top of page

Marche de Evaxxx

Dernière mise à jour : il y a 5 jours

Marche de Evaxxx accompagné par Laurienne

 

Mercredi 17 et jeudi 18 avril : stage de préparation

 

E : Bonjour, je m’appelle E. J’ai 15 ans. Je viens de Bondy dans le 93 (ville natale de MBappé). Aujourd’hui, on est le 18 avril. Il est 15h52, je suis dans le TGV pour aller à Turin, là où la marche va commencer. Ah oui, j'allais oublier de vous raconter mon stage d’avant marche : tout d’abord il y a eu la rencontre entre mon père, Laurienne, Anthony et moi, puis il y a eu l’achat de l’équipement et enfin l'essai du sac en situation réelle. (j’ai marché 5 km etc… ) et puis je suis parti faire un maxi saut dans la piscine qui est dans le jardin de la maison.

 

Laurienne : Bonjour, je m’appelle Laurienne. C’est moi qui vais accompagner E dans son aventure folle de marcher pendant 90 jours. Habituée de Seuil, de son projet, je retrouve avec plaisir l’équipe éducative pour une nouvelle fois, accompagner un jeune et lui permettre, durant quelques mois, de se retrouver, de rencontrer et de vivre une expérience hors normes. Pour cela, nous partons ensemble découvrir l’Italie.

 

Vendredi 19 avril

 

E : Wesh bien ou quoi, non j’rigole, Buongiorno. Vous allez bien ? Moi je surkiffe ma vie en Italie, Turin c’est une ville majestueuse, c’est une singerie. Je suis tombé amoureux de cette ville Wow !!! En plus, il y a plein de voitures de toutes marques et moi je suis au paradis et aussi plein de motos de toutes marques aussi, donc je suis au paradis, le paradis de l’automobile carrément. Je vous en parle, mais en même temps, j’ai les yeux qui pétillent.

 

Laurienne : Premier jour en Italie, arrivés tard hier soir, nous avons aujourd’hui pris le temps de découvrir Turin et fait nos premiers “pas” en Italie où tout est pour moi une vraie découverte. J’ai donc eu l’occasion d’expérimenter la langue et conclusion : “je ne comprends rien”, mais fort heureusement les italiens sont accueillants. Sourire aux lèvres, ils restent compréhensifs et font avec mes indéniables lacunes. Ce début de marche s’annonce déjà épique et plein d’imprévus.

 

Samedi 20 avril : Castiglione Torinese

 

E : Premier jour de marche. Wesh Tranquille ou quoi, non j’rigole. Vous allez bien ? Pas trop malade, parce que mon père m’a dit qu’en France, il fait moche. Bref ! Aujourd’hui, j’ai fait ma première journée de marche et franchement c’était pas mal. J’ai kiffé, ça m’a fait du bien et ça je trouve que c’est le plus important. On a fait 16 km, trois vraies pauses et quelques pauses parce que j’étais fatigué et aussi j’ai fait 30 mn de marche en silence.

A suivre…. Car le voyage continue

 

Laurienne : Andiamo !

Sac sur le dos, chaussures aux pieds sans oublier un adolescent, un peu fébrile, pour compagnon de route. Me voilà donc repartie, sur les chemins pour mon 8, 9, 10,11ème accompagnement, même moi des fois je m’y perds. Cette fois-ci, c’est un chemin inédit, la Via Francigena. Depuis Turin, nous allons suivre cette voie, longer les Alpes pour dans un premier temps, rallier Rome.

Nous traverserons les régions piémontaises, Emilia-Romagna, Liguria, la fameuse Toscana et enfin Lazia. Premier grand objectif : Roma !

 

Dimanche 21 avril : Chivasso (14 km)

 

E : Bon, je n’ai pas votre temps, donc je ne vais pas parler chinois bref.

Aujourd’hui, j’ai fait 15 km avec Laurienne, on s’est posés 1h et j'ai jeté et fait des ricochets avec des cailloux pendant les une heure en question. (tout ça au bord de l’eau, ça donnait envie de se baigner). Après être arrivés en ville, Laurienne est partie voir pour l’appartement dans lequel je suis actuellement, moi je suis parti dans un parc, je me suis assis durant 30 mn et à un moment, je ne sais pas pourquoi, mais je me suis pris pour Indiana Jones et je me suis mis à tailler un bout de bois comme une lance pour pêcher et on a marché. Mais bon good night

 

Laurienne : Ce matin, les mains dans les poches, comme d’habitude, le sac sur le dos longeant un canal sur une petite route de campagne, je profite du paysage et des sommets des Alpes encore enneigés. Et là, patatra, un trou, ma cheville lâche, je me retrouve étalée par terre. E me regarde les yeux écarquillés et plein de compassion. Une voiture s’arrête avec à son bord une mère et sa fille pour voir si tout va bien, je vois dans le regard de la jeune fille qu’elle a mal pour moi…. Bon, on se rassure, à part une écorchure au coude gauche et au genou droit, rien de grave.

Conclusion, bailler aux corneilles c’est bien joli, mais restons vigilants !


Lundi 22 avril : Lamporo

 

E :  Bon ce soir, j’ai trop mangé, j’ai beaucoup marché, donc je suis fatigué, du coup ça va être très rapide.

Aujourd’hui, on a marché 20 km sous la pluie. C’était très dur, un monsieur qui voulait absolument nous payer à manger et nous emmener à Lamporo en voiture.

New Info : E a perdu Jackie (Jackie est la chaussette-chausson d’E porte-bonheur qui est aussi le personnage principal de cette histoire) ... Je ne les ai pas retrouvées. Je voulais pleurer.

 

Laurienne : La pluie. Je pourrais faire un poème sur ce thème. 20 km sous la pluie pour un troisième jour de marche. C'est un début peu engageant. L’humidité qui s'installe, les gouttes d’eau qui s’infiltrent plus les kilomètres passent et a fatigue morale qui s’installe tout doucement pour finir par envahir mes pensées. Et puis, il y a toujours un oasis, un événement, une rencontre qui nous réchauffent et nous sèchent non pas le corps ou les habits, mais la tête.

Aujourd’hui, deux moments sont réconfortants, c’est le petit café de la Saluggia où son barman et son habitué nous sourient, nous félicitent, s'intéressent à nous et puis il y a l’arrivée à l’ostello (auberge) où Pierrot au grand coeur nous accueille et nous chouchoute pour une soirée douce et réchauffante.

 

Mardi 23 avril :  Ronsecco (17 km)

 

E : Ce matin, il y avait de la pluie et puis cet après-midi, il y a eu du beau temps. Longtemps après, on est arrivés dans le gymnase. J’ai fait une sieste de 1h30 et quand je me suis réveillé, il pleuvait des cordes. Je n’aurais pas aimé être dehors à ce moment-là. Du coup, je ne vous ai pas dit, mais nous dormons dans un gymnase d’école et dans celui-ci, il y a une cucina des cantines. Non, mais franchement, en V2V j’aime bien le délire un camping et tout ce n’est vraiment pas désagréable. Enfin bref, bisous et bonne nuit les bambinis Buonanotte

 

Laurienne : A gauche, une splendide vue sur le massif alpin fraîchement recouvert d’une couche de neige, à droite, une usine thermoélectrique qui ressemble à s’y méprendre à une centrale nucléaire. Rajoutons de longues, très longues lignes droites, cela donne une étape sans intérêt mais heureusement le soleil est revenu et nous donne la chance d'observer le vol des oiseaux, des lapins et même des ragondins. Oui,oui, le marcheur, finalement, se contente de peu.

 

Mercredi 24 avril :  Vercelli (17 km)

 

E : Bonsoir. Nous sommes sur le plateau TV d’Italia Info, nous vous passons notre envoyée spéciale : Laurienne avec E. Oui totalement ;  M. Arsène Lupin (présentateur TV). 

Je suis avec E, l'homme aux plus belles rencontres et il va nous expliquer sa journée avec ses rencontres.

Bonjour. Je suis bien E et aujourd'hui j’ai rencontré deux femmes incroyables. Elles étaient très sympathiques. Je les ai beaucoup aimées et je pense qu’elles aussi. Il y avait une des deux qui était ma mamie préférée. Elle avait 85 ans et elle s'appelait Maria. Elles vont me manquer ces mamies et j’ai rencontré le directeur de l’école italienne Eprico. On a beaucoup parlé. Je lui ai parlé de mon projet de marche avec Seuil et mon projet pro. Je pense qu’il a adhéré. C’est tout pour aujourd'hui.

Je vous repasse l’antenne.

C’était Italia Info pour le JT de 22h Bonsoir.

 

Laurienne : Beaucoup, beaucoup trop de route, des voitures, du bruit, rien de bien réjouissant, mais apparaît au loin un étang. Nous trouvons un accès, nous nous y glissons et ni une ni deux, nous voilà au bord de l’eau au calme pour une pause farniente ! Les pieds dans l’eau, mon compagnon de route est ravi, il y a des cailloux pour faire des ricochets. Moi, après le pique-nique, je prends l’option d’une petite sieste car dormir à même le sol dans une salle polyvalente ne m’a pas fait passer la meilleure nuit de ma vie !

 

Jeudi 25 avril :

 

E : Bonsoir. Flash Info : L’homme aux plus belles rencontres a réalisé son plus grand rêve de son histoire. Il est actuellement sur le plateau en direct avec nous.

Bonsoir E.

Bonsoir Arsène Lupin.

Aujourd’hui, j’ai réalisé mon plus grand rêve chez Porsche. Et mon plus grand rêve, mon plus grand fantasme chez Porsche était de monter dans une Porsche 911 Targa et de monter dans une Porsche 311 turbo. Après 1, 2, 3 photos, le propriétaire m’a proposé d’aller faire un tour. Au début, je ne voulais pas y croire. J’étais aux anges. Je me tourne, je regarde Laurienne, je lui demande si je peux, et elle me dit ”ouï”. Je voulais pleurer. Je suis monté dans la voiture. On a fait un aller-retour de 1,5 km environ. A l’aller, on est monté à 120 km/h et au retour, on est monté à 140 km/h. Quand je suis descendu de la voiture, j’étais bouleversé de joie et ému par cette grande aventure automobile. Et c’est tout pour aujourd’hui. C’était Italia.Info pour le JT de 20h, bonsoir.

 

Laurienne : Aujourd’hui, je n’ai pas d’inspiration, je vous laisse donc uniquement lire le blog de E qui résume très bien cette belle journée et sa richesse émotionnelle.

Merci Enrico pour ces quelques kilomètres partagés, pour ta gentillesse et ta patience. Bon chemin à toi.


Vendredi 26 avril : Mortara (10 km)

 

E : Bonsoir. Nous sommes sur le plateau TV Italia.Info.

Bonsoir, en direct de l'abbaye de Saint Albin ; E. le roi des rencontres va vous parler de sa journée ;

A vous E, nous vous donnons la parole :

Courte étape faite en 2h. On a rencontré une famille italienne avec 2 bambinis de 10 et 5 ans. D’un coup, je me suis senti vieux. J’ai joué au Uno avec eux et c’était vraiment sympa. J’ai réussi à discuter avec eux en mélangeant le français, l’italien et l’anglais. Journée complète. C’est tout pour aujourd’hui. Je vous repasse l’antenne.

C’était Italia Info pour le JT de 20 h.

 

Laurienne : Aujourd’hui, nous faisons halte à Montara, petite ville de Lombardie où nous dormirons dans l’abbaye Sant'Albino fondée au V°s. Pour l’anecdote, elle a été construite exactement là où Charlemagne a vaincu les lombards en 774. C’est toujours un peu fascinant de se dire que nous passons la nuit dans un endroit où des événements de l’histoire s’y sont déroulés. Il y a comme une énergie, une vibration qui s’en dégage, un petit quelque chose d’inexplicable. Cette abbaye encore présente à notre époque témoigne à elle seule de ce passé marqué par l’histoire.

 

Samedi 27 avril : Garlasco

 

E : Bonjour c’est la Gazetta Italiana qui vous présente un article intitulé WESH-WES

Wesh tranquille bien ou koi ca fou quoi moi j’suis la hyn. J’ai torpin bien mangé. J’me suis tué au gato c’matin mais de fou, nan en vrai 2 vrai c’était pas mal, mais bref, on va parler du p’tit de 10 ans son blaze c’est Dario il kiffe Kylian Mbappé et vu que ses parents habitent Bondy et donc vu que je suis un bon, je lui ai promis que quand il vient dans le 93 en France, je l’amène voir les parents.de Kiki. J’ai marché 21 km. C’est une dinguerie comment j’avais vla pas mal au pied. Bref, j’vous ai dit ma journée en bien donc c carré en bien aller BN8 (bonne nuit)

 

Laurienne : Bon, ça y est, nous y sommes, les rencontres riches en émotions, les accueils chaleureux, les partages et les marcheurs atypiques.

Aujourd’hui, c’est E, en gars adorable, un québécois mais surtout un ovni.

Quand il parle, il n’articule pas, du coup moi je ne comprends rien et en prime il commente tout ce qu’il voit. Il nous a dit qu’il allait jusqu’à Rome, ça tombe bien (ou pas), nous aussi. Je le redis, il est adorable mais comme il ne parle pas un pet italien, ni aucune autre langue d’ailleurs, bon devinez qui lui rend service… Évidemment, c’est moi. Mais bon, comme le dit tout bon marcheur, c’est le Chemin !!

 

Dimanche 28 avril : Pavie ( 25 km)

 

E : Bonjour. Vous êtes sur Italia Info. E va nous raconter sa journée de manière normale. E c’est à vous :

Bonjour, 25 km dès le matin. Je suis éclaté. J’en peux plus. On a fait une petite visite de Pavie. Ce soir, on a mangé dans un queugré. J’ai pris un bubble tea caramel avec des boules de tapioca. C’est tout pour ce soir. Je vous repasse l’antenne.

C’était Italia Info (A 2000 vues je fais épisode. Inédit)

 

Laurienne : Il est temps de vous conter l’histoire de la Via Francigena

D’abord pourquoi ce nom, cela désigne un ensemble d'itinéraires empruntés par les Francs qui voyageaient et acheminaient des marchandises du Nord de l’Europe vers les pays de la Méditerranée.

En 990, Sigéric, alors archevêque de Canterbury, emprunta un de ces chemins pour rendre visite au pape Jean 15. C’est grâce aux écrits de l’archevêque que le parcours officiel a été divisé en 79 étapes. Le tracé long de 3200 km relie Canterbury à Rome. Néanmoins, les débuts de ce pèlerinage vers la tombe de l’apôtre Pierre, datent du Haut Moyen-Age vers la deuxième moitié du VII°s. Mais à cette époque, Rome n’était qu'un passage, car le grand but était bien sûr, Jérusalem, la Terre Sainte.

 

Lundi 29 avril : repos – Pavie

 

E : Bonsoir. Ce soir, l'équipe d'Italie Info et notre reporter E ne seront pas disponibles pour ce soir, donc moi, Ordy Nateur, je vais vous expliquer la journée de mon  fils.

Aujourd’hui, il s’est levé à 10h pile. Il a fait des mots mêlés jusqu’à 13h car il attendait ses vêtements que Laurienne avait mis à laver, puis à sécher pour lui. Vers 14h, ils sont partis se balader dans les rues de Pavie, puis vers 17h, ils ont pris le bus et sont allés à Décathlon. Après il sont rentrés à l’appartement dans lequel ils ont en ce moment-même où je vous parle. Dans la journée il a parlé avec M. Rontard, directeur de Seuil. Ils sont partis faire les courses. Ils sont rentrés faire ce qu’ils avaient à faire. C’était Ordy Nateur pour l’histoire du soir. 

E n’oublie jamais. Je t’ai à l'œil.

 

Laurienne :  Se promener, rôder, errer, déambuler, traîner, flâner, voici la définition d’un repos pendant une marche. Pavie ou Pavia est une ville où il est bon ton de faire tout cela, le soleil, les bonnes glaces, la focaccia, les couleurs vives des maisons, les ruelles pavées, les bacs de fleurs aux fenêtres et les Italiens. Ah, les Italiens qui donnent l’impression de s'engueuler en permanence, mais qui aiment rendre service, faire découvrir leur pays, leur nourriture et qui adorent les Francesi. Un jour de détente, comme je les aime !!


Mardi 30  avril :

 

E : Bonjour. Je suis M.M, la maman d’E et je vais vous raconter sa journée, car Italia.info. Nateure Ordy, et E ne sont pas disponibles pour je ne sais quelle raison.

Bref. Il a pris de belles photos. Il a fait 12 km et puis après ils sont allés dormir chez l’habitant (Accueil familial). Arrivé là-bas, il a fait connaissance avec la famille. 5h après, des cyclistes sont arrivés comme un cheveu dans la soupe, ils s’appellent Rémi et Antoine. Ils sont français. Avec les propriétaires des lieux, ils ont trouvé un terrain d’entente pour passer la nuit dans l’accueil familial et la famille a 9 chats !

E a dit : “c’est tout pour moi, salut les bambinis !!!”

Laurienne : : Merci Francesca, merci Simone et vos 9 chats. Accueillis chez l’habitant, nous sommes reçus dans une maison où bienveillance et générosité ont un sens. Offrant le gîte et le couvert à mon compagnon de route et à Alain, notre ami Québécois, voilà qu'apparaissent deux cyclistes à 20h. Deux jeunes français en direction de la Slovénie, cherchant un endroit pour passer la nuit, sonnent au portail et sans se poser de question, nos hôtes ouvrent grand leur porte pour les inviter à partager notre soirée. Quelle joie ces moments qui motivent tant pour continuer notre périple.

 

Mercredi 1er mai : 

 

E : Bonsoir. Nous revoilà sur Italia.Info, nous ne sommes désormais plus malades.

Moi, Arsène Lupin, présentateur TV, E invité quotidien et toute la régie, nous sommes tous prêts à vous raconter les futurs exploits d’E et Laurienne, mais surtout E

Mais bon ! 

E racontez-nous tout ce que vous avez à nous raconter :

“Hier, j’ai fait la connaissance de deux français cyclistes. Aujourd’hui, nous nous sommes quittés et je vais vous présenter un papy que j’ai rencontré. Alain qu’il s’appelle. Il va avoir 70 ans, c’est un pépé que je kiffe grave parce qu'il est hyperactif, tout comme moi, donc c’est bénef. Aujourd’hui, on a marché 22 km. La fin était compliquée, mais j’ai réussi la mission du jour qui est de terminer l’étape et franchement, je suis tarpin bien dans mon lit, allez Cho !!!”

 

Laurienne : Je sais, les goûts et les couleurs, il en faut pour tout le monde, mais là franchement, je suis obligée d’en parler. Imaginez… un petit village dans la campagne italienne et d’un coup, une maison aux couleurs criardes, du jaune, du rouge, de l’orange, un aigle énorme planté sur le toit, deux lions sur les poteaux du portail, les indispensables nains de jardin tout le long de la clôture, au milieu du jardin trône un mausolée à l’effigie de je ne sais quel apôtre, tout cela de la couleur de la maison et bien sûr des drapeaux en veux-tu en voilà… A chacun son décor, je plains, quand même, un peu les voisins !

 

Jeudi 2 mai : 

 

E : Bonsoir. Nous sommes sur Italia Info

E racontez-nous votre journée.

“Je vais faire simple, car je veux profiter de ma soirée avec Alain, donc revenons à nos moutons. Alain est parti ce matin. Je pensais ne plus le revoir, mais on s’est revus à l’auberge le soir. Laurienne et moi on a fait 12 km sous la pluie. On a vu un anglais qu’on avait déjà vu auparavant. Il s’appelle David. J’ai mangé une vraie pizza italienne et ce soir Laurienne et Alain nous ont préparé un bon repas. C’est tout pour aujourd’hui.

C’était Italia Info pour le JT de 20h”

 

Laurienne : Depuis le début de notre périple, nous avons fait halte à divers endroits, des villages parfois déserts, mais là, il est incroyablement fantomatique. Corte Sant’ Andrea c’est une arche sous laquelle tu passes, un resto à droite, une rue où toutes les maisons sont fermées d’un côté et où tout est en ruines de l’autre. Cette rue donne sur une petite rue où il y a une église suivie de l’auberge pour pèlerins, encore une suivie d’une sorte de mairie (je crois !), puis plus rien. Nous ne serons pas dérangés dans notre sommeil cette nuit. Mais un accueil formidable, merci Christina (74 ans) pour ton sourire et ton énergie que tu nous transmets rien qu’en disant “ciao pellegrina !”

 

Vendredi 3 mai :

 

E : Bonsoir. Vous êtes sur Italia.Info pour le JT du 20h.

E aux multiples rencontres a fait de nouvelles rencontres et il va nous les dire.

E bonsoir, qu’avez-vous à raconter aujourd’hui ?

“Aujourd’hui, j’ai rencontré un Italien, trois Anglais, un Brésilien et une Française avec une chienne qui s’appelle Mahia et qui a 2 ans et demi, et moi j’ai beaucoup d’amour, donc c'est carré. C’est tout pour moi.”

C’était Italia Info pour le JT de 20 h.

 

Laurienne : Aujourd’hui, début en bateau, un peu bizarre pour une marche… En fait, c’est une tradition sur la via francigena de transporter les pèlerins d’une rive à l’autre à cet endroit précis du chemin. Après la traversée, Gabriello, le capitaine, nous a emmenés dans une petite maison en pierre au cachet fou. Nous avons inscrit nos noms dans un énorme livre en bois marqué par le temps et il a utilisé un tampon en bois tout aussi majestueux.

Puis,comme un rituel, il a embrassé chaque credencial après chaque coup de tampon.. Une vraie cérémonie digne des chemins dits de pèlerinage. Je ne suis pas fan de ces solennités, mais j’avoue avoir été touchée par l'ambiance du lieu et par Gabriello, maître de ce moment.


Samedi 4 mai

 

E : Bonsoir. Je vais voir demain parce que j’ai v’la la flemme, sa grand-mère en plus.

Je veux dormir. Arrivederci

 

Laurienne : Je ne peux pas manger grand-chose à cause d’intolérances alimentaires, mais par contre, les glaces je m’en donne à coeur joie. Rien à voir avec les glaces à l'italienne qui nous sont proposées en France. Là, je vous parle de quelque chose de difficilement descriptible. D’abord, la façon de servir avec des spatules plates et non à la machine, ensuite, les quantités énormes qui font pétiller les yeux et frémir les papilles et pour finir c’est comme les pizzerias, t’en vois absolument partout et je vous parle même pas du goût de la texture. Un gelato per favore !!

 

Dimanche 5 mai : 

 

E : Bonsoir. Vous êtes sur Italia Infos en direct Fidenza avec notre cher E, élu employé du mois qui a des tonnes et des tonnes de choses à nous raconter. Alors, que voulez-vous nous raconter ?

“Hier, j’ai fait 32 ou 35 km pour 12 h de marche, donc je n’ai pas publié mon blog d’hier, mais ce n’est pas grave car aujourd’hui je vous explique ma journée d’hier.

Aujourd’hui, j’ai fait 20 ou 22 km en 10h de marche. C’était dur. J’étais épuisé, mais pour moi le plus important c’est que j’ai réussi. Mais maintenant, je me demande comment je vais faire, car hier je voulais abandonner, mais bon, il faut être positif pour la suite de la marche. C’est tout pour moi.” C’était Italia Infos pour le JT de 20h. Ciao !!

 

Laurienne : Aujourd’hui, nous avons enfin quitté la plaine du Pô et ses longues, très longues lignes droites au milieu de vastes champs de blé. Le bitume est toujours aussi présent, mais nous marchons sur des petites routes où nous apercevons le relief de la Toscane s’approcher à chaque pas que nous faisons. Le soleil est là aussi et nous sentons sa chaleur écrasante nous tomber dessus au fur et à mesure des kilomètres. Ces jours-ci, mon compagnon de route souffre de lassitude, les étapes sont longues pour lui et son manque d’énergie ne l’aide pas. Allez E, tu peux le faire, tu vas le faire, nous allons le faire….

 

Lundi 6 mai : 

 

E : Wesh bien ou quoi ? C comen; La mif tout; ça bien Hamdoulah. bah c carré, bref.

L’autre fois, j’ai vu deux tortues faire saute-mouton. Après j’ai vu une maison de toutes les couleurs. J’avais une de ces migraines. c t une suingerie. J’ai jamais vu un truc aussi hideux et Alain ce fou, il m’a dit, c’est de toute beauté et puis là, j’ai pété la Audi Avant RS2 192, La Ford GT - 40, la Porsch 911, la Carrera RS 2.7, et enfin la Honda Civic si.

nan j’rigole c d mini voitures. Salut ! Allez chô

 

Laurienne : Enfin des montées. Nous traversons actuellement la région de Romagnat et entamons la partie montagneuse de notre chemin. Enfin, quand je dis montagneux, ce n’est pas non plus l'Annapurna ! Depuis quelques jours, mes jambes frétillent d’envie de petits chemins escarpés et de villages nichés, cachés dans des vallons qu'il faut trouver à la sueur de nos pas. Les maisons colorées, les aziendas, les vignes, les coquelicots, que ça a l’air simple et plaisant de vivre ici.

 

Mardi 7 mai

 

E : Bonsoir. Vous êtes sur Italia Infos.

E : bonsoir. Avez-vous des choses à nous raconter ?

“Alors tout d’abord, j’ai fait 23 km en montagne, puis il a plu durant des heures et des heures. Puis,on est arrivé dans notre ostello. J’ai joué avec des mini voitures et j’ai trouvé un nouveau livre qui s'appelle “100 jours en enfer”. Allez Chô”

 

Laurienne : Ce matin, mon sac est lourd, prévoir plusieurs repas c’est porter plus. Il y a des jours, j’ai l’impression d’être une mule. Bref, du coup, ce matin mon sac pèse une tonne, on démarre l’étape sous la pluie, super, je suis ravie ! On est trempés et pleins de boue en 10 mn, je sens la journée agréable ! On arrive dans une petite ville pour la pause de midi et là, un marché de producteurs du coin. Depuis hier dans le pays du fromage de montagne, en bonne Ariégeoise amatrice de fromage de montagne,  imaginez ma réaction… Le sac à peine posé, j’étais en train de choisir un petit  fromage de brebis fondant à souhait. Une dinguerie ! Et comme mon sac n'était pas assez lourd, je me suis rajouté 200 g pour le fun, enfin surtout pour le plaisir des papilles.

 

Mercredi 8 mai

 

E n’a pas écrit

 

Laurienne : Hier soir, nous avons fait halte dans un atelier bien atypique, collé à l’église d’un tout petit petit village de Sivizzano. Un ancien monastère avec un dortoir à 8 lits au plafond voûté, une ancienne cave à vin comme cuisine. Tout de pierre vêtu, nous avons encore dormi dans un décor qui fait vagabonder l'imaginaire et remonter dans le temps.

 

Jeudi 9 mai :

 

E : Bon hier, j’ai passé une bête de journée sa grand’mère. P…de m… j’ai vu une grave de motos dans la maison de la famille qui allait nous accueillir chez elle. Il y avait 3 chiens, 3 chats, 6 poules, 1 coq. J'ai joué avec 2 chiens parce que le troisième était aveugle et sourd. Et puis il y a aujourd’hui.

Aujourd’hui, j’ai dégusté le sol. Je l’ai bien mangé, mon genou gauche aussi. J’ai passé ma soirée à chercher Alain parce qu’il n’était pas à l’ostello (qui veut dire auberge). On a donc appelé la police italienne et ils ont envoyé les pompiers, les secours en montagne, et les carabinieris (gendarmerie) le chercher. Moi j’ai essayé de localiser son téléphone, mais je n'ai pas réussi. Mais Les pompiers l’ont retrouvé dans un bar en train de manger et de boire. C’était ma soirée agitée du jour. Allez chô

 

Laurienne : Toscane nous voilà, une longue très longue ascension pour franchir un col à 1041 m d’altitude au doux nom de Paso De la Cissa. Après plus de 4h de montée, nous avons franchi la porte de la Toscane, symboliquement matérialisée, puis directement basculé dans une raide, très raide descente de 8 km. Le corps, les articulations, les muscles et le mental ont souffert de l’exigence du sentier que nous offre la Via Francigena. Tous les sentiers mènent à Rome, mais celui-là il se mérite !

 

Vendredi 10 mai :

 

E : Bonsoir. Vous êtes sur Italia Info. Flash Infos spécial.

Ce matin, E est allé à l’hôpital car il a chuté en montagne. Il nous a dit qu’il était tombé en descendant le dénivelé.Il m’a dit qu’en plus le dénivelé était raide et qu’en tombant son genou a tapé fort, très fort et il boitait. C’était le JT de 13h

Bonsoir. Nous revoilà pour le JT de 20h. E nous a dit que le médecin a dit qu’il n’a rien de grave. Il a juste besoin de repos. Bonsoir

 

Laurienne : Après une longue étape de 28 km, nous quittons les montagnes des Apennins avec ses sommets à plus de 2900 m d’altitude. Moi qui étais arrogante en arrivant dans cette partie un peu plus exigeante physiquement, je suis subjuguée. Je ne m’attendais pas à cela, à cette beauté, à ces sommets si hauts, si majestueux. Encore une découverte aussi déconcertante qu’envoûtante dans une ambiance grandiose. Les Apennins, je m’incline devant tant d’élégance et vous dis A presto….

 

Samedi 11 mai : Repos

 

E : Bon aujourd’hui, journée de repos. J’ai visité une église. Elle était superbe. Laurienne m’a dit “ce n'est pas trop son délire”, donc elle est sortie m’attendre dehors. Après on a vu Alain, tous les trois on a passé notre après-midi ensemble. J’ai traversé un ruisseau avec deux garçons italiens. On a fait une course avec 2 allers-retours et les 2 fois j’ai gagné et franchement, j’ai bien aimé. En plus, c’était drôle. Allez chô.

 

Laurienne : Pontremoli, petite ville au charme fou située sur un plateau au milieu des montagnes et des collines, abrite une richesse culturelle et artistique unique, son château médiéval accueille un musée des Statues Menhirs qui nous font voyager dans le temps. Ses Petites ruelles pavées nous poussent à flâner pour en découvrir ses boutiques d'artistes en tout genre et ses nombreuses librairies. Mais Déguster une glace sur la place centrale est mon plus grand plaisir !

 

Dimanche 12 mai

 

E : Alors les p’tits P (petits) on se prend pour Schumacher c’est quoi vos bolides. Là des Mercédès (Rel Samy Naceri dans Taxi 4). Non mais en vrai, aujourd’hui petite journée détente, petite distance (17 km) et puis petite baignade avec Loulou = <^-^> = dans un petit ruisseau, moi je suis rentré entièrement, elle, elle s’est mouillée le dos et est allée jusqu’aux genoux. Allez chô

 

Laurienne : Hier, je ne vous ai pas parlé du Musée des Statues Menhir. Témoignage mystérieux de la population qui habitait ici dans l'Antiquité, ces statues font partie des plus importants phénomènes de l’art mégalithique européen. Réalisées entre l’âge du cuivre et l’âge de fer, elles ont traversé les siècles pour arriver intactes jusqu’à nous.

Sculptées dans le grès, elles représentent des figures humaines masculines et féminines, d’abord abstraites. Au fil des siècles, les habitants ont détaillé les formes du visage, des épaules, des bras. On ne saura jamais vraiment les significations exactes de ces statues, mais à quoi bon, leur présence se suffise à elles-mêmes.

197 vues2 commentaires

Posts similaires

Voir tout

Marche de Youxxx

Marche de Youxxx accompagné par Myriam Vendredi 3  mai : Y : Nous sommes arrivés au gîte où nous sommes super bien accueillis. Le propriétaire nous a offert un sirop... Une ambiance plutôt remarquable

Marche de Samxxx

Marche de Samxxx accompagné par Lucie Mardi 2 au vendredi  5  avril : Présentation - stage de préparation S : Bonjour, je m’appelle S. J’ai 16 ans. Je viens du Nord et je sors de prison. J’ai pu sorti

Marche de Enzxxx

Marche de Enzxxx accompagné par Pierre Samedi 30 mars : E : Je m’appelle E. J’ai 15 ans. Je viens du Nord. Pendant les trois derniers jours, je suis parti rencontrer mon accompagnant, Pierre, pour mar

2 Comments


enrico.tombini
il y a 4 jours

Bonjuor Evan et Laurienne,

aujourd'hui j'ai donnè à la Prof.ssa Arsuffi l'addresse de votre blog. Je espère que elle peut le partager avec ses ètudiantes. Je espère aussi que vous soyez bien. A bientòt.

Enrico

(Pardonnez mes erreurs)

Like

gaele1974
Apr 26

Coucou Evan et bonjour à vous Laurienne,

Je suis très contente de lire que le début de cette marche se passe bien. J'imagine Evan que tu découvres de beaux paysages, des personnes bien sympas et d'autres habitudes de vie.

Je constate également que tu marches, tu marches et tu marches encore...tu vas revenir en pleine forme, c'est vraiment bien.

Profite de ce temps pour toi, je suis vraiment contente pour toi que tu puises bénéficier de cette belle expérience.

Et enfin, je lis que tu as trouvé le paradis de l'automobile, j'imagine que tu es hyper heureux face à toutes ces voitures et motos. Tu dois avoir pleins de choses à apprendre à Laurienne sur la mécanique! C'est un bo…

Like
bottom of page