nous sommes ravis, d’enfin partager une soirée avec d’autres marcheurs.


Lundi 1er mars : Condom


H : Aujourd'hui très belle journée, petite étape de 14km. A 1 km du gite, nous nous sommes arrêtés à l’Ancre, un gite donativo pour boire un coup. Arrivés au gite, le Camino Loc, nous sommes accueillis par Philippe et Serge et puis 2 ou 3 courses à faire. Ce soir nos mangeons chez Serge qui habite juste en haut de chez Philippe. Aujourd'hui en marchant, j’ai pris le temps de réfléchir à mes projets en rentrant pour commencer ma majorité avec de bonnes résolutions. A demain.


Laurienne : Enfin !!! Une soirée en compagnie d'autres randonneurs. Nous avons commencé cette étape tout guilleret de cette belle surprise. H. m’a fait un petit café chez Jean-Pierre qui propose un accueil donativo, puis nous avons pris le temps d’une pause pique nique à côté d’d'un lac. A Condom, nous sommes accueillis par Philippe et Serge pour un repos bien mérité.


Mardi 2 mars : Condom, repos

H : Journée repos. Un réveil qui commence avec un bon petit déj. On est parti acheter des courses car c’est Laurienne et moi qui cuisinons. Laurienne s’occupe de la salade composée et moi des deux pizzas, c’est devenu ma spécialité. On a mangé avec Serge, Philippe et Laurent. Ils ont beaucoup aimé le repas. Puis on est reparti faire des courses pour demain midi. Après ça j’ai rejoint Serge le patron de Caminoloc.com à sa boutique, qui m’a offert une paire de chaussettes en laine mérinos, elle dégage moins d’odeur, car mes paires de chaussettes sentent le roquefort. Ce soir c’est Philippe qui cuisine, spaghettis bolognaise, en dessert tiramisu. À oui j’oubliais, cet aprèm on est allé à Lectoure en voiture, pour que je récupère un courrier à la poste. Ce qu’on a fait en deux jours de marche on la fait en 20 minutes même pas le temps d’une cuisson de pizza. J’ai les boules !

A demain.


Petit instant pub

Caminoloc.com est un magasin de matériel de randonnée spécialisé uniquement pour le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Ils sont sur le chemin du GR 65, il y en a un à Cahors et un autre à Condom. Les vendeurs sont super, donc si vous êtes sur le chemin n’hésitez pas.

Laurienne : Aujourd’hui, je ne sais pas quoi écrire, tellement le blog de H. est riche. Il prend beaucoup de plaisir à le rédiger et c’est un régal de le voir dans ces moments-là. Plus on avance dans la marche, plus il met d'intention et d’application dans son style et son écriture. Et surtout, plus il y a de monde autour de lui quand il écrit, plus il est inspiré ! Sacré H., il me surprendra jusqu’à la fin ! !

Mercredi 3 mars : Montréal sur Gers


H : Une journée qui commence avec un bon petit déjeuner (nutella, fruit, jus d’orange, yaourt). Ce matin en partant je voulais dire « au revoir » à Serge, il était dans sa boutique. Il m’a offert un collier avec le motif de Saint-Jacques que j’ai par la suite accroché au sac. Nous commençons la semi autonomie, donc je pars 45 mn avant Laurienne, puis je l’attends 10km plus loin. 5km après Condom, nous sommes arrêtés au village de Larresingle, un village médiéval qui date du XIII°s. Il est magnifique. Nous avons passé le pont d’Artigues et sur ce pont on était à 1000kms de Saint-Jacques de Compostelle. Aujourd’hui, j’ai pris beaucoup de plaisir, car j’ai avancé tout seul et les 17 kms que j’ai faits, je ne les ai pas sentis. Une fois arrivés au gîte, nous nous sommes douchés et nous sommes partis faire les courses. A demain.


Laurienne : A Condom, durant notre journée de repos, nous avons fait deux belles rencontres. H a passé du temps avec Serge. Celui-ci, étant un marcheur passionné, ils ont beaucoup échangé et H s’est régalé de l’écouter parler de ses différentes expériences sur les chemins de Compostelle. Ce matin, il part donc, motivé comme jamais pour entamer cette nouvelle journée de marche en semi autonomie. Eh oui, il est temps pour H de commencer à vivre la marche en solo !

Pendant le petit déjeuner, nous convenons d’un point de rendez-vous et partons en décalé. Lui devant et moi derrière à environ 45 mn. En fin d’étape, nous faisons le bilan et je constate que H a le sourire aux lèvres, qu’il est fier de lui et trouve même le temps moins long.


Jeudi 4 mars : Eauze


H : Aujourd’hui belle journée. Deuxième jour en semi autonomie, sans faire exprès, j’ai fait 17 km seul car j’ai mal lu le plan. Arrivés à l’accueil Béthanie, nous nous douchons et nous déposons nos affaires. Nous sommes partis en ville m’acheter une casquette. J’ai hésité à m’acheter un foulard pour faire comme les touaregs, mais bon, j’ai réfléchi « sur le chemin de Saint Jacques ». Après avoir mangé, j’ai observé la famille qui nous accueille faire leur prière du soir. Ah ! J’allais oublier, il y a un autre marcheur, il s’appelle Fabien, il marche depuis le Puy-en-Velay et dort souvent en tente. C’est un « malade ».


Laurienne : Le soleil est avec nous et la chaleur commence à pointer son nez. Zéro dénivelé = zéro difficulté, nous avançons toujours aussi bien et avec enthousiasme.

H est enchanté de marcher seul. Pauline, l’accueillante d’aujourd’hui, l’a trouvé rayonnant. Pour une fois, nous serons trois marcheurs ce soir à manger à la table de nos hôtes. Une jolie petite famille (Marcel, Pauline, Raphaëlle et Loucia) généreuse dont l’accueil des pèlerins fait partie entière de leur rythme de vie. Nous passons une agréable soirée.


Vendredi 5 mars : Lanne-Soubiran


H : Aujourd’hui 29 km. Ce matin, je suis parti avec Fabien. J’ai marché avec lui pendant 20 km. Avant de rentrer dans la ville de Nogaro, on a rencontré trois marcheurs qui d’ailleurs dorment dans le même gîte que nous. A Nogaro, nous sommes partis faire des courses pour rien vu que nous sommes invités ce soir. Fabien nous a quittés à Nogaro, car il dort en tente.

Au fait, vous vous souvenez des mots « défi »du 28 février, que je vous avais demandé de trouver, si oui, like, si non les voilà : rami, sacrebleu, grand chef, saperlipopette. A demain.


Laurienne. Encore une belle étape bien ensoleillée. Depuis deux jours, je marche seule. J’aime quand on démarre les journées en autonomie, ça démontre un cap dans la marche du jeune. D’ailleurs H en éprouve beaucoup de satisfaction, ça la valorise. Et moi, je peux me prendre un peu de temps pour moi, ce n’est pas désagréable. Aujourd’hui, H a fait un bout de chemin avec Fabien, rencontré la veille. Il est parisien et plutôt jeune (30 ans), ils ont apparemment passé une bonne journée ensemble. Ce soir, nous passons la soirée en compagnie de trois dames qui marchent ensemble.


Samedi 6 mars : Aire sur Adour


H : Nuit horrible, première pour moi en dortoir. Les trois marcheuses ont fait un concerto en canon de ronflements. Laurienne a même mis ses bouchons d’oreille. Depuis que je marche seul, je suis plus attentif et je prends plus de plaisir sur le chemin. Arrivé au gîte, j’ai remarqué qu’il y avait une télé. Je vais casser les oreilles à Laurienne toute la soirée. Je constate que je suis très suivi sur mon blog. Je vous propose un deal : quand j’arrive à Saint Jean Pied de Port, s’il y a plus de 450 vues, je vous donne le secret de ma recette préférée. A vous la lecture.


Laurienne : aujourd’hui, nous avons quitté le Gers pour les Landes. Le soleil a décidé de ne pas nous suivre dans ce nouveau département, dommage ! A Aire sur Adour, nous dormons à l'hôtel Gîte de la Paix. C’est le plus vieil hôtel mais aussi le premier accueil pèlerin privé de la ville. Depuis les années 70, la déco n’a pas changé, dixit le propriétaire ! Il a un charme fou, il craque de partout car tout est en bois et l'escalier penche d’un côté …En prime, pour couronner le tout, il y a une télé. H. est au paradis des gîtes 😊.


Dimanche 7 mars : Pimbo

H : Une étape de 27km. Je commence à sentir la fatigue de ce gros mois de marche. Les 7 derniers kilomètres ? on les a faits avec Marie et Brigitte, les deux marcheuses qui m’ont empêché de dormir il y a deux jours. Arrivée chez Alain qui nous accueille ce soir, il a une maison magnifique. Laurienne et moi avons fait un billard. Avant de me coucher, Alain me montre sa salle des trophées, car c’est un ancien pilote de moto de haut niveau. Très bonne soirée. A demain.


Laurienne : A 10 km de Pimbo, j’ai rejoint H, puis nous avons rattrapé Marie et Brigitte, deux marcheuses rencontrées à Lanne-Soubiran. Nous avons fini l’étape avec elles, 27km qui ont eu l’air de les fatiguer. Elles ne sont pas toutes jeunes, H a été ému et impressionné par leur détermination et l’émotion qu’elles dégageaient une fois arrivées. Un beau moment de partage et d’entraide.


Lundi 8 mars : Larreule


H : Une journée qui commence avec de la pluie 🌧, pas tip top. Nous avons encore croisé nos amis marcheurs avec qui nous avons mangé, nous avons fini l'étape car nous dormons dans le même gite. Arrivé au gite, je m’aperçois que c’c'est une VRAIE ferme avec vaches, poules, oies, canards indien, chevaux, chien et chat. Avant de manger je suis parti voir la traite des vaches, c'était trop bien. Puis j’ai parlé avec un perroquet, il est très joueur.

Ah, j’oubliais de vous dire, il y avait aussi une chèvre naine et quand elle ne voit plus sa maîtresse elle se met à bêler. A la campagne on voit de ces trucs !!!!


Laurienne :

Mardi 9 mars : Maslacq


H : Ce matin le réveil est dur, je suis un peu fatigué. Le soleil ne sort plus, il est timide. J’ai marché 20 km avec Marie et Brigitte, avec qui nous sommes depuis quelques jours. Nous avons bien rigolé. Nous avons rencontré un marcheur qui faisait le chemin à l’envers. Marie qui est partie de Figeac m’a vraiment marqué, car elle est venue sur le chemin parce que son mari est décédé. Elle a 65 ans, elle ne lâche rien, elle traverse les côtes les larmes aux yeux. Elle finit les étapes et çà donne de l’énergie quand tu vois des personnes comme elle. Bien arrivés au gîte après 27 km , nous allons nous reposer. A demain.


Laurienne : Le froid est revenu en s'approchant des Pyrénées.Depuis hier nous sommes entrés dans les Pyrénées Atlantiques, le paysage a changé. Les forêts landaises et ses grandes lignes droitement laissé place au Piémont pyrénéen. Le chemin se fait plus sportif avec de belles montées et de belles descentes. En tant qu’ariégeoise, je me réjouis de retrouver ces montagnes que j'affectionne tant. Depuis quelques jours nous marchons avec Marie et Brigitte. Nous passons d’excellents moments en leur compagnie. Elles font énormément rire H. Avec leur bonne humeur. Pour info, l’Ariège est un département des Pyrénées, collé à la Principauté d’Andorre.

Mercredi 10 mars : Navarrenx


H : Une longue étape. J’ai marché toute la journée avec Marie et Brigitte. Il a fait chaud. Le temps passe lentement, mais nous avons bien rigolé. J’ai enfin vu les sommets enneigés des Pyrénées, c’est incroyable. Le dénivelé ne « déconne »pas. Marie me faisait rire car on aurait dit qu’elle faisait 1 pas en avant et 4 en arrière. Ce soir nous avons mangé local « axoa* » de veau, délicieux. Ce soir nous dormons au donation de Navarrenx accompagné de George qui est un loup solitaire.

*axoa, c’est un haché de viande de veau, avec poivrons vert et rouge, oignon, ail, piment d’Espelette, poivre, thym, sucre, eau.


Laurienne : Aujourd’hui, nous marchons dans le Piémont, ce qui signifie, dénivelé. La vue sur les sommets enneigés est magnifique et donne envie d’y monter. Le soleil est revenu et c'est agréable de ressentir sa douce chaleur sur les joues. A Navarrenx, Christine nous accueille au gite chrétien de la ville avec douceur, gentillesse et générosité. Elle nous a fait les courses pour que nous goûtions les produits du terroir local, elle est agréable. Lors de cette soirée, nous y rencontrons Georges, un homme très discret qui vit à moitié au gite et moitié dans la nature. H. Tente une nouvelle fois de me mettre un raclée au rami, encore raté !

Jeudi 11 mars : Aroue


H : Aujourd’hui, une journée qui commence bien, Florence, mon éducatrice référent est venue nous rejoindre sur la marche pour quelques jours. Arrivé au gite, l’hospitalier nous annonce la zone blanche. Pour bien me déstabiliser, il me parle de toilettes sèches. Ce soir, j’ai découvert un truc, si j’organise un blind test, j’invite Florence qui est incollable sur n’importe quel morceau des années 60 à nos jours. Bon finalement, j'étais pas branché mais on s’est bien marré.


Laurienne : Ce matin nous accueillons Florence et entamons cette journée, heureux de partager ces quelques jours de marche avec elle. Aujourd’hui, vol fait très lourd. Ce qui rend la marche un peu plus difficile, mais bon, mais nous préférons la chaleur à la pluie. Arrivés à Landaco, le gite de ce soir, nous retrouvons Marie et Brigitte. Nous sommes accueillis par Steve et Birgit dans une maison écologique et aux légumes cultivés en permaculture. Nous passons une excellente soirée à rire et raconter des anecdotes bien marrantes. Joli moment de partage et simplicité. Merci à nos hôtes.

Vendredi 12 mars : Ostobat


H : Une étape de 18 kms. Aujourd’hui, beaucoup d’averses, vraiment désagréable. Florence a fini l’étape sur les mains car elle avait 3 ampoules sur le pied droit et 1 sur le gauche. Au gite, l’hospitalier m’a proposé de sortir les vaches et le taureau. Du coup on est parti les chercher en tracteur, puis faire la traite des brebis. Florence est venue me rejoindre. Pour une « parigo », elle a assuré ! Gaxuxa a reçu un appel pour nous prévenir qu’un veau était en train de naitre. C’était magique. Nous avons vu le veau sortir. Ils ont appelé le veau Hedi, très beau prénom je trouve.

PS: Florence est mieux en éducatrice qu’en marche.

Laurienne : Journée riche en émotion, nous débutons notre étape avec la pluie. Comme dit Hedi «une averse toutes les dix minutes, super! ». malgré la météo nous faisons une belle étape même si les pieds de Florence lui font des misères, elle garde le moral et le sourire. Bravo car le chemin n’est pas facile quand on commence sur le Piémont, les montées et les descentes sont rudes.

Ce soir, la ferme Arlania nous accueille avec une très grande générosité. C’est une famille typiquement basque qui ne parle pas français entre eux. Nous avons eu la chance de vivre une riche soirée. Traite des brebis, naissance en direct d’un veau, Hedi a fait un tour de tracteur et a fait la connaissance de Cookie, le taureau de la ferme.

Merci à cette jolie famille qui nous a fait partager et découvrir sa magnifique culture basque. Merci à Gaxuxa, Paul, Laurencia, Tote et Kaiet et Maddi.


Samedi 13 mars : Saint Jean Pied de Port


H : ce matin je me réveille de bonne humeur car aujourd’hui on finit le GR 65. Nous avons gouté quelques pâtisseries basques. Enfin arrivés à St Jean Pied de Port, très fiers de nous. Pour fêter cela c’est soirée PIZZA. Je me suis fait un beau cadeau en faisant ce beau chemin et je l’ai fini avec des personnes vraiment géniales. A demain.


Laurienne : ce matin nous démarrons cette étape dans la bonne humeur et avec légèreté. La famille Etchelet nous a rempli de joie et d’énergie pour arriver à St Jean Pied de Port, ultime étape du GR 65 côté français. Cet après-midi Hedi donnait l’impression de voler en marchant. Il émanait de lui la satisfaction d’un objectif atteint. Nous sommes heureux d’être là au milieu de cette nature qui aujourd’hui est généreuse, les animaux nous offrent un beau spectacle et le paysage est vraiment magnifique.

Dimanche 14 mars : repos à St Jean Pied de Port


H et Laurienne


Dimanche 14 mars : repos à St Jean Pied de Port


H : Un repos bien mérité. Shopping avec Florence, elle a acheté une carte très atypique, elle regrette de l’avoir achetée. Farce aux collègues qui vont la recevoir. A part ça, une très bonne journée remplie de fous rires. J’ai passé 3 jours incroyables entre rires, satisfaction de soi. J’ai passé une soirée tellement marrante. Et je remercie Florence d’d'être venue me rejoindre car elle n’y était pas obligée. C’est cool d'd'avoir des personnes qui croient en moi et me font confiance. Merci à Laurienne qui m'accompagne et qui m’a toujours fait confiance.

AhAhAh moment nostalgique. A demain.


Florence : Merci à H. et Laurienne de m’avoir accueillie dans « les coulisses du blog ». Une équipe formidable. Je ne vais pas mentir, mais mes pieds ont un peu souffert, mais j’ai passé de très belles journées. Beaucoup de rires, vraiment, et des rencontres uniques et même surprenantes.

Je garde un souvenir tout particulier de l'accueil chaleureux chez Gaxuxa, Paul, Laurence et Tote et toutes les expériences extraordinaires que nous avons eu dans leur ferme.

Je me répète mais merci encore à H. et Laurienne. Je leur souhaite que ces dernières semaines de marche qui vont les amener au-delà des 1000 km continuent à se passer de manière joyeuse et déterminée.

PS : J’attends avec une très grande impatience que H. nous partage sa recette préférée !


Lundi 15 mars : Saint-Palais


H : Ce matin dernier petit déjeuner avec Florence. J’ai passé 4 derniers jours incroyables, entre l'arrivée de Florence et l'arrivée à St Jean Pied de Port. Aujourd’hui, 12 km. Beaux paysages, beaucoup de dénivelés, mais bon nous sommes rodés. Pour finir ces derniers jours de marche, nous refaisons le GR 65 pour revoir les hospitaliers et leur raconter comment s’est passé la fin du périple. Arrivés à St Palais, on en a profité pour faire une sieste, ça faisait longtemps ! A demain.


Laurienne : Après réflexion, H. et moi, avons décidé de faire demi-tour et de remonter le GR 65 à l’envers. Pour varier les plaisirs, nous avons pris une variante aujourd’hui. Celle-ci nous a mené à St Palais, petite ville très jolie où on ressent l'hospitalité basque. Tout le monde se connaît, que ce soit à la poste ou au supermarché, ils s'appellent tous par leurs prénoms. Je trouve ça génial !!! En revanche, la pluie a décidé de nous accompagner et j’ai bien peur que ça dure. Mais bon, encore dans l'euphorie de ces derniers jours, la météo ne nous fait pas peur et n’entame pas notre motivation.


Mardi 16 mars : Aroue

H : Pour cette journée, Laurienne a enfin bu du vrai café que maître Ludo, alchimiste du café aurait préparé. Aujourd’hui, le décor a été magnifique. Beaucoup de côtes, on voit que Laurienne prend de l’âge. Ah Ah Ah, non, je rigole.

On a marché tellement vite qu’on a dû prendre notre temps pour arriver au gîte.


Laurienne : Le détour à Saint-Palais nous a permis de découvrir cette agréable petite ville. Ludo, l’accueillant étant torréfacteur, son gîte sentait l’odeur du grain de café fraîchement moulu. Avec son épouse Isabelle, ils nous ont fait passer un chaleureux moment. J’ai appris avec plaisir les différentes techniques pour passer le café en fonction des arômes que l’on veut révéler, passionnant.

La variante du GR est vraiment jolie, il y a moins de petites routes donc moins d’asphalte.

En quelques jours, la nature a changé, il y a beaucoup de couleurs dans les champs et les arbres eux aussi commencent à bourgeonner et revêtir les couleurs du printemps. Ce soir, nous sommes retournés à Landaco chez Birgit et Steeve. Nous avons, une nouvelle fois, bien mangé et bien rigolé. Merci


Mercredi 17 mars : Navarrenx


H : Une belle journée qui commence avec un gros soleil. On revient sur nos pas et ce qui est bien c’est qu’on voit un nouveau paysage. Arrivés à Navarrenx, nous sommes accueillis par Véro. Véro me sort plein de stylos, peinture pour décorer mes coquilles. Ce soir, c’est végétarien et bio. La totale quoi ahaha !. Malgré tout ça, c’était excellent vraiment.

Aujourd’hui, j’ai réalisé que Laurienne « tourne » au café, c’est incroyable, matin, midi, café. Je comprends mieux pourquoi « elle a la pêche » même après avoir parcouru 28 km.


Laurienne : Au risque de me répéter, c’est un régal de voir le printemps s’installer. Les couleurs qui apparaissent, les odeurs qui accompagnent notre chemin.

Ce soir à Navarrenx, on change de gîte pour aller à la rencontre de Véro (en chemin vers soi). Son calme et sa gentillesse font du bien. Pour le repas, elle nous a préparé un gratin de légumes à la polenta de maïs et une délicieuse soupe à l’ortie. Enfin des aliments que mon estomac connaît bien car il est mis à rude épreuve depuis plus d’un mois. Ce n’est pas facile de se faire correctement à manger quand on fait une marche. D’ailleurs, H se moque bien de moi et de mes salades quinoa ou autres trucs « chelou » comme il aime le dire.


Jeudi 18 mars : Maslacq


H : Ce matin je me réveille et je vois que Laurienne est au top de sa forme, normal, elle a fini la cafetière, sacré Laurienne. Aujourd'hui belle étape, de belles côtes. Arrivés au gîte, un bel accueil, l’hospitalière est contente de nous revoir. Ce soir, elle nous prépare du magret de canard et un gratin dauphinois et pour finir une ile flottante. Et là, le pompon sur la cerise, Castex annonce un confinement sur l’Ile de France comme par hasard. Force au parigo, je déménage dans l’Ariège pour rejoindre Laurienne!


Laurienne : Bien reposée après cette soirée calme et créative. Merci Véro pour ton gîte aussi accueillant que douillet et à ta gentillesse. Nous débutons cette journée guillerets de cette rencontre. Finalement refaire le GR à l’envers nous permet quand même de vivre quelques expériences, j’en suis heureuse. La pluie est annoncée depuis plusieurs jours, nous avons de la chance et pour l'instant nous passons entre les gouttes. Aujourd'hui l’étape n’est pas longue mais très sportive. S’éloigner des Pyrénées c’est comme s’en approcher, çà demande des jambes! Ce soir pour le repas, c’est découverte culinaire pour H. Elisabeth, l’hospitalière qui nous connait déjà nous a préparé un bon confit de canard de sa propre ferme, H se régale et moi aussi, j’avoue!


Vendredi 19 mars : Larreule


H : 27 km sous la pluie, vraiment pas top. Il faisait vraiment froid et pour nous réconforter, nous nous sommes arrêtés dans une boulangerie pour prendre un chocolat chaud et quelques viennoiseries. A votre avis, Laurienne a pris quoi? Bah! Du CAFE pour pas changer. Laurienne a examiné la carte pour nous amener à destination tout en découvrant un nouveau chemin et de nouveaux paysages. Çà nous change. Arrivés au gîte, nous retrouvons Salomé la chèvre naine et Rick le perroquet. Avant de manger, Pierre le fils de l’hospitalière, me propose un match de ping-pong, il est très bon, mais malheureusement il a eu le droit à sa raclée. A demain


Laurienne : Un peu difficile de démarrer ce matin, il pleut beaucoup et il fait froid. L’idée de prendre un taxi nous traverse la tête, mais non, on a dit 1000 km à 🦶, nous voilà donc partis pour 27 km sous nos capes. D’ailleurs j’aime surnommer H « Franklin » dans ces moments-là, car avec le sac + la cape, on ressemble à des tortues qui avancent tranquillement! Arrivés au gîte, les pieds et les chaussures remplis d’eau. Nous retrouvons Patricia et son arche de Noé. Ce soir on a décidé de se payer la demi-pension car on le mérite bien et franchement on ne le regrette pas car c’est un régal. Produits frais, faits maison, et viande de la ferme, que demander de plus. En revanche, nous sommes repartis pour des soirées en duo, du coup H tente une nouvelle fois de me mettre une raclée au rami, raté!


Samedi 20 mars : Pimbo


H : aujourd'hui un vent glacial, mais bon il y a eu du soleil on va pas se plaindre. Beaucoup de dénivelé, c’était physique. après l’étape je soupçonne Laurienne de pouvoir faire 30 km de plus. Je crois qu’elle connait Panoramix. Ce soir, c’est soirée rugby, France - Pays de Galles, c’est le tournoi des 6 nations. Moi-même je suis surpris d’aimer le rugby. En fin de compte la marche m’aura appris jusqu’à la fin😀.


Laurienne : au réveil, surprise le soleil est au rendez-vous. aujourd'hui le froid nous fait aimer les montées. C’est la seule solution pour se réchauffer un peu sur cette étape, il n’y a pas d’abris et rien pour se protéger du vent. Le Béarn c’est beau mais en cas de mauvais temps le marcheur serre les dents! Ce soir on innove pour l’hébergement, Alain et sa superbe maison n’étant pas disponibles nous sommes accueillis à la ferme Nordland. Les hospitaliers élèvent des canards. Nous dormons dans une petite maison, rien que pour nous, au milieu des collines. Le panorama depuis la terrasse est magnifique et la vue sur la montée de demain aussi! Soirée rugby à la télé, France - Pays de Galles. Avec H on imagine Gaxuxa vraie fan de rugby devant son écran à soutenir l’’équipe de France. Grosse pensée pour elle et sa jolie famille.


H et Laurienne


Dimanche 21 mars : Aire sur Adour


H: Aujourd’hui une étape de 27 km. La journée commence avec Laurienne qui charrie des chasseurs, ahaha je pense qu’elle a oublié qu’ils avaient des fusils à la main.

On passe devant une boulangerie devinez ce que Laurienne me propose…Boire un café pour ne pas changer. Du coup, on rentre dans la boulangerie, on est accueilli par Simone qui nous offre deux croissants. On commence a taper la discute, elle est très heureuse de nous voir, une femme géniale. Après ça, on croise une marcheuse, une parigo du coup, on déjeune avec elle et on reprend le chemin.

Comme on a déjà fait le chemin, Laurienne propose d’en prendre un autre le long d’un champ, mais au bout du chemin qu'est ce qui se passe? Une forêt de ronces, du coup on fait demi-tour.

Ce soir, je me fais un petit kebab ça fait longtemps.

Là je pars me coucher, l’idée de faire 28 km demain me donne l’envie de fuguer mais bon… Mon sac est trop lourd ahahah. A demain.


Laurienne : Pour rompre avec la monotonie des longues lignes droites des Landes, que nous connaissons déjà. J’ai proposé à H de tester un passage entre un champ de maïs et en bois. Ce n’est pas un franc succès car à environ 5 mètres de récupérer le GR, nous voilà bloqués par un tas de ronces. Un peu têtue, j’ai tenté le passage en force mais contre des ronces, en général, nous sommes perdant !

H un peu ahuri m’a souri et m’a dit “t’es une ouf”! Finalement, nous avons fait demi-tour et pris le chemin classique.

A Aire sur l’Adour, nous retournons en gîte/hôtel de la Paix. Je suis enchantée d’y dormir à nouveau, je ne savais pas expliquer pourquoi mais je m’y sens bien à l’aise.


Lundi 22 mars : Lanne-Soubiran

H : Aujourd’hui 20 km pour rejoindre Lanne-Soubiran. On a eu le droit à des grandes lignes droite d’une heure, il faisait très lourd. Le sol me donnait la sensation de marcher sur du sable mouvant. Depuis le départ de mes copines de 65 ans, je me sens abandonné et seul mais bon je garde le mental comme un vrai de vrai.

Ce soir raviole aux épinards, bon sang de bonsoir, j’aime ça.


Laurienne: Aujourd’hui l’étape qui ne faisait que 20 km m’a paru longue. Les grandes lignes droites que nous traversons ces derniers jours paraissent interminables et le soleil, qui tape fort, accentue cette sensation.

L’effort est, tout de même, récompensé par le charme du gîte et la beauté du lieu. Christian, l’hospitalier, possède un domaine où il a réhabilité des petites maisons typiquement gersoises. Ce sont des maisonnettes en colombes transformées en plusieurs petits dortoirs.

Ce soir, nous mangeons avec notre hôte et un ouvrier qui loge ici la semaine. C’est agréable de discuter et de partager notre repas avec des gens.


Mardi 23 Mars : Eauze

H : Aujourd’hui, grosse étape de 28 km. Un beau soleil qui nous accompagne. Je n’arrive pas à l’expliquer mais le paysage me paraît plus agréable et joli à regarder dans ce sens, que dans l’autre. Très étonnant, on a croisé plus de marcheurs en un jour qu’en un mois, six au total en une heure. Ma théorie, c’est que les parigots se sont enfuis sur le chemin du Puy. AHAHAH.

Ce soir on est à l’accueil Bethanie, une famille remplie d’énergie, beaucoup beaucoup d’énergie !

À demain la famille !

Laurienne : Aujourd’hui, nous avons marché 28 km avec un beau ciel bleu et un agréable soleil. Nous peaufinons donc notre brossage, le hic c’est qu’il n’y a que le visage et les mains de bronzés ! Mais bon, on prend quand même ! La fin de la marche arrive à grands pas (sans jeu de mots, bien sûr !) Le corps se relâche et la fatigue nous gagne peu à peu. La motivation, elle, est encore et toujours là car il nous reste un dernier challenge, c’est de dépasser les 100 km à pied… ce soir, nous retrouvons notre petite famille de l’accueil Béthanie à Eauze, qui ne va pas manquer de nous faire sourire avec son dynamisme.

Mercredi 24 Mars : Montréal sur Gers

H : Aujourd’hui, c’est un grand jour car, en sortant de la ville d’Eauze, nous passons le cap des 1000 km, c’est magique ! Je crois que je vais finir grillé comme une merguez tellement il y a du soleil. Sur la route, on a croisé un marcheur qui s’appelle Denis, il a insisté pour prendre un selfie avec nous, je pense qu’il m’a reconnu… Il était vraiment sympa. Arrivée à Montréal du Gers, l’hospitalier n’était pas encore là, donc on a bu un coup sur la place et en même temps on a continué notre bronzette.

Laurienne : Quelle fierté, aujourd’hui, dans les yeux et sur le visage de H. 1000 km à pied ce n’est pas rien de les parcourir à 17 ans, bravo à toi ! Cette étape est passée comme une lettre à la poste, tout heureux de notre exploit physique et mental. Au gîte Napoléon de Montréal sur Gers, nous avons découvert pourquoi ce nom. Maria, l’hôte de ce soir, nous a appris qu’il y avait de vieilles peintures sur les murs de Napoléon Ier et que celles-ci étaient classées aux monuments historiques. Décidément, devant notre périple nous avons dormi dans de nombreux lieux chargés d’histoire. C’est toujours un peu magique de se dire que des centaines voire plus de gens sont passés où l’on se trouve et que des centaines passeront après nous sur un temps infini…


Jeudi 25 Mars : Condom

H : Aujourd’hui une étape courte, je commence un peu à être fatigué. On a croisé huit marcheurs, le chemin commence à se réveiller petit à petit. Ce soir on loge chez Philippe de Caminoloc, c’est devenu la maison. Cet après-midi j’ai filé un coup de main à la boutique, à décharger les cartons car ils ont reçu pas mal de chaussures de marche pour tout type. On finit sur un repas copieux. Bientôt le retour à Rennes, très fier de ma marche elle m’a permis d’éclaircir les choses pour mon avenir. À demain.

Laurienne : Le matin, H. démarre comme une flèche, il ne marche pas, il court. Il est pressé d’arriver à Condom et de revoir Philippe. À peine arrivé et juste après la douche, H. part au magasin Caminoloc. Ils ont reçu une grosse commande, trop content, il part aider à ranger. Je ne sais pas si je vais pas le laisser ici faire un stage ou carrément la saison avec Philippe et Serge. La fin de journée se déroule dans la joie des retrouvailles et la bonne humeur. H.est heureux et ça se voit.


Vendredi 26 Mars : La Romieu

H : Je me réveille de bonne humeur aujourd’hui. Un beau soleil qui nous accompagne, je prends le temps d’observer les paysages, qui sont magnifiques d’ailleurs. On a fait une pause au donativo de l’Ancre où on y a rencontré Xavier et Elisabeth des hospitaliers super sympa. Arrivé à La Romieu, on s’installe dans le gîte, on fait les courses pour ce soir. Ce soir on est trois comme il y a Martine , une marcheuse qui est dans le même gîte que nous. Pour ce dernier repas en gîte, on se fait plaisir, magret de canard accompagné de patates sautées, un régal ! ! !

Demain, dernier jour de marche, un peu d’émotion même si au début c’est difficile on n’y prend vite goût. On a rencontré des gens incroyables, mais bon je vous explique ça pour mon dernier écrit.

À demain ! ! !

Laurienne : Ce matin nous nous sommes allégés de plusieurs kilos dans le sac. Comme nous retournons à Condom pour notre dernière nuit, Philippe nous garde les affaires. Nous ressentons de la légèreté sur le dos et dans les jambes. L’étape se fait facilement et nous pouvons profiter de celle-ci, qui est très belle, des paysages et de la nature sans aucune douleur. Un vrai bonheur ! Arrivés à La Romieu, nous retrouvons le gîte de Laurent, on est comme à la maison et c’est agréable. Pour fêter cette dernière nuit d’itinérance, nous nous préparons la spécialité du coin ! Magret de canard aux pommes de terre sautées… Un festin ! Aujourd’hui, H. a enfin réussi à me mettre la raclée, tant attendu au Rami, fallait bien que ça arrive un jour !

H et Laurienne


Samedi 27 Mars : Condom


H : Ce matin, on se réveille assez tôt car c’est notre dernier jour de marche, et on a voulu se prendre l’après-midi pour se reposer. Une fois arrivée à Lectoure, on passe acheter des sandwiches et se poser sur une petite place, en attendant Laurent pour qu’il nous ramène chez Philippe à Condom, passer la dernière nuit. Arrivé chez Philippe, il est content de nous revoir, toute l’aprèm je me suis reposé et j’ai écouté de la musique. Ce soir on est en compagnie de Philippe et Laurent on mange ensemble, Philippe pour la première fois de sa vie va préparer des lasagnes. J’avoue que c’était succulent. Pour mon dernier soir, c’était parfait, vraiment. Merci à Laurent, Philippe, Serge qui nous ont accueilli avec cette bonne humeur, qui ont toujours été là quand on n’en a eu besoin. Ça me fait bizarre de me dire que la marche s’arrête, mais bon il est temps de construire mon avenir, ça sert à ça Seuil non ?

Laurienne : Réveil matinal et départ tôt pour cette ultime étape. Le soleil est au rendez-vous pour nous accompagner jusqu’à Lectoure, clap de fin de notre aventure 1054 km exactement. À l’arrivée nous prenons une photo souvenir depuis les remparts du château. La vue à 360° sur la campagne gersoise est incroyable. Point de vue magique pour un moment magique rempli d’émotions et de fierté. H. est réellement heureux de sa marche, de son exploit. Les rencontres ont été riches, il a su s’en saisir pour profiter à fond de ce projet hors norme qu’est la marche au long cours. Bravo à lui ! Ce soir, nous passons notre dernière soirée avec Philippe et Laurent à Condom. Deux gars super, généreux et passionnés par l’accueil de marcheurs. Nous sommes ravis de partager avec eux ces derniers moments sur le chemin avant notre retour demain à Rennes. Merci à tous les hébergeurs du chemin pour leur accueil chaleureux. Et merci à tous nos fidèles lecteurs !


Conclusion H

Comme promis voici la recette, il vous faut :


–une cuillère à soupe de volonté

–une pincée d’encouragement de Paul

–une goutte d’imagination d’Anthony

–une rasade de bienveillance de Clémence

–une petite cuillère de bonne humeur de Florence

–Une louche d’ambition de Romain

–Un verre de la détermination de Marie et Brigitte

–Plusieurs grains du sourire des hébergeurs

–Faire mijoter avec le mental de Laurienne

–Mélangez le tout avec mon énergie.


Faites tout cuire sur le chemin pendant deux mois 😊 … Voici ma recette préférée pour une marche parfaite et réussie.


Bref, Marche et Invente ta vie…


28 mars au 1er avril : St Germain sur Ille

H : Pour les derniers jours qui nous restent, Paul a pris le soin de nous prendre un gîte magnifique avec piscine, télé etc…Du coup, les hospitaliers m’ont proposé d’aller voir leurs poneys. J’ai brossé les poneys, j’ai aussi ramassé leur crottin qui fait un kilo à le porter, mais bon avec la marche, j’ai pris des bras ah ah ah !

Ce soir, je reçois des invités de marque vraiment, Paul, Anthony et Clémence qui viennent manger au gîte avec nous.

Alors Laurienne et moi, nous leur avons concocté trois pizzas, une au saumon, une végétarienne, et en bonus je leur ai fait ma « spéciale ». Ils ont validé le repas. J’ai passé une très bonne fin de soirée. Paul nous a ramené le dessert et il ne s’est pas moqué de nous, des petites pâtisseries « wouaw ! » vraiment.

Cela m’a fait plaisir qu’ils viennent passer la soirée avec nous.


H et Laurienne


5 vues

Posts récents

Voir tout

Marche de Ethxxx accompagné par Romain Vendredi 18 novembre : E : Premier jour de marche de l’escapade. Le matin, on a fait 7h de train, sans compter le réveil piquant très matinal. Bref on sort de la

Marche de Kylxxx accompagné par Stéphane Jeudi 10 et Vendredi 11 novembre : Gîte St Germain sur Ille K : Je me suis levé à 9h. J’ai mangé une omelette et après nous sommes partis marcher. On a marché

Seconde marche de Pacxxx accompagné par Eric Mardi 25 octobre : Le Puy en Velay P : Premier jour de la deuxième marche. On a fait le tour de France en train, puis on est arrivés au Puy-en-Velay. On a