On%20the%20Trail_edited.jpg

LES CHIFFRES CLÉS

LE NOMBRE DE JEUNES ACCUEILLIS

LES ÉTUDES D'IMPACT ET LES RÉSULTATS

ACTIVITÉ DE L'ASSOCIATION : LE NOMBRE DE JEUNES ACCUEILLIS

303

c’est le nombre d’adolescents accueillis par Seuil depuis l’origine jusqu’à 2020.

400.000

c’est la distance totale parcourue par nos marches en kilomètres…
La distance de la Terre à la Lune !

35

c’est le nombre de marches organisées chaque année par Seuil. Dans sa phase expérimentale, l’association en organisait 5 à 10 par an. Sa reconnaissance officielle en 2013 et 2014
a permis de passer rapidement à plus de 30 marches annuelles.

76 %

c’est le taux de succès des marches menées à bien.

Seuil n’a pas les moyens de suivre sur la longue durée les adolescents qui ont marché avec l’association. C’est très frustrant ! Cependant, afin d’améliorer autant que possible nos pratiques éducatives, nous avons demandé à des cabinets d’études indépendants d’interroger les jeunes marcheurs, leur entourage, leurs éducateurs, pour évaluer un à deux ans plus tard, les traces laissées par l’expérience.
 
La première étude date de novembre 2013, et la plus récente de janvier 2021.
(télécharger le document).
 
Les principaux enseignements de ces études sont les suivants : l’empreinte positive de la marche est corrélée à sa durée : pour les jeunes qui ont marché plus de 60 jours, on constate une issue positive dans 76% des cas, et une évolution négative pour seulement 12% (jugement porté un à deux ans après la fin de la marche). Mais en tout état de cause, les éducateurs estiment que la marche est un succès dans 84% des cas : « partir est déjà une victoire ». 
 
Les raisons de ces résultats positifs tiennent essentiellement pour les jeunes en la découverte en eux de ressources insoupçonnées, au plaisir du partage et des échanges dans un contexte nouveau, à l’ouverture à de nouveaux questionnements, et en l’assurance donnée par une confiance en soi retrouvée.
 
Bien sûr, nous nous devons de rester modestes : même si la marche laisse à chaque fois des souvenirs puissants, elle n’est qu’un épisode, une “parenthèse enchantée” dit Paul Dall’Acqua, dans la vie du jeune : l’ ”après” relève d’abord de son éducateur référent, et surtout de lui-même !